Comment dépenser sagement son argent (Proverbes)


Basé en partie sur le livre Opening Up Proverbs (Jim Newheiser, Day One Publications, 2008)

(Partie 3 de 3)

Cette troisième et dernière partie de notre étude sur « gérer l’argent » selon le livre de Proverbes touche nos habitudes de dépenses. Est-ce que Proverbes nous donne des balises ou des principes pour gérer sagement nos dépenses financières ? Existe-t-il après tout des principes bibliques pour nous aider à dépenser ou donner sagement notre argent ?

Sois généreux

Même si n’est pas une dépense dans le sens traditionnel du terme, Proverbes décrit le sage comme étant, entre autres, une personne généreuse. Cette caractéristique de la sagesse découle d’une reconnaissance que nous n’avons rien que nous n’avons pas aussi reçu. (voir 1 Cor 4.7) Le sage reconnait que Dieu est en fin de compte l’auteur de nos bénédictions.

  • Dieu fait prospérer celui qui est généreux (11.25, 27)
  • Dieu honore celui qui l’honore (3.9-10)
  • Celui qui donne au pauvre doit donner comme s’il donnait à l’Éternel (19.17 ; 28.27)
  • Dans ta générosité, méfie-toi de donner au paresseux parce que tu risques de ne pas l’aider réellement. Celui qui est pauvre à cause de sa paresse devrait apprendre à travailler au lieu de profiter de la générosité de ceux qui ont pitié de lui. (20.4)
  • Dans ta générosité, méfie-toi de donner au riche, car il ne sera pas nécessairement enclin à te rendre la faveur, surtout s’il est lui-même motivé par le gain financier. (22.16)

Contrôle tes dépenses

Celui qui est sage agit de façon à maintenir une liberté financière qui lui permet d’avoir plusieurs options à sa disposition. Cette liberté s’obtient au travers d’une discipline personnelle qui évite de se laisser emporter par des décisions spontanées et irréfléchies.

  • Établis un plan de dépenses et respecte ton budget/ton plan (21.5)
  • Établis à l’avance tes priorités (14.15)
  • Méfie-toi des amitiés qui ont pour motivation le gain financier (23.4-8 ; 22.3)
  • Méfie-toi de dépenser simplement pour te faire plaisir (21.17)

Le sage refuse de dépenser de l’argent qu’il n’a pas, pour acquérir des choses dont il n’a pas besoin, pour faire plaisir à celui qui n’est pas son ami. (adapté à partir du livre d’Ecclésiastes chapitre 2)

Vise être réellement libre

Dans l’AT, l’endettement équivaut à la servitude (se rendre serviteur de l’autre). Cela veut dire qu’une personne qui se mettait dans une situation d’endettement ou de servitude vis-à-vis d’un autre n’était pas considérée comme étant bénie de l’Éternel.

Nous avons une évidence du contraste entre la bénédiction et la malédiction de l’Éternel pour le peuple d’Israël dans le livre de Deutéronome. Nous y voyons, en autre, qu’une évidence d’un manque de bénédiction est reliée à la servitude du peuple à un peuple étranger.

(Deut 28.15)  Par contre, si vous n’obéissez pas à l’Éternel votre Dieu, si vous ne veillez pas à appliquer tous ses commandements et ses lois que je vous transmets moi-même aujourd’hui, voici quelles malédictions fondront sur vous :…

(Deut 28.43-45)  43 Les immigrés qui vivront parmi vous parviendront de plus en plus à une position au-dessus de la vôtre, tandis que vous déclinerez de plus en plus. 44 Ce sont eux qui vous prêteront, alors que vous, vous n’aurez plus rien à leur prêter ; ils seront au premier rang, et vous au dernier. 45 Toutes ces malédictions fondront sur vous, vous poursuivront et vous atteindront, jusqu’à ce que vous soyez exterminés, parce que vous n’aurez pas obéi à l’Eternel votre Dieu, en observant les commandements et les lois qu’il vous a donnés.

Dans le NT, nous découvrons que notre salut acquis en Jésus-Christ a pour but de nous rendre libre de faire la volonté de l’Éternel : ce qui est bon, juste, et agréable. Voici quelques versets clés qui expriment adéquatement cette vérité fondamentale de la vie chrétienne.

3 Or, la vie éternelle consiste à te connaître, toi le Dieu unique et véritable, et celui que tu as envoyé : Jésus-Christ. (Jean 17.3)

1 Illustrons ce que je veux dire. Aussi longtemps que l’héritier est un enfant, il ne se distingue en rien d’un esclave. Bien qu’il soit le propriétaire de tout le patrimoine, 2 il reste soumis à l’autorité de tuteurs et d’intendants jusqu’au terme fixé par son père.3 Nous aussi, lorsque nous étions des enfants, nous étions de même asservis aux principes élémentaires qui régissent la vie dans ce monde. 4 Mais, lorsque le moment fixé par Dieu est arrivé, il a envoyé son Fils, né d’une femme et placé par sa naissance sous le régime de la Loi, 5 pour libérer ceux qui étaient soumis à ce régime. Il nous a ainsi permis d’être adoptés par Dieu comme ses fils. (Galates 4.1-5)

14, Car le péché ne sera plus votre maître puisque vous n’êtes plus sous le régime de la Loi mais sous celui de la grâce. 15 Mais quoi ? Allons-nous encore pécher sous prétexte que nous ne sommes pas sous le régime de la Loi, mais sous celui de la grâce ? Loin de là ! 16 Ne savez-vous pas qu’en vous mettant au service de quelqu’un comme des esclaves pour lui obéir, vous êtes effectivement les esclaves du maître à qui vous obéissez : ou bien du péché qui entraîne la mort, ou bien de l’obéissance qui conduit à une vie juste ? 17 Mais Dieu soit loué ! Si, autrefois, vous étiez les esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout cœur à l’enseignement fondamental auquel vous avez été soumis. 18 Et, à présent, affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. (Romains 6.14-18)

  • Évite la servitude (Prov 22.7)
  • Si tu empruntes, établis un plan qui t’amène à être financièrement libre le plus vite possible (24.27)
  • Repaye tes obligations promptement (3.27-28)
  • Ne sois pas garant pour un emprunt (22.26-27)

Conclusion

Dieu honore la générosité, surtout celle envers ceux qui ne peuvent pas te repayer. Mais fais attention à qui tu es généreux et comment tu exprimes ta générosité. Il est important de se poser la question si un don d’argent est la meilleure solution pour améliorer la situation de la personne que tu désires aider.

Le sage agit de façon réfléchie. Il planifie ses dépenses selon les priorités qui lui sont importantes. Donc, il est important de considérer les motivations du cœur avant de dépenser son argent. Beaucoup d’achats nous laissent avec une mauvaise impression quand nous n’avons pas pris le temps d’évaluer la pertinence et le « timing » de la dépense.

Le sage évite de se placer dans une situation de servitude. Dieu nous a créés pour être libre de le servir. Cette liberté est un aspect fondamental de la vie chrétienne qui cherche à éviter des situations où l’on se rend serviteur d’un maître qui pourrait nous demander de faire une chose qui irait contre notre conscience.

Par où commencer ?

Voici quelques pistes de réflexion personnelle au sujet des dépenses. Les réponses que tu trouves en lien avec ces questions pourraient devenir une direction à suivre pour toi et ta famille.

  • Est-ce que ton porte-feuille fait partie de ton adoration de l’Éternel ?
  • Quel lien vois-tu dans ta vie entre « la poursuite du plaisir » et « dépenser l’argent » ?
  • As-tu une compréhension saine du « sacrifice » ? Une bonne définition du sacrifice tient compte du fait que je suis prêt à me priver d’une chose parce que j’espère avoir une récompense future. Il y a-t-il des promesses de l’Éternel que tu as négligé dernièrement ?

Quelques questions avant de dépenser

  • Est-ce un achat motivé par un besoin ou un désir ? Et si c’est un désir, est-ce que je peux satisfaire ce désir sans m’attirer un reproche légitime ?
  • Est-ce un besoin que je peux confier à Dieu dans la prière ?
  • Est-ce un besoin qui doit réellement être adressé immédiatement ?
  • Quelle serait la valeur de cet achat dans 1 an ?

Une réflexion sur “Comment dépenser sagement son argent (Proverbes)

  1. Il y a deux choses délicates dans cette enseignement sur l’argent.

    La première est que si Dieu promets que ce que l’on donne nous sera remis en plus, il est possible, que certaines personnes donnent non pas par générosité mais comme un placement garantit par Dieu, donc un certain danger qu’on laisse le pécunier gagné sur le cri du cœur. Je donne mais avec une garantie d’un retour sur mon investissement, ce n’est plus un don sacrificiel, c’est un placement calculé.

    La deuxième est la question de planification et de provisions, ça pourrait être vu par certains adepte du Dieu pourvoira comme une contradiction, pourquoi faire des prévisions et des provisions si de toute façon Dieu pourvoira se diront-ils.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s