Le bonheur chrétien (Jeremiah Burroughs)


Qu’est-ce que le bonheur chrétien ? 

Le bonheur chrétien vient de l’intérieur

La première chose que nous pouvons dire au sujet du bonheur chrétien est qu’il vient de l’intérieur. On peut donner l’impression que, puisque nous ne nous plaignons pas, nous sommes heureux avec ce que Dieu nous a donné alors qu’au fond de nous-mêmes, nous maugréons. Toutefois, Dieu discerne ce que nous pensons vraiment.

David a écrit : « Oui, mon âme, confie-toi en Dieu ! Car de lui vient mon espérance » (Ps 62.6), car il savait que c’était la seule façon qu’il pouvait être véritablement heureux. De la même façon, cette confiance en Dieu, ce bonheur qui vient de l’intérieur des chrétiens, influe sur tout leur être.

David savait que Dieu contrôle toutes choses, mais il pouvait tout de même devenir déprimé en ne laissant pas cette vérité influencer véritablement sa façon de penser. C’est pourquoi il a écrit : « Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis‑tu au‑dedans de moi ? » (Ps 42.6.) 

À l’instar de David, nous devons fixer nos coeurs sur la sorte de bonheur qui commence à l’intérieur et qui nous rend complètement heureux, tout comme la chaleur du corps se trouve enfermée par un vêtement isolant qui nous garde complètement au chaud. Et tout comme nous demeurons au chaud lorsque nous revêtons un vêtement d’hiver, ainsi le bonheur chrétien est quelque chose qui demeure.

Le bonheur chrétien demeure malgré les difficultés

Une deuxième chose que l’on peut dire au sujet du bonheur chrétien, c’est qu’il ne disparaît pas lorsque les tragédies se produisent. Lorsqu’ils éprouvent des difficultés, les chrétiens sont attristés tout comme les autres personnes. Lorsque les autres éprouvent des difficultés, les chrétiens sont attristés avec eux. Les chrétiens prient pour eux-mêmes et pour ceux qui souffrent, et c’est bien d’agir ainsi, car le Seigneur Jésus, qui a souffert lorsqu’il était tenté, « peut secourir ceux qui sont tentés » (Hé 2.18).

Tout en priant Dieu, les chrétiens matures qui éprouvent des problèmes ne maugréent pas. Lorsqu’ils sont tentés de murmurer, ils se contrôlent. Ils ne se plaignent pas au sujet de Dieu, mais ils poursuivent leur chemin en lui obéissant et en l’aimant. S’ils parlent de leurs problèmes, ils le font en prière, car ils croient encore que Dieu peut leur venir en aide.

Le bonheur chrétien est l’œuvre de Dieu

Un troisième aspect important du bonheur chrétien correspond au fait qu’il est l’oeuvre de Dieu. Il ne résulte pas d’un tempérament heureux naturellement ni du refus de s’impliquer dans le monde qui les entoure. Même les non-chrétiens réussissent à se ressaisir et s’efforcent de ne pas s’inquiéter. Mais le bonheur chrétien est bien plus que « s’efforcer de ne pas s’inquiéter ». Il comprend aussi un élément positif en ce que le chrétien veut être continuellement heureux, car cela glorifiera Dieu.

Le bonheur chrétien vient en faisant la volonté de Dieu

Ainsi donc, une quatrième chose que l’on peut dire au sujet du bonheur chrétien, c’est que le chrétien n’est vraiment heureux qu’en faisant la volonté de Dieu. Les chrétiens ne sont pas contraints d’obéir à Dieu. Ils le font de bon gré. Lorsqu’ils s’arrêtent pour y réfléchir, ils réalisent que rien ne les rend plus heureux que de se soumettre à la volonté de Dieu. Ils sont satisfaits de laisser Dieu planifier leur avenir, même si ses projets sont très différents de ce qu’ils avaient envisagé. En fait, ils préfèrent ses plans aux leurs, car ils savent que Dieu sait ce qui est le plus avantageux pour eux, mieux qu’eux-mêmes. Après tout, Dieu comprend mieux les chrétiens qu’ils se comprennent eux-mêmes !

Cet article est publié sur le site de Revenir à l’Évangile et il est un extrait de la série Apprendre à être heureux de Jeremiah Burroughs.


Jeremiah Burroughs (1599-1646) était un pasteur, un théologien et un membre de l’assemblée de Westminster. Il a fait ses études au Emmanuel College, à Cambridge. Il a servi ensuite en tant que pasteur dans plusieurs congrégations en Angleterre, puis en Hollande. Pendant la Première guerre civile anglaise, il est retourné en Angleterre pour prêcher et ramener la paix chez les chrétiens. Il est devenu rapidement l’un des prédicateurs les plus admirés de Londres. Aujourd’hui, nous nous rappelons de lui comme d’un homme modeste et pacifique qui déplorait les divisions provoquées par les différences de croyances.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s