Beaucoup des difficultés que nous vivons en tant qu’adultes puisent leurs racines dans des expériences de notre enfance qui n’ont jamais été partagées ou adressées. Nous continuons même de percevoir notre entourage de la même manière que nous le faisions dans notre enfance. Nous pouvons donc éprouver de la difficulté à exprimer la douleur, la crainte, la colère ou le besoin.

Lorsque nous exprimons ouvertement nos vrais sentiments et nos vraies luttes, nous avons peur d’être rejetés. Beaucoup d’entre nous compensons ces sentiments en poussant nos actes à l’extrême. Nous trouvons des mécanismes de survie qui nous amènent à vivre dans un cercle vicieux sans issue.

La Bible décrit ce processus en parlant de l’esclavage que nous amène la présence du péché dans notre vie intérieure.

(Jacques 1.13–15) Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise: «C’est Dieu qui me tente», car Dieu ne peut pas être tenté par le mal et il ne tente lui-même personne. Mais chacun est tenté quand il est attiré et entraîné par ses propres désirs. Puis le désir, lorsqu’il est encouragé, donne naissance au péché et le péché, parvenu à son plein développement, a pour fruit la mort.

Certains pensent qu’admettre une imperfection ou la présence du péché dans nos vies est un signe que nous ne sommes pas un bon chrétien. En vérité, admettre ces choses est d’admettre que nous avons besoin de Dieu, ce qui est normal compte tenu de l’Évangile.

Le processus de découverte que nous proposons nous aide à découvrir de nouvelles façons par lesquelles l’Esprit Saint donne de la vigueur à notre vie quotidienne. Nous apprenons à regarder sans crainte « cet ombrage » où réside le péché dans nos vies, cette partie de nous que nous avons ignorés depuis si longtemps.

(…)