Foi vivante et foi morte


Notes de prédication de Jean Pierre Vandevoorde, le dimanche 15 août 2010.

Ces derniers jours mes réflexions ont débuté avec ce texte :

« Les gens de ton peuple ont dit : « La manière d’agir du Seigneur n’est pas équitable. » Mais c’est leur manière d’agir qui n’est pas équitable. Lorsqu’un juste se détourne du bien et commet le mal, il mourra pour cela. Et lorsqu’un méchant se détourne de sa méchanceté et fait ce qui est droit et juste, il vivra pour cela. Comment osez–vous dire que ma manière d’agir n’est pas équitable ? Je vous jugerai, chacun selon sa manière d’agir, gens d’Israël ! » Ez33 :17-20

« Chacun sera jugé selon sa manière d’agir »

Autrement dit : Ce n’est pas sur la base de ce que les gens croient qu’ils seront jugés, mais sur la base de ce qu’ils font, leur manière d’agir. = La route qu’ils prennent / l’usage qu’ils en font / les traces qu’ils laissent. Pas seulement sur la base de ce qu’ils font mais encore la manière qu’ils le font.

Autrement dit : dire ce que nous pensons ou croyons n’est pas suffisant pour Dieu, il nous attend sur l’action qui traduit ce que nous croyons ou pensons.

Les juifs pensaient que rien ne pouvais leur arrivé, que tout ce que le prophète prédisait n’allait pas se réaliser parce qu’ils faisaient partie du peuple de Dieu. Le prophète disait si vous ne changez pas de voie vous allez être détruit mais les juifs pensaient cela ne pourrait pas nous arriver parce que nous faisons partie du peuple élu.

Dieu emploie donc Ézéchiel pour leur dire :

« Je vous jugerai, chacun selon sa manière d’agir, gens d’Israël ! »

Lisons la suite :

« Quant à toi, fils d’homme, les gens de ton peuple jasent sur ton compte le long des murs et, aux portes des maisons, ils bavardent entre eux. Ils se disent l’un à l’autre : « Venez donc écouter quelle est la parole qui vient de l’Eternel !  Puis ils accourent en foule chez toi. Les gens de mon peuple s’assoient devant toi, ils écoutent bien tes paroles mais ne les traduisent pas en actes, car ils ne parlent que de choses plaisantes, et dans leur cœur, ils ne recherchent que leur intérêt. Au fond, tu n’es rien de plus pour eux qu’un chanteur de charme, quelqu’un qui a une belle voix ou qui joue bien de son instrument ; ils écoutent donc tes paroles, mais personne ne les traduit en actes. Cependant, quand tout ce que tu as prédit se réalisera – et c’est déjà en train de s’accomplir – ils reconnaîtront qu’il y avait un prophète au milieu d’eux. » Èze.33 :30-33

On exprime ici l’idée que les gens aiment entendre les prédicateurs mais n’écoutent pas ce qu’ils disent. Les paroles sont pour eux comme une chanson, une poésie.

On aime l’air, mais les paroles n’ont pas de sens profond pour ceux qui les écoutent. Les auditeurs ne se laissent pas toucher les cordes sensibles, cette parole n’a aucun effet sur leur être, aucun changement dans leur vie. On sort comme on est entré et on se félicite d’avoir entendu un bon message.

C’est comme une chanson qu’on a l’habitude d’écouter, on connait même les paroles par cœur mais on évite bien d’en comprendre le sens, on ne veut pas qu’elles dérangent notre vie! Ces paroles venaient pourtant de l’Eternel!

« Ils écoutent donc tes paroles, mais personne ne les traduit en actes » Elles n’atteignent pas le cœur, hors c’est pour cela qu’elles furent données.

Voilà la situation d’un peuple qui c’est endormi, bercé par de fausses illusions, ils se croient en sécurité, ils pensent jamais Dieu nous jugera;

Mais Dieu avertit :

« Je jugerai chacun selon sa manière d’agir »…

Pour nous aujourd’hui, qu’est-ce qu’il en est?

On pourrait penser à juste titre que la situation est bien différente…

« C’est par la grâce en effet que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.

Car nous sommes son ouvrage, nous avons été créés en Christ Jésus pour des œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. » Eph.2 :8-10

Nous lisons clairement ici que ce n’est pas par les œuvres que nous sommes sauvés, mais par grâce, par le moyen de la foi. Autrement dit : il n’y a rien à faire sinon de croire et le royaume de Dieu nous est ouvert automatiquement.

Cette façon de croire est assez enfantine. Attention à la fausse sécurité! Voyez pourtant la parabole du semeur : Mat.13 :18-23

«  Vous donc, écoutez (ce que signifie) la parabole du semeur. Lorsqu’un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le Malin vient et enlève ce qui a été semé dans son cœur : c’est celui qui a reçu la semence le long du chemin. »

«  Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie, mais il n’a pas de racine en lui–même, il est l’homme d’un moment et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute. » « Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole mais en qui les soucis du monde et la séduction des richesses étouffent la parole et la rendent infructueuse. »

«  Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la parole et la comprend ; il porte du fruit et un (grain) en donne cent, un autre soixante et un autre trente. »

Dans tous les cas la semence semble avoir été reçue. Seul dans le dernier cas il y a un résultat apparent, un changement de vie, une maturité.

Nous comprenons donc qu’il y a foi et foi!

  • Il ya une foi qui se traduit en vie et l’autre pas.
  • Il y a une foi qui sauve vraiment et l’autre qui ne sauve pas.
  • Il y a une foi qui transforme l’être et l’autre pas.
  • Il y a une foi qui est vivante et l’autre qui est morte!

Nous sommes sauvés par la foi seule mais pour les œuvres. Eph.2 :8 et 10 Les œuvres générées par cette foi prouvent, démontrent qu’elle est vivante, donc que le salut est acquit!

Nos églises sont pleines de gens qui se bercent d’illusions, ils se croient sauvés parce qu’un jour ils ont levé la main en réponse à un appel donné.

Nous ne devons pas nous étonner des paroles suivantes :

«  Je suis le vrai plant de vigne et mon Père est le vigneron. Tous les sarments, en moi, qui ne portent pas de fruit, il les coupe, et tous ceux qui en portent, il les taille afin qu’ils produisent un fruit encore plus abondant. Vous aussi, vous avez déjà été purifiés grâce à l’enseignement que je vous ai donné. Demeurez en moi, et moi je demeurerai en vous. Un sarment ne saurait porter du fruit tout seul, sans demeurer attaché au cep. Il en est de même pour vous : si vous ne demeurez pas en moi, vous ne pouvez porter aucun fruit. Je suis le cep de la vigne, vous en êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, portera du fruit en abondance, car sans moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, on le jette hors du vignoble, comme les sarments coupés : ils se dessèchent, puis on les ramasse, on y met le feu et ils brûlent. » Jn.15 :1-6

Le sarment coupé, fut un jour attaché à Christ, pourtant il a été brûlé!

Le fruit que nous portons, parle de qui nous sommes. Celui qui ne porte pas des fruits dignes du Père n’appartient pas au Père. Chacun sera jugé par sa manière d’agir, parce que sa manière d’agir montre qui il est vraiment.

«  Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui–là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour–là : Seigneur, Seigneur, n’avons–nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons–nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons–nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez–vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. » Mat.7 :21-23

Notre manière d’agir

Ce n’est pas parce quelqu’un à fait des miracles, prophétisé ou même chassé des démons qu’il sera accepté mais quelqu’un qui est transformé par la foi et vit par conséquent dans la pureté pour faire la volonté de Dieu. Notre manière de vivre parle de qui nous sommes vraiment.

«  Mes frères, à quoi bon dire qu’on a la foi, si l’on n’a pas les œuvres ? Cette foi peut–elle sauver ? Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour, et que l’un d’entre vous leur dise : Allez en paix, chauffez–vous et rassasiez–vous ! sans leur donner ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert–il ? Il en est ainsi de la foi : si elle n’a pas d’œuvres, elle est morte en elle–même.

Mais quelqu’un dira : Toi, tu as la foi ; et moi, j’ai les œuvres. Montre–moi ta foi sans les œuvres, et moi, par mes œuvres, je te montrerai ma foi. Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi et ils tremblent. Mais veux–tu comprendre, homme vain, que la foi sans les œuvres est stérile ?

Abraham, notre père, ne fut–il pas justifié par les œuvres, pour avoir offert son fils Isaac sur l’autel ? Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres sa foi fut rendue parfaite. Ainsi s’accomplit ce que dit l’Écriture : Abraham crut à Dieu, et cela lui fut compté comme justice ; et il fut appelé ami de Dieu.

Vous le voyez, c’est par les œuvres que l’homme est justifié, et non par la foi seulement.

Rahab la prostituée ne fut–elle pas également justifiée par les œuvres, pour avoir reçu les messagers et les avoir fait partir par un autre chemin ?

Comme le corps sans esprit est mort, de même la foi sans les œuvres est morte. » Jac.2 :14-26

Conclusion

Le peuple juif se berçait d’illusion, parce qu’ils étaient le peuple élu, ils pensaient que rien ne pouvait leur arriver. « Chacun sera jugé selon sa manière d’agir »

Dans l’église d’aujourd’hui plusieurs se bercent aussi d’illusions en pensant : un jour j’ai levé la main en signe que je voulais recevoir JC, je suis sauvé il n’y a pas de problème.

Attention à la fausse présomption (opinion excessivement optimiste)

2 Corinthiens 5:10 «  Car nous aurons tous à comparaître devant le tribunal du Christ, et chacun recevra ce qui lui revient selon les actes, bons ou mauvais, qu’il aura accomplis par son corps »

Ce n’est pas que les œuvres sauvent, mais elles déterminent qu’elle genre de foi nous avons, la pseudo foi ne sauve pas.

Une réflexion sur “Foi vivante et foi morte

  1. Abraham a cru et cela lui fut imputé à Justice ……
    Rahab crue aussi et cela, pour un Dieu conséquent, lui fut imputée à Justice …..

    Ni l’un ni l’autre ne pu être justifié par les « oeuvres de la Loi » … Abraham ne l’avait pas reçue et Rahab n’était pas ( encore ) dans l’Alliance du Sinaï. Les oeuvres qu’ils ont donc manifestés, ont été cette démonstration concrète, que la Foi les animaient …. ce fut donc des « oeuvres de Foi » … le même genre d’oeuvres que nous sommes appelés à exécuter, nous qui « prétendons » confesser Christ.

    Beaucoup confessent Jésus le Sauveur …. mais, tout en disant: « Seigneur, Seigneur », ils ne font pas ce que le Seigneur demande … Si Jésus es Seigneur, ou est donc l’obéissance qui Lui est due …. l’obéissance de la Foi. ( Romains 1-5 )

    Il est bon de s’éprouver et voir si nous sommes bien dans la Foi. ( 2 Corinthiens 13-5 )
    Excellent « post »
    A+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s