La justification par la foi – Romains 4:1-12


On ne peut pas, je pense, passer trop de temps à considérer le thème de la justification par la foi. Arrivés à Romains 4, nous constatons que l’apôtre Paul a prit de la peine à enlever tout fondements sur lesquels les juifs, les grecques et les païens pourraient se sentir justifiés, et par conséquent, moralement bons. Romains 3:23 nous affirme par exemple que tous ont péchés et sont donc privés de la gloire de Dieu. Le lecteur avertit peut donc se poser la question: comment est-ce qu’on peut être justifié devant le juste juge ? Si tous ont péchés, quel espoir nous reste-t-il devant Dieu ?


Paul commence à présenter la solution couche par couche. Dans Romains 4, il commence à le faire en trois étapes. Je vais les résumer brièvement ici pour faciliter une étude personelle plus poussée:

1) Romains 4:1-5… Abraham « cru » Dieu et cela lui fut imputé à justice. Nous voyons que Abraham fit preuve de foi. Il eut confiance dans ce que Dieu lui a révélé. Il a prit Dieu à sa parole. Et c’est la foi d’Abraham qui lui fuit imputé à justice. Le mot imputé veut tout simplement dire, crédité au compte de quelqu’un. C’est comme si quelqu’un créditait mon compte en banque de $1000. Je n’ai pas gagné cet argent. Quelqu’un me l’a imputé à mon compte.

Donc, nous pouvons comprendre que Dieu a vu la foi d’Abraham, et à cause de sa foi, il lui a crédité une justice qui venait de quelque part d’autre que d’Abraham. Attention: la fidélité d’Abraham ne fait pas de lui une personne justifiée. La foi d’Abraham n’est pas une oeuvre qui le rend juste. C’est Dieu qui rend Abraham juste. C’est Dieu qui justifie, et il le fait gratuitement et sans qu’on ait à le mériter.

2) Romains 4:6-8… le fait que c’est Dieu qui justifie est renforcé dans les prochains versets. Paul cite le Psalmiste David (Psaume 32:1-2) qui emploie un style rhétorique intéressant. En premier lieu, David affirme l’état béni de celui envers qui Dieu ne crédite pas d’iniquité. Remarque bien le terme « …les péchés sont couverts. » Dieu ne nous rend pas juste. Il nous considère comme étant juste. C’est ce que veut dire « justice imputée. » En d’autres mots, nous ne possédons pas une justice propre. Nous ne pouvons pas être justifiés à l’écart de la présence de la justice qui nous couvre. De façon imagée, c’est comme si Jésus Christ nous couvre de sa justice. Et lorsque le Père célèste nous regarde, il ne voit plus nous et nos péchés, mais il voit la justice parfaite de son Fils, Jésus Christ, qui se tient à notre place.

Le Psalmiste poursuit son récit avec une parole sévère: … »Heureux l’homme à qui le Seigneur n’impute pas son péché! » Lis la même phrase dans le sense négatif. « Malheur à l’homme à qui le Seigneur impute son péché! Paul se range du côté de David pour affirmer que l’homme est justifié seulement par l’action de Dieu. L’homme ne possède pas en lui-même une justice qui lui permette de se justifier dans la présence de Dieu. Non, car le type de justice imputée à celui qui croit en Jésus Christ est telle qu’elle fait en sorte que le pécheur se présente devant Dieu, et Dieu le considère comme si le pécheur n’aurait jamais commit un péché! Imagine un petit peu ta situation étant comme si tu n’aurais jamais eu quelque chose à te reprocher! On parle de la justice de Jésus Christ ici. C’est son sang qui nous couvre, car lui n’a jamais péché. Nous paraissons devant Dieu EN CHRIST.

3) Romains 4:8-12… Paul continue son idée en affirmant que la justice imputée à Abraham fut bien avant qu’il reçut le signe de l’alliance qu’est la circoncision. Le juif aurait lieu de penser que son statut de « race élue » dans le plan divin lui octroi une justification « fait sur mesure. » Paul affirme de ce fait que le moyen de la justification est par la foi dans l’oeuvre de Dieu, particulièrement, l’oeuvre de Jésus Christ.

Paul parle aussi d’une certain foi particulière. Ce n’est pas simplement une foi qui dit, « Oui, Seigneur! » Mais bien une fois qui dit, « Oui, Seigneur, je le fais Seigneur! » La foi d’Abraham, comme on l’a affirmé plus haut, et une foi qui prit Dieu à sa parole et qui agit en conséquence.

Donc, nous pouvons conclure de cette section, que si la foi est le moyen par lequel nous recevons la justice de Dieu, cette foi se manifeste par notre obéissance à Dieu. Attention: notre obéissance ne nous rend pas juste devant Dieu, même si elle est la manifestation d’une foi qui est véritable. Notre obéissance ne fait que révéler que nous avons une foi authentique dans ce que Dieu a accompli pour nous par Jésus Christ.

Nous sommes donc justifiés par la foi, qui est un don de Dieu. Par ce moyen, Dieu nous appelle « juste » et par ce même moyen, nous obéissons à Dieu. Cette obéissance est un réconfort qui nous montre que notre foi est belle et bien autentique.

Certes, les quelques paragraphs sont brefs. Ma prière est que là où je ne suis pas suffisamment claire, que vous saurez étudier les passages en questions et demander que le Saint Esprit vous éclaire selon ce qu’il a promit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s