Ce que nous confessons – Partie 1


Notre association d’églises est en train de considérer se joindre à l’Association des Églises Baptistes Évangéliques du Québec (AEBEQ). Sachant que nous avons beaucoup d’affinités et ressentant le besoin de former des liens rapprochés avec d’autres églises de la région qui partagent une même vision pour la vie de l’Église, nous avons entamé le processus pour devenir une église membre de l’AEBEQ.

Une étape importante dans notre processus d’adhésion est de passer un peu de temps de réflexion sur ce que nous croyons et examiner si ces mêmes croyances se retrouvent dans l’AEBEQ. En même temps, cela nous permet de réévaluer notre témoignage chrétien en fonction des vérités fondamentales que nous professons. Notre désir ardent, au sein de l’Église Évangélique Libre, est d’exprimer à la fois une orthodoxie et un témoignage dynamique.

Le but pastoral de cette série d’enseignements est de renouveler cette passion pour l’orthodoxie dans le but de refléter une foi ardente qui honore le Seigneur Jésus-Christ – ce que certains appellent une orthodoxie vivante.

C’est quoi une confession de foi?
Nous pouvons distinguer deux catégories principales. La première est d’ordre liturgique. Elle est particulièrement mise en évidence dans le culte pour la célébration, l’adoration ou la louange. Elle est souvent l’expression d’une louange communautaire. La deuxième catégorie se réfère aux textes qui ont pour but de définir les croyances fondamentales d’une église et de formuler ses principes. Nous allons regarder la deuxième catégorie.

La place de la contextualisation
Les confessions de foi expriment le contenu essentiel de nos croyances. Elles n’ont pas d’autorité en elles-mêmes. L’autorité en matière de foi et de vie pratique est entièrement et exclusivement basée sur la Bible. Ceci explique pourquoi les confessions de foi changent un peu au fil des temps. Même si le contenu principal et essentiel ne change pas, les applications et les éclaircissements de certaines doctrines sont adaptés aux enjeux culturels et sociaux. C’est pour cette raison que de temps à autre, lorsque les circonstances s’avèrent nécessaires, qu’une confession de foi sera révisée ou amendée pour inclure ou préciser certains points selon le besoin contemporain. Ceci reflète le même besoin que nous retrouvons dans nos différentes versions de la Bible et leurs révisions de temps à autre.

Est-ce encore utile pour aujourd’hui?
Quelle est la dernière fois que tu as lu la confession de foi de ton église? Quelqu’un pourrait en venir à la conclusion qu’une confession de foi ne s’avère pas très utile puisqu’on s’en sert très peu. De toute manière, on a la Bible!

Il reste que la confession de foi est quand même utile pour les raisons suivantes:

  • Elle donne des points de repère au chrétien pour vivre sa foi dans son contexte actuel.
  • Elle promeut une unité de doctrine essentielle au sein de nos églises.
  • Elle représente ce qui est enseigné dans une association d’églises ou une église individuelle.
  • Elle peut servir d’outil apologétique et d’évangélisation qui est ouvert sur le monde.

Premier Point: La Bible

Nous croyons que la Bible est la parole de Dieu; que les soixante-six livres, tels qu’ils ont été écrits à l’origine, l’Ancien et le Nouveau Testament, ont été inspirés verbalement par l’Esprit de Dieu et sont sans erreurs; que la Bible est l’autorité finale en matière de foi et de pratique et la base de l’unité chrétienne. (AEBEQ)

Nous croyons que toute Écriture, Ancien et Nouveau Testaments, est la parole inspirée de Dieu, sans erreur dans l’original lors de sa rédaction, la révélation complète de Sa volonté pour le salut de l’homme et l’autorité divine et finale en matière de foi et de vie pratique. (EELPQ)

Les deux confessions (AEBEQ et EELPQ) affirment essentiellement la même chose. L’un et l’autre éclaircissent certains points (ex: les 66 livres dans la première, et le fait que la Bible est la parole inspirée de Dieu sans erreurs lors de sa rédaction originale dans l’autre).

Nous confessons donc que la Bible, telle que nous la connaissons aujourd’hui, bien qu’il y ait pu se glisser quelques erreurs de « transcription » dans les copies antérieures, est une révélation suffisante et complète en ce qui a trait au salut par la foi, et la conduite du chrétien.

L’autorité des Écritures
Il est important de préciser que la Bible n’a pas d’autorité d’elle-même. Elle détient son autorité de celui qui l’a inspiré–Dieu lui-même. (voir 2 Pierre 1:20-21, et 2 Tim 3:15-17)

Par ailleurs, Jésus Christ affirma l’autorité et la véracité des Saintes Écritures à plusieurs reprises (Matt 5:17; Jean 10:35; 17:17). Pour citer quelques exemples, il a cité Adam (Matt 19:4), Cain et Abel (Luc 11:51), Noé (Luc 17:26), Jonas (Matt 12:40), le récit de la création (Marc 10:6-9), et la réalité du ciel et de l’enfer (Marc 9:44-46) pour en nommer quelques-uns.

Quelqu’un pourrait quand même contester l’autorité de la Bible en nous accusant de faire usage d’un argument circulaire. « Je crois la Bible parce que le Fils de Dieu me l’affirme, mais je crois dans le Fils de Dieu parce que la Bible me l’affirme. »

En fait, l’argument pour l’autorité des Écritures peut être expliqué de façon linéaire. Nous venons à Dieu par l’oeuvre de l’Esprit qui nous convainc de l’autorité de Jésus-Christ, et nous découvrons que Jésus nous a laissé ses enseignements qui s’accordent avec notre foi. Nous reconnaissons donc une autorité à la Bible basée sur l’oeuvre de Dieu au travers de son Esprit dans nos vies. Certes, cet argument n’aura pas beaucoup de sens pour celui ou celle qui n’ont pas été régénérés par l’action de l’Esprit-Saint.

Notre prochaine leçon portera sur la doctrine de Dieu, l’homme, le péché, et la personne de Jésus-Christ.

4 réflexions sur “Ce que nous confessons – Partie 1

  1. Il ne faut pas avoir peur des arguments circulaires puisqu’ils sont inévitables lorsqu’on parle d’une norme ultime. Il n’y a pas d’autres normes pour la valider, donc elle se valide elle-même. C’est la même chose pour l’Islam ou pour l’athéisme par exemple :
    Athée : « Je crois qu’il n’a pas de Dieu parce que je trouve que les preuves sont insuffisante. »
    Chrétien : « Qui détermine le critère de validiter des preuves? »
    Athée : « Ma raison et mon jugement »
    Chrétien : « Est-ce que ta raison et ton jugement sont fiables? »
    Athée : « Oui, absolument. En tout cas, la grande majorité du temps. »
    Chrétien : « Comment peux-tu être absolument certain que tu ne te trompes pas? »
    Athée : « Parce que je le sais »

    Finalement, l’argument athée ou rationaliste est aussi circulaire que l’argument en faveur de l’autorité de la Bible. Ce qui est important, c’est d’avoir un cercle pas trop étroit et simplet comme dans l’exemple que tu donnes. C’est là que les preuves de l’archéologie, philosophiques, et apologétiques, ainsi que les explications des passages bibliques appropriés entrent en ligne de compte. Ils viennent confirmer l’autorité de la Parole et peuvent convaincre grâce à l’action du St-Esprit.

    D’ailleurs, le dernier paragraphe est aussi un argument circulaire en quelque sorte. L’Esprit nous convainc du témoignage au sujet de Jésus au-travers de la Parole. Donc, celle-ci est au début et à la fin de l’argument. Il n’y a rien de mal à celà et ce n’est pas nécessairement illogique.

  2. Il ne faut pas avoir peur des arguments circulaires puisqu’ils sont inévitables lorsqu’on parle d’une norme ultime. Il n’y a pas d’autres normes pour la valider, donc elle se valide elle-même. C’est la même chose pour l’Islam ou pour l’athéisme par exemple :
    Athée : « Je crois qu’il n’a pas de Dieu parce que je trouve que les preuves sont insuffisante. »
    Chrétien : « Qui détermine le critère de validiter des preuves? »
    Athée : « Ma raison et mon jugement »
    Chrétien : « Est-ce que ta raison et ton jugement sont fiables? »
    Athée : « Oui, absolument. En tout cas, la grande majorité du temps. »
    Chrétien : « Comment peux-tu être absolument certain que tu ne te trompes pas? »
    Athée : « Parce que je le sais »

    Finalement, l’argument athée ou rationaliste est aussi circulaire que l’argument en faveur de l’autorité de la Bible. Ce qui est important, c’est d’avoir un cercle pas trop étroit et simplet comme dans l’exemple que tu donnes. C’est là que les preuves de l’archéologie, philosophiques, et apologétiques, ainsi que les explications des passages bibliques appropriés entrent en ligne de compte. Ils viennent confirmer l’autorité de la Parole et peuvent convaincre grâce à l’action du St-Esprit.

    D’ailleurs, le dernier paragraphe est aussi un argument circulaire en quelque sorte. L’Esprit nous convainc du témoignage au sujet de Jésus au-travers de la Parole. Donc, celle-ci est au début et à la fin de l’argument. Il n’y a rien de mal à celà et ce n’est pas nécessairement illogique.

  3. L’autorité de la Bible

    Je suis entièrement d’accord sur l’importance de bien reconnaître l’autorité de la parole de Dieu, je suis d’accord que c’est la premier pas après avoir accepter qu’il y a un Dieu Créateur de toute chose. Je crois que la Bible est, dans son intégralité, la Parole surnaturelle et vivante de Dieu.

    Lorsque je considère par exemple l’exactitude prophétique de la Bible. En de nombreuses occasions, les auteurs bibliques prédirent avec exactitude des événements, des années avant leur accomplissement. Pour ne prendre que l’exemple du prophète Zacharie qui prédit que le Messie entrerait à Jérusalem assis sur un âne, cinq cents ans avant que la prophétie ne s’accomplisse. Zacharie dit: «Sois transportée d’allégresse, fille de Sion! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem! Voici, ton roi vient à toi; il est juste et victorieux, il est humble et monté sur un âne, sur un âne, le petit d’une ânesse.» (Zacharie 9:9). Le récit de l’accomplissement de cette prophétie se trouve en Luc 19:35-37. Zacharie prédit aussi que le Messie serait trahi pour trente pièces d’argent. Cet événement eut lieu et le Nouveau Testament le décrit dans Matthieu 26: 15. Zacharie 11: 12 dit: «Je leur dis: Si vous le trouvez bon, donnez-moi mon salaire; sinon, ne le donnez pas. Et ils pesèrent pour mon salaire trente sicles d’argent.» Encore une fois, la prophétie fut annoncée quelque cinq cents ans avant son accomplissement. Un dernier exemple avec les Psaumes qui font la prédiction concernant la façon dont devait mourir le Christ. Le psalmiste écrivit: «Car des chiens m’environnent, une bande de scélérats rôdent autour de moi, ils ont percé mes mains et mes pieds… Ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique.» (Psaume 22:17,19). Je suis toujours stupéfait lorque je pense que ces détails furent donnés mille ans avant que l’événement ne se produise.

    La Bible est véritablement un livre doté d’autorité qu’il faut respecter. La Bible est un livre qui change les vies; elle est la vérité éternelle.

  4. L’autorité de la Bible

    Je suis entièrement d’accord sur l’importance de bien reconnaître l’autorité de la parole de Dieu, je suis d’accord que c’est la premier pas après avoir accepter qu’il y a un Dieu Créateur de toute chose. Je crois que la Bible est, dans son intégralité, la Parole surnaturelle et vivante de Dieu.

    Lorsque je considère par exemple l’exactitude prophétique de la Bible. En de nombreuses occasions, les auteurs bibliques prédirent avec exactitude des événements, des années avant leur accomplissement. Pour ne prendre que l’exemple du prophète Zacharie qui prédit que le Messie entrerait à Jérusalem assis sur un âne, cinq cents ans avant que la prophétie ne s’accomplisse. Zacharie dit: «Sois transportée d’allégresse, fille de Sion! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem! Voici, ton roi vient à toi; il est juste et victorieux, il est humble et monté sur un âne, sur un âne, le petit d’une ânesse.» (Zacharie 9:9). Le récit de l’accomplissement de cette prophétie se trouve en Luc 19:35-37. Zacharie prédit aussi que le Messie serait trahi pour trente pièces d’argent. Cet événement eut lieu et le Nouveau Testament le décrit dans Matthieu 26: 15. Zacharie 11: 12 dit: «Je leur dis: Si vous le trouvez bon, donnez-moi mon salaire; sinon, ne le donnez pas. Et ils pesèrent pour mon salaire trente sicles d’argent.» Encore une fois, la prophétie fut annoncée quelque cinq cents ans avant son accomplissement. Un dernier exemple avec les Psaumes qui font la prédiction concernant la façon dont devait mourir le Christ. Le psalmiste écrivit: «Car des chiens m’environnent, une bande de scélérats rôdent autour de moi, ils ont percé mes mains et mes pieds… Ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique.» (Psaume 22:17,19). Je suis toujours stupéfait lorque je pense que ces détails furent donnés mille ans avant que l’événement ne se produise.

    La Bible est véritablement un livre doté d’autorité qu’il faut respecter. La Bible est un livre qui change les vies; elle est la vérité éternelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s