Les protestants sous-représentés dans le cours ECR


La Table de concertation protestante qui regroupe l’ensemble des associations d’églises protestantes en matière d’éducation a émit un communiqué de presse dernièrement qui révèle de sérieuse lacunes dans le programme ECR (Ethique et culture religieuse) vis-à-vis du patrimoine protestant au Québec. Le communiqué est intéressant et adresse plusieurs points principaux. Pour avoir plus de détails, la lettre à la Ministre Courchesne vaut la peine d’une lecture attentive.

Lire l’article : http://tcpe.wordpress.com/2010/01/10/dernier-communique-de-presse/

tcpe.wordpress.com

5 réflexions sur “Les protestants sous-représentés dans le cours ECR

  1. Bonjour Jonathan, effectivement, l’ignorance est reine en ce qui concerne la connaissance de ce qu’est le « protestantisme » et de son rôle majeur dans l’établissement des démocraties modernes. La seule liberté individuelle du droit de parler et d’agir selon sa conscience, est en lien directe avec cette parole de l’Écriture qui dit que: « si ce n’est le produit d’une conviction, la chose est péché ». Ce qui a amené les « bâtisseurs » croyants de nos démocraties à y inclure ce droit constitutionnel …. une démarche complètement contraire à l’idéologie Romaine ( catholique ) de soumettre même sa conscience à l’autorité
    absolue de Rome sur les pensées et les coeurs. Et pourtant, ce Québec affranchi de Rome, ne sait même pas qu’il le doit au « protestantisme » et à ce que la Réforme produit dans les États qui la connurent… Pratiquement toute conception démocratique provient du fondement biblique. Pensons à Rutherford et à son « Lex- Rex », où la Loi est « Roi », affirmant que même le roi se doit de s’y soumettre … un principe biblique que LA Loi était applicable pour tous et tout …. cette Loi provenant de quelqu’un dont l’autorité était supérieure à n’importe lequel des rois, qui qu’il soit … Ceci étant établi, le jugement arbitraire et capricieux, n’était plus la norme établie. Ce « Lex Rex » fut une des principales base de l’établissement de la Constitution américaine, qui est une figure de proue comme modèle de démocratie et de l’établissement des libertés individuelles.
    Cette ignorance des québécois de ces faits, l’est en partie à cause de Rome, qui condamnait la liberté de conscience, et de ce fait condamnait le protestantisme. Le Québec ayant jeté le « bébé ( Rome ) avec l’eau du bain ( le christianisme ) « , s’est déconnecté de son passé et va de l’avant en reniant ce qui lui a permit de devenir démocratie. L’autorité absolue de l’État a remplacée celle de Rome et indépendamment de ce qu’en diront les citoyens, l’État va régner et donc modeler les coeurs et les consciences de ses citoyens quoique ceux-ci en penseront. Les « protestants » à ce cours ont vu leur demande d’exemption rejetée en cour …. du Québec. Ce .projet de société » québécois va remodeler le Québec de demain ….. et ces jours seront mauvais.

    1. Merci pour ton commentaire France. L’État a un agenda particulier qui contient à la fois de « bonnes » et de « mauvaises » motivations. D’un point de vue biblique, l’État a un rôle à jouer pour assurer la libre expression des convictions religieuses dans l’ordre et le respect. C’est pour cette raison que l’apôtre Paul encourage Timothée à prier pour les chefs d’État. (voir 1 Tim 2:1-4)

      Je supporte le droit des parents de retirer leurs enfants du cours, mais j’encourage en même temps les parents à aussi considérer les opportunités que le cours ECR accorde à leurs enfants dans le milieu scolaire. En principe, les écoles sont dans l’obligation de respecter la neutralité vis-à-vis de la foi des écoliers (un point qui est plus ou moins vrai dans la réalité, je sais).

      Ceci veut dire que dans le cadre des nouvelles dispositions, un enfant à le droit de demander à l’école de lui fournir un local dans lequel il peut inviter ses autres compagnons de classe à prier et lire la Bible ensemble. Il peut même (selon le milieu scolaire) demander qu’un pasteur dirige la rencontre. La « neutralité » de l’école, qui est une extension de l’État dans le domaine de l’éducation, doit « en principe » respecter les convictions des élèves tout en ne favorisant aucune religion plus qu’une autre.

      Ce que j’en viens à dire est que malgré les dispositions qui semblent limiter nos libertés religieuses sur la place publique, il y en a d’autres qui semblent nous donner des opportunités que nous n’avions pas auparavant. La raison pour laquelle la Table de concertation protestante (TCPE) a donné son appui à ECR à l’origine était basée sur les objectifs de base de ce cours (qui reflète un principe typiquement « protestant » — celui de la « laïcité ouverte »). Malheureusement, la mise en application d’ECR est une autre chose, et c’est en effet ce que la TCPE dénonce.

      Cela dit, la vraie bataille (là où j’encourage tous nos parents de prêter attention) est dans nos propres foyers, autour de la table. Le culte familial est l’endroit par excellence où l’instruction biblique et la transmission des valeurs chrétiennes ont le plus grand impact dans la vie de nos enfants. Que le Seigneur nous motive par sa grâce à continuellement mettre cette priorité à sa place d’honneur dans nos horaires déjà si chargés.

      Jonathan

  2. Le patrimoine « protestant » est quelque chose de pratiquement ignoré chez la majorité des « gens du pays ».
    La raison en est bien simple. Depuis près de « toujours », les québécois on formés une bloc monolithe de la langue à la religion. Tout ce qui était « protestant » était soit anglophone ou considéré comme anormal, lorsqu’il était question de francophone. ( on peut même dire que ceux-ci étaient pointés du doigt comme des traîtres ) S’il y a eu un impact majeur du « protestantisme » sur la société québécoise, cet impact est venu du « conquérant et maître anglophone ». Le québécois type lui, fut cloitré dans un « ghetto » catholique-romain, sans ouverture sur quoique ce soit, avant la période de la « révolution tranquille ». Et c’est durant cette période que le Québec moderne est né et avec lui, fut mis de côté la religion, celle-ci étant considérée comme abrutissant et complètement obsolète. Qui, aujourd’hui sera le défenseur du besoin crucial de religion dans notre société?

    Dans notre « âge » post-moderne », la religion est devenue désuète … une en vaut bien une autre. Ainsi, la mentalité de l’État, sera de créer une attitude civique de tolérance envers ce « besoin », le temps qu’il faudra pour amener la population à cette « maturité », qui est l’affranchissement du citoyen à ce sujet de divisions et de violences …. à cette ultime « mythologie ».

    Bon, pour tout dire, ce n’est pas à l’État d’assumer « l’enseignement de Dieu », à moins de ne pas croire à la séparation de l’Église et de l’État. N’est-il pas écrit que c’est l’Église qui est: « LA Colonne et l’Appui de LA Vérité » ou encore que c »est à l’Église d’être LA Lumière des Nations ?

    Ce monde s’en va vers son dénouement historique, et celui-ci passe par l’Apostasie complète, totale et ultime. Quand Jésus reviendra, trouvera-t’il de la Foi sur Terre ? L’âge de la Réforme est bien loin … derrière. Nous revenons à un « âge apostolique » où, l’Église devra briller Christ dans un monde impie. Relevons nos têtes et soyons vigilants … remplis de Lui et prêt à le suivre « coûte que coûte ». Mettons en pratique Deutéronome Chap 6 ( 1@9 ) dans nos maisons et Actes 2 ( 44@fin ), avec toute la mise en pratique des verbe concernant le sujet du: ‘Les uns les autres », dans nos Assemblées … et que la Grâce du seigneur soit avec nous.

    .

    1. En effet Guy, l’État semble suivre la lignée de pensée historique que tu as si bien décrite dans tes commentaires. Il existe malheureusement encore beaucoup d’ignorance et de préjugés concernant le Protestantisme au Québec. Mais comme tu le souligne, le défi pratique auquel nous faisons face dans nos églises sont pour la plupart les mêmes défis qu’a du affronter l’Eglise du premier siècle : une apostasie générale grandissante, un nouvel élan vers le paganisme et la spiritualité individuelle. Si nous, dans nos églises, ne mettons pas en pratique l’évangile que nous confessons tout en agissant à l’exemple de notre Seigneur Jésus-Christ, j’ai bien peur les préjugés et l’ignorance continueront à devenir notre norme sociale au Québec.

      Jonathan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s