Grâce dangereuse


Notes de prédications pour dimanche 15 mai 2011 (série Marc)

Est-ce que la présence du danger est forcément une bonne mesure pour saisir la volonté de Dieu pour ma vie? Est-ce que la volonté de Dieu pour moi pourrait comporter un aspect dangereux? C’est une des questions qui mijotent dans les coulisses du drame qui se déroule dans Marc 7. Les Pharisiens descendent de Jérusalem pour entendre ce rabbi qui enseigne avec autorité. Et les voilà à peine arrivés qu’ils observent que les disciples de Jésus ne se lavent pas les mains comme ils le devraient. En tout cas, ils ne se lavent pas de la manière qui était conforme à la tradition. Jésus répond de façon tranchante en affirmant que les traditions ont rendu sans effet le vrai sens de la loi de Dieu.

C”est une déclaration assez raide non? Un peu de diplomatie s’il-vous-plait? Pas question!

Imaginez pour un moment que vous venez de parfaire la recette pour une omelette vraiment succulente. Vous venez de trouver l’agencement parfait des bonnes proportions d’ingrédients en allant jusqu’à la présentation du plat. Vous êtes carrément satisfaits, fiers même! Maintenant, imaginez-vous que quelqu’un prend l’iniative de reproduire votre plat en faisant quelques modifications à la recette originale dans le but de la reproduire en masse sous le même nom. Il faut ajouter quelques petits produits chimiques et remplacer quelques-uns des ingrédients avec des imitations (juste un petit peu quoi – pour sauver des coûts). Il va de soi que le produit final, même si le goût est similaire, ne ressemble plus vraiment à l’original. En tout cas, pour le connaisseur de votre recette, c’est une arnaque gastronomique! Comment oserait-il donner à ce plat le même nom que le vôtre?!

Ce qui se produit dans la gastronomie n’est pas la fin du monde, mais lorsque nous parlons de comment vivre d’une manière qui honore Dieu, la question est d’une importance extrême!

Que les Pharisiens avaient de bons motifs à l’origine peut faire l’objet de débats assez sérieux. Certes, quelques-uns auraient voulu protéger la loi de Dieu en aidant les fidèles à vivre de telle manière à ne même pas venir proche d’enfreindre la loi de Dieu. C’est de la théologie préventive si on veut. Cela suit un peu le même raisonnement pour faire installer des barrières en bord de route en montagne. Pour éviter de s’approcher du précipice, on s’assure de mettre des gardes-corps. Et il est aussi fort probable que d’autres chefs religieux avaient en tête la même motivation que certains de nos contemporains dans nos églises qui font appel à l’égo (le soi) dans le but de satisfaire leurs propres besoins. Leur moralité dictait leur théologie. Que la motivation soit louable ou non, il reste que nos traditions poussées par une théologie plus ou moins centrée sur la clarté de la révélation biblique peut nous amener à nier l’essentiel de la révélation biblique.

Jésus nous donne un principe pour éviter de tomber dans le panneau.

L’idée principale

Il faut revenir un peu arrière dans le récit de Marc pour comprendre l’enseignement de Jésus dans son contexte. Marc 1.15, “Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle.”

Qu’est-ce que Jésus prêchait? La Bonne Nouvelle! De quoi? Eh bien que l’on puisse se tourner de bord (comme on dit en bon québécois) et de s’accrocher au salut offert en Jésus-Christ (chose qu’il expliquera plus tard). En effet, le royaume de Dieu est en train de se réaliser parce que le roi de ce royaume est venu en chair et en os. Dieu Emmanuel. Il y a donc espoir pour le problème du mal!

En lisant Marc 7, nous devons de nouveau faire face à la réalité du péché. Ce n’est pas suffisant d’admettre que le monde est voué au mal. Il faut aussi jeter un regard honnête sur nos propres coeurs. Pourquoi il a y t il tant de mal dans le monde? Commence par examiner ta propre vie? Est-ce que tu n’y contribue pas une partie au moins?

Les “auteurs” bibliques étaient douloureusement conscients de la chose eux aussi.

“13Car des maux sans nombre m’environnent; Les châtiments de mes iniquités m’atteignent, Et je ne puis en supporter la vue; Ils sont plus nombreux que les cheveux de ma tête, Et mon courage m’abandonne.” (Psaume 40.13)

“18Pourquoi ma souffrance est-elle continuelle? Pourquoi ma plaie est-elle douloureuse, et ne veut-elle pas se guérir? Serais-tu pour moi comme une source trompeuse, Comme une eau dont on n’est pas sûr?” (Jérémie 15.18)

22Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement. 23Et ce n’est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps.” (Romains 8.22-23)

Mais pour un Pharisien, apparemment il y avait raison de se justifier. Ce que la loi semblerait condamner et pointer du doigt, le Pharisien utilisait pour se justifier en ajoutant ou retranchant ce qui faisait son affaire. C’est justement ce qui se produit lorsque nous mettons nos traditions au même niveau que la révélation biblique.

Lire Marc 7.1-13

Quel reproche faisait les Pharisiens envers les disciples de Jésus? En fait, le vrai reproche est que les disciples de Jésus ne faisait pas comme les autres religieux qui laissaient paraître une piété plus visible. Jésus était à la tête d’une démonstration de piété qui n’était pas comme les autres. Alors il est naturel d’entendre des questionnements. “Eh, pourquoi ne fais-tu pas comme nous? Nous aussi on veut que le règne de Dieu s’établisse.”

Mais Jésus voit plus profond que les simples apparences. Ce n’est pas trop intéressant lorsque quelqu’un nous dit la vérité sur nous-mêmes. C’est peut-être en partie pourquoi je n’aime pas aller chez le médecin, ou le mécanicien, ou le dentiste. Mais c’est toujours avec un brin de soulagement que je sorts de ces endroits. On est bon pour un bout. Tout est maintenant en ordre. Du moins, c’est ce qu’on nous dit en sortant!

Jésus ne ménage pas ses propos. Marc 7.8 affirme que les pharisiens abandonnent la loi de Dieu (lit. aphiemi = dans le sens de congédier). Jésus affirme aussi que ces docteurs de la loi observent les traditions d’hommes (lit. krateo = dans le sens de garder une main ferme ou fixe sur quelque chose). Et finalement dans Marc 7.9, Jésus affirme qu’en faisant de sorte par égard pour les traditions humaines, les pharisiens venaient à bout d’anéantir la loi (lit. atheteo = rejeter avec une emphase sur le résultat du rejet, c.-à-d. rendre nul ou sans effet).

Nous pouvons conclure sur la base du témoignage de Jésus que les traditions qu’imposaient les chefs religieux sur le peuple dans le but de renforcer le commandement de Dieu, en fait, diminuait la loi de Dieu jusqu’au point de la rendre inefficace et d’en venir à oublier son sens véritable.

Il est important quand même de faire une petite distinction pour clarifier que je ne suis pas en train de dire que nous devrions nous défaire de nos traditions ou que les traditions sont mauvaises en soit. Elles ont une place spéciale dans nos vies. Car, elles marquent les saisons et nous aide à préserver autant les détails que la signification des évènements passés. Mais, ces traditions, aussi utiles qu’elles soient, ne doivent JAMAIS être placées au même rang que la révélation biblique. C’est un principe foncièrement Protestant que de laisser la Parole de Dieu se prononcer dans tous les domaines de nos vies, et surtout en ce qui concernant la vie de l’église. Car c’est bien la Parole de Dieu qui engendra l’Église, et non l’église qui engendra la Parole de Dieu.

Lire Marc 7.14-23

Quelle est la cause de la souillure dont parle Jésus? Eh oui…le fameux coeur de l’homme. C’est une histoire aussi vieille que le monde n’est-ce pas? Dès le jardin d’Eden, dans les conditions les plus idéales qu’on ose espérer de ce côté de l’éternité, nos premiers ancêtres trouvèrent quand même le moyen de faire le mal. Jésus met le doigt sur la vraie cause du mal et par conséquent l’utilité véritable de la loi de Dieu. Celle-ci n’est pas un moyen d’excuser ou de contourner une responsabilité morale, mais bien l’outil par excellence pour nous montrer ce qui se trouve réellement dans le coeur de l’homme.

Non, le mal ou la souillure sort bien du coeur de l’homme. C’est un mal qui fait parti de l’ADN du genre humain. Nous ne pouvons pas nous en défaire sans détruire l’image de l’être humain, imparfait, capable de faire des erreurs, etc.

Car c’est du dedans, c’est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, 22les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie. 23Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme. (Marc 7.21-23)

Est-ce que cela veut dire que je dois arrêter de blâmer mes circonstances pour le mal que je fais? Il faut revenir à Gen 3 pour répondre à cette question. Le motus operandi d’Adam et Eve est encore à la mode aujourd’hui. Il suit deux étapes principales. La première est tout simplement de remettre en questions la vérité qui est dans ce cas, la Parole de Dieu. Ce qui s’en suit est une conséquence naturelle de la rébellion. Adam et Eve subirent les conséquences de leur rébellion. Ils éprouvèrent pour la première fois le mal qu’il avaient jusqu’à lors jamais sentis. Adam blâme Eve. Eve blâme le serpent. Le serpent ne peut plus blâmer personne. C’est lui qui fut la première cause du déboire éthique.

Quelle est notre réaction naturelle vis-à-vis du mal? Gen 3.1-13.

L’apôtre Paul étire l’application de ce passage pour le rendre pertinent à l’importance de suivre Jésus Christ avec pureté et sincérité. (2Cor 11.3) L’application est pertinente pour nous aujourd’hui. Que devrions ajouter à ce que Dieu nous a déjà révélé. La révélation biblique n’est-elle pas suffisante? Mais pourtant, n’y-t-il pas des choses dans les Saintes Écritures qui ne sont pas claires? Ne devrais-je pas essayer de répondre aux difficultés théologiques qui s’y trouvent?

Affirmer le contraire serait hypocrite de ma part. Même ce blogue fait partie d’une réflexion théologique. Et je ne doute pas que l’auteur de chaque écrit qui s’y trouve aura à répondre devant Dieu un jour pour son manque de lucidité biblique à plusieurs endroits. C’est tentant de vouloir ajouter ou soustraire ce qui ne se case pas très bien avec nos systèmes n’est-ce pas? Pourquoi? Je soumets la possibilité que là où nous avons recours à une doctrine d’origine soit-disant « humaine » nous éprouvons en même temps de la difficulté à accepter par la foi ce que notre raison a de la difficulté à accepter, eh oui, …par la raison! La fidélité biblique m’entraîne parfois à simplement accepter et obéir ce que je ne comprends pas parfaitement et à affirmer ce que je ne peut pas expliquer pleinement même si au plus profond de moi-même je suis convaincu que c’est vrai.

J’en reviens donc à ma question. La révélation biblique n’est-elle pas suffisante? Au fond, Dieu n’est-il pas capable, ou assez puissant et souverain dans le monde, pour s’assurer que j’ai ce qui faut en partant pour vivre devant lui d’une manière qui lui fait honneur? C’est une question d’application que nous avons devant nous. Elle est importante.

L’apôtre Pierre en fait tout un cas dans quelques-uns des versets d’introduction à la deuxième épître qui porte son nom. En voici un extrait :

3Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, 4lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise, 5à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science, 6à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, 7à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité. 8Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ. 9Mais celui en qui ces choses ne sont point est aveugle, il ne voit pas de loin, et il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés. 10C’est pourquoi, frères, appliquez-vous d’autant plus à affermir votre vocation et votre élection; car, en faisant cela, vous ne broncherez jamais. (2Pierre 1.3-10)

Beaucoup de choses ont besoin d’être dites à ce point ci de notre réflexion sur Marc 7, mais permettez-moi de simplement souligner une observation importante. Avez-vous remarqué le point de départ pour en arriver à une connaissance riche de notre Seigneur Jésus-Christ au v.9? En ce qui nous concerne, c’est bien la foi. Mais la foi en quoi? La foi ne peut pas se manifester toute seule n’est-ce pas? Il faut bien que je puisse placer ma confiance en quelque chose! Il faut bien que je soit convaincu de quelque chose en partant? Pierre nous affirme que Dieu lui-même se charge de nous donner tout ce qui contribue à la vie et à la piété au travers de celui qui nous a appelé par sa propre gloire et sa propre vertu. Ben c’est qui ça? Il n’y en a qu’un. Pierre en fait référence explicitement dans ce passage! La seule manifestation de Dieu qui nous soit donné est bien Jésus-Christ autant par sa gloire d’avoir vaincu le péché et vaincu la mort par sa résurrection, que son exemple de conduite morale par sa vertu.

Tout ça pour dire que le but de ma réflexion théologique, de mes traditions, doivent aboutir à l’imitation et la glorification de Jésus-Christ. Lui se charge de nous donner ce qui manque à notre réflexion. Le but de la « vraie » théologie et le but des traditions qui honorent Dieu est bel est bien notre attachement à Jésus Christ. Une bonne question à se poser pour déterminer l’utilité d’une tradition ou la pertinence d’une réflexion théologique pourrait alors être la suivante : Est-ce que cette tradition ou cette réflexion théologique m’amène à dépendre plus de Jésus-Christ? ou pas? Si la but de la révélation biblique est d’apprendre à dépendre sur Jésus-Christ pour connaître Dieu, alors pourquoi ne pas en faire une règle d’interprétation biblique? Oui, je sais, il faut faire attention de ne pas voir « Jésus-Christ » dans tous les versets de la Bible. Et ce n’est pas cela que je propose. Mais en faisant le travail d’un bon serviteur de la Parole selon 2Tim 2.14-15 et en la mettant en pratique dans ma propre vie, je dois avoir comme motivation le désire d’amener les autres à connaître véritablement Jésus-Christ.

Conclusion sur Marc 7.1-23

  • Il est dangereux de fabriquer une doctrine pour expliquer ce qui n’est pas clair dans les Saintes Écritures.
  • Il est dangereux de ne pas prendre au sérieux le mal qui réside dans nos propres coeurs.
  • Il est dangereux de prendre au sérieux le mal qui réside dans nos propres coeurs. On ne sait jamais ce qu’on va trouver au fond de nos coeurs lorsque nous donnons libre court à l’Esprit de Dieu dans nos vies.
  • La grâce de Dieu est dangereuse, mais la présence du danger n’est pas nécessairement mauvaise. Vivre par la foi comporte un certain risque car Dieu me demande d’avancer pas à pas sans savoir toutes les réponses à l’avance parce que la réponse qui en vaut la peine est notre nécessité de dépendre sur Jésus-Christ, de le connaître d’avantage, et de le faire connaître par notre manière de vivre.

Application

  • Ne fais pas du “danger” une règle absolue pour chercher à honorer la volonté de Dieu.
  • Mets-toi d’accord régulièrement avec Dieu sur l’état réel de ton coeur.  (ex. Psaumes de David)
  • Laisse à Dieu le soin de te montrer par son Esprit demain ce que tu ne comprends pas aujourd’hui. En attendant, honores-le selon la simplicité de sa grâce qui t’amène à Jésus-Christ et en qui tu trouves tout ce dont tu as besoin pour vivre devant Dieu d’une manière qui l’honore.

12 S’il est une chose dont nous pouvons être fiers, c’est le témoignage de notre conscience; il nous atteste que nous nous sommes conduits dans le monde, et tout spécialement envers vous, avec la sincérité et la pureté qui viennent de Dieu, en nous fondant, non sur une sagesse purement humaine, mais sur la grâce de Dieu. (2Corinthiens 1.12 – Version La Bible Semeur)

3 réflexions sur “Grâce dangereuse

  1. Merci aussi à Toi …. « JongWedel » ….
    Content aussi de retrouver ton Blog ( et par la bande toi )

    Cé juste que ce Sujet à capté mon Intérêt ….. et j’ai garder comme le « filon » du sujet dans mes penseées.
    Ce n’est qu’à ma Conversion, que j’ai pu « décoder » le But de la Loi ( et de n’importe quelle loi ) … alors, j’imagine combien ces Docteurs de Loi, furent complètement débousselé par l’Enseignement de Jésus, qui ne vivait pas selon leur « Humble Clotûre de protection » …..
    Ils en ont probablement tiré la Conclusion que cet Jésus était un Méga-Orgueilleux. ( au minimun )

    Je réfléchissait sur ce « Lavage de mains » et d’Ablutions de toutes sortes, établis en « Loi Barrière ». Lorsque l’on sait que le Service du Tabernacle/Temple impliquait un « passage » à la Cuve d’airain, à toutes les fois ou le Sacrificateur passait de l’Autel à la Tente, conformément à l’Instruction de l’Écriture, il devient assez évident de constater qu’ils ont élargis ce « style de vie », à toutes les sphères de celle-ci ….. sur la base de la « Présomption d’avoir Péché », ou ce que l’on peut appeler: Le Péché par Erreur ou par Mégarde. ( Lévitique 4 )

    Même si l’Ignorance de la Loi n’est pas une Excuse valable, il se peut qu’une personne, mal instruite ou simplement ignorante de ces Choses, aurait péché …. donc, au cas ou, pourquoi ne pas s’encadrer d’un « système défensif » qui servirait « d’Assurance Péché » ?

    Je ne défend pas ce Système mais je comprend bien le Pourquoi.
    La faille fut que tout a été mis en Place selon « La Lettre de la Loi » et non selon « L’esprit » de Celle-ci … et tout est là …..
    Le danger est réel mais ce n’est pas le Clotûre qui l’empèche de nous dominer car le Péché est en nous ….. et c’est pourquoi, Jésus déclare que c’est du Dedans que viennent les Souillures ….
    La Solution passait par la Régénération, déjà prophétisée, qui change le Dedans et non garde « net » le dehors.

    Aujourd’hui, la « loi barrière », serait de ne pas occasionner la chute de quelqu’un … et même de la nôtre, mais elle s’établie dans l’Amour ( Agapé ) de/pour Dieu, et dans la Liberté que Christ nous a acquise.
    La Loi reste toujours un guide qui nous instruit sur Christ, Son Caractère et Sa Volonté.
    Elle nous fait connaître Jésus et nous permet, La connaissant, de l’aimer comme Il veut être aimé.

    Bon … bein, bonne journée et A+.

  2. Salut « JongWedell » …

    Excellent Post ….. j’y prend la Liberté de commenter, comme-ça ….. ça me fait plaisir.

    Pour comprendre, un peu mieux, l’implantation de la Tradition « Juive », il faut remonter à la Déportation à Babylone de la Nation Israélite.
    Plusieurs « hommes pieux » de cette Époque, ont formés une « alliance » entre eux, qui visait à se garder les uns les autres, pour se conformer à l’Alliance faite avec YHWH au Sinaï, afin de ne plus « tomber sur le Jugement » et la Condamnation de YHWH, faute de ne pas avoir respectés les Termes de l’Alliance.
    Ils se donnèrent donc, le nom de Chaberims, qui signifie: Les Compagnons de l’Alliance.
    C’est plus tard, que le Nom Perushims, leur fut attribués, par des « gens du dehors » de leur « Club », qui les ont ainsi surnommés: Les « Séparés ».
    Il faut comprendre que la l’Alliance de la Torah, en fut une Conditionnelle, qui donnerait Bénédiction si respectée, et Jugement si non respectée.
    Donc, ces « hommes pieux » ont après maintes réflections et discussions, ( et on imagine aussi, dans la prière ) établis les « Lois Barrières » ( Hallakha ) …. visant à règler tout les Aspects de la vie des Juifs, pour s’assurer que rien n’irait è l’Encontre de la Torah.
    L’Intention fut « bonne » mais comme l’Apôtre Paul le dit: »Ils ont ( eus ) ce Zèle pour Dieu mais sans Intelligence ( Litt=Connaissance ) ….. c@d, qu’ils n’ont jamais saisis le But Véritable de la Loi.
    But qui fut de révéler le Péché, d’agir en Pédagogue, et de pointer vers LA Solution, qui est Christ.
    Et le Tout, venant, par la Foi …. et dans la Grâce de Dieu …. et non par le Mérite de se conformer à Celle-ci pour « gagner » le Salut.
    La Torah, enseignait que le Salut serait par la Foi, et tout ces Sacrifices, de toutes sortes, pointaient vers Celui de Jésus … mais … la Lumière n’a pas été donnés à tous.
    Puis, de Générations en Générations, ce qui fut un acte de « bonne volonté », s’est codifié de plus en plus, mais sur de mauvaises bases …. et on a accouché des Mishna, Gemarah et Talmud, qui ont progressivement complètement éclipsés LA parole de Dieu.
    Aujourd’hui, le « Milieu » Évangélique ( anciennement reconnu comme Celui « Du Livre » )
    est à cette croisée des Chemins ….. Celui des « liseux de livres instructifs » et des « liseux de commentaires » et des « auditeurs de conférences » et séminaires …..
    Non pas que c’est « mal » en soi ….. mais, il est évident que l’Écriture est délaissée.
    La Lecture de l’Écriture, dans la Prière et la Méditation, dans la Dépendance de l’Esprit ( qui conduit dans la Vérité ) ….. seul à seul, avec Dieu ….. est chose rare.
    On y préfère, le « Fast Food », de la Nourriture Céleste, déjà « priée », « méditée » et apprêtée selon les goûts du « gastronome » qui a écrit son livre.
    Et là, tranquillement on voit une nouvelle génération qui, parle et agit selon l’Écriture, mais sans pouvoir faire l’Équation de la Chose … c@d, qu’ils disent et font ce qui est accepté et donc acceptable, dans le « Milieu » ….. mais est-ce selon la Parole ?
    Le résultat est, quelque part, une « Apparence de la Piété » mais sans la Force qui vient avec.
    Il faut toujours avoir à l’esprit, que c’est la Parole qui est Vérité, Lampe à nos pieds et Lumière sur notre Sentier.
    S’il devrait y avoir une « loi barrière » pour notre ( chaque ) Génération, elle devrait être celle de: »Lit et Prie ……relit et prie …… et médite dans la Prière » ….. Car en bout de lgne, LA Foi vient de ce que l’on entend et ce que l’on entend, se doit d’ëtre la Parole de Christ.

    Bon Post ….. good job, A+

    1. Merci pour ces commentaires fort utiles Guy. Je suis content de te « revoir ». J’ai prit le temps de relire ce que j’avais écrit et j’espère avoir clarifié quelques éléments qui, avec un peu de recul, me paraissaient moins claires. Merci pour ta contribution précieuse dans une réflexion théologique qui cherche à honorer Jésus-Christ.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s