Postures de conversion


Notes d’enseignement pour dimanche 25 mars 2012. (no. 4 de 4 dans la série ADORER DIEU)

Passage à l’étude : Éphésiens 5.1-21

Illustration

Je lisais récemment un article sur les efforts d’évangélisation au travers d’une démonstration de l’amour de Jésus qui se fait dans certaines régions de l’Inde. Il s’agit du ministère de Gospel for Asia (GFA) qui se donne comme mission de former des missionnaires qui savent rejoindre leurs propres villages et régions. L’évangile est présenté de concert avec toute l’aide qui est possible pour aider les villages concernés. Il serait difficile de présenter un message d’espoir sans apporter une aide pratique dans de telles conditions.

L’article relatait les conditions terribles de plusieurs enfants qui mouraient de faim devant les yeux du missionnaire local qui leur rendait visite. Vraiment touché par les conditions désespérées du village, il fit appel à ses superviseurs avec GFA pour voir si l’on pourrait construire un puis d’eau potable et une école. Puisque les familles étaient pauvres et étaient des réfugiés provenant d’une autre région, il leur était plus profitable que leurs enfants deviennent des mendiants dans les villes avoisinantes que d’aller à l’école ou de travailler.

Après que le puis et l’école furent construits, le missionnaire dû apprendre aux enfants comment écouter en classe de façon disciplinée, et comment venir à l’école de façon propre. Les cheveux collés par la sueur et la poussière, les visages sales, et une odeur presque insupportable furent la motivation nécessaire pour insister sur quelques règles d’hygiènes. Puis, petit à petit, les enfants vinrent à l’école propre, habillés dans de meilleurs habits. Il fallut non seulement convaincre les enfants, mais leurs parents aussi. Éventuellement, on put voir et entendre des enfants riant dans la cour d’école, les visages resplendissants et …propres.

Le missionnaire en question fonda une petite chapelle qui maintenant aide la communauté à bâtir une vraie communauté autour de l’amour de Jésus-Christ.

C’est une histoire qui « finit » bien…même si elle n’est pas réellement finie. Mais elle nous sert d’illustration aujourd’hui par le fait qu’il y a un changement visible et permanent qui se produisit dans les enfants qui vinrent à l’école. Non seulement ils étaient propres, mais leurs manières d’agir changèrent aussi. Ils ne se lavaient plus dans la rivière plutôt sale, ou faisaient leur toilette ici et là. Même si leur situation financière n’avait pas changé, leur perspective sur leurs vies et leurs manières d’agir changèrent pour le mieux.

L’image d’un village en Inde qui subit de profonds changements après que certaines conditions sont améliorées nous rappelle aussi d’une autre image. Nous parlons de celle d’un Chrétien qui a été enlevé du royaume des ténèbres et admit dans le royaume de lumière. La chose sur laquelle j’insiste ce matin est la suivante : l’expérience de conversion chez le Chrétien n’est pas simplement une expérience où je ressens la présence de Dieu et je l’invite à venir dans ma vie. Il s’agit plutôt d’un changement d’identité. Avant j’appartenais à un certain « royaume » pour ainsi dire, et maintenant, j’appartiens au royaume de Dieu.

Est-il possible alors de se défaire des habitudes de l’ancien royaume? que dire des idoles que nous nous sommes faites? Celles qui nous donnaient (nous pensions en tout cas) ce dont nous pensions avoir réellement besoin pour être satisfaits, mais qui en réalité ne nous satisfaisaient pas? En fait, vivre dans le royaume de Dieu est autant un acte de foi qu’un acte d’obéissance. Et même si par moments, certains aspects de ma « vieille vie » me semblent attirants, je ne peux pas, je ne veux pas revenir dans cet ancien royaume. Comment pourrais-je le faire après avoir goûté la bonté de Dieu qui me comble, si du moins c’est bien de la bonté de Dieu que j’ai goûté?

Contexte d’Éphésiens 5.1-14

L’apôtre Paul fait la distinction entre le royaume de Dieu et le royaume de Satan (du monde), entre le royaume de lumière et le royaume des ténèbres. Par conséquent, les sujets du royaume de lumière sont appelés à se comporter comme des enfants de lumière en attendant que le royaume de Dieu soit pleinement réalisé sur terre. La conversion du croyant qui place sa confiance dans l’oeuvre de Jésus à la croix pour la rémission de ses péchés n’est pas la seule chose qui caractérise la vie du chrétien. La conversion est une porte d’entrée à une manière de vivre qui est motivée de façon profonde par l’adoration dans toutes les sphères de la vie.

Paul exhorte principalement l’église d’Éphèse à adorer Dieu à au moins trois niveaux. Nous les identifions comme 3 postures de la conversion d’un chrétien.

Marchez dans l’amour (v.2)

Marchez dans l’amour à l’exemple de Christ – qui est pour Dieu un sacrifice de bonne odeur. DONC, j’adore Dieu en démontrant l’amour de Jésus-Christ.

  • un amour pour Dieu vs égoïsme démesuré (v.3)
    • L’impudicité (Gr. porneia) : donner libre cours aux passions sexuelles sauvages
    • Espèces d’impuretés (Gr. akatharsia) : donner libre cours à des actions qui en temps normal seraient considérées comme honteuse
    • Cupidité (Gr. pleonexia) : donner libre cours à une passion de posséder ce qui ne peut pas être obtenu de façon juste
  • une louange à Dieu vs un langage offensant (v.4)
    • paroles déshonnêtes (Gr. aischrotes) : parler de ce qui fait naturellement honte, offenser l’auditeur inutilement
    • propos insensés (Gr. morologia) : dire des choses qui sont ridicules, des paroles qui ont « mauvais goût, » ou « déplacées »
    • plaisanteries (Gr. eutrapelia) : faire une moquerie de ce qui est bien tout en faisant les éloges de ce qui est mal

Marchez comme des enfants de lumière (v.8)

Marchez à l’exemple de Christ. J’adore Dieu quand je marche dans sa lumière car je réalise que je suis appelé un enfant de lumière. Je marche selon la manière que Dieu me voit, et non seulement de la manière que moi je me vois.

  • C’est quoi la lumière? Toute sorte de bonté, de justice, et de vérité (v.9).
  • Comment marcher dans la lumière? Examinez ce qui est agréable au Seigneur (v.10) et condamnez ce qui n’est pas agréable au Seigneur (v.11).

Marchez avec circonspection (v.15)

  • Rachetez le temps

Le mot « temps » traduit le terme kairos qui veut dire en Grec : opportunités, saisons. Vous ne trouverez pas des opportunités d’adorer Dieu sous votre nez. Donc, marchez afin de pouvoir trouver les occasions d’adorer Dieu autour de vous qui ne sont peut-être pas évidentes sur le coup (v.16).

  • Soyez remplis de l’Esprit de Dieu.
    • En chantant des cantiques spirituels, en faisant l’éloge de Dieu dans votre coeur. (v.19)
    • En lui exprimant votre reconnaissance pour qui il est et pour tous ses bienfaits. (v.20)
    • En vous soumettant les uns aux autres par respect pour Jésus-Christ. (v.21) Pourquoi? Parce que c’est bien ce qu’il a fait pendant qu’il était sur terre. Il a soumis sa propre volonté, sa force, pour accomplir le plus grand bien chez les autres. C’est une attitude complètement opposée à celle de l’égoïsme.

Conclusions

Comment me débarrasser de mes idoles? Je dois les remplacer par quelque chose qui sait capturer mes passions et mes désirs. Jésus-Christ est le seul qui puisse me satisfaire. Les « faux dieux » que je me fabrique, me laisseront toujours insatisfaits, désirant toujours plus et jamais comblé.

Je dois donc apprendre à adorer Dieu. Mais l’adoration est bien plus qu’une partie du culte le dimanche matin.

L’adoration ne se limite pas à chanter des cantiques les dimanches ou de prier à haute voix au milieu de l’assemblée des chrétiens réunis. L’adoration est une manière de vivre (de marcher) qui honore Dieu, qui exprime les éloges de Dieu. J’aime la définition de l’adoration que j’ai entendu de l’archevèque Anglican William Temple qui va comme suit :

Worship is the submission of all of our nature to God. It is the quickening of the conscience by his holiness; the nourishment of mind with his truth; the purifying of imagination by his beauty; the opening of the heart to his love; the surrender of will to his purpose–all this gathered up in adoration, the most selfless emotion of which our nature is capable.

(Traduction libre en français) L’adoration est la soumission de tout mon être à Dieu. C’est l’éveil de ma conscience par sa sainteté; le rassasiement de ma pensée par sa vérité; la purification de mon imagination par sa beauté; l’ouverture de mon coeur à son amour; la capitulation de ma volonté à ses desseins–toutes ces choses réunis ensembles dans un esprit de reconnaissance, l’émotion la plus dévouée  (altruiste) dont nous sommes capables.

Dans Éphésiens 5.1-21, Paul nous donne 3 postures d’adoration pour le chrétien. La première est de marcher dans l’amour. L’attention est portée sur l’imitation de Jésus-Christ qui se reflète en ayant une conduite caractérisée par l’amour pour Dieu et son prochain.

La 2e posture consiste à marcher tout en ayant conscience que même si nous ressentons sa présence, nous vivons encore dans ce monde, et nous vivons toujours dans notre corps de chair. Nous sommes conscients que notre appel à suivre Jésus-Christ est souvent à contre-courant de ce qui est populaire dans ce monde. Nous marchons d’une manière qui est éclairée par la sagesse de Dieu et qui nous amène à chercher ce qui lui est agréable.

Et finalement, nous marchons avec circonspection cherchant les occasions favorables où nous pouvons adorer Dieu. Nous cherchons de façon intentionnelle à l’adorer dans toutes les sphères de nos vies, pas juste à l’Église. Nous cherchons à adorer Dieu au sein de notre travail en oeuvrant comme si Dieu lui-même était notre patron. Nous cherchons à adorer Dieu à l’école comme si le but de chaque matière que nous étudions est une étude sur comment Dieu se révèle au travers des lois de la nature, de l’histoire, de la géographie, de sa création. Le comble est que lorsque nous le découvrons Dieu en train de se manifester par ses oeuvres, nous l’exprimons. Nous ne restons pas silencieux. Comme quelqu’un qui vient de goûter à un plaisir intense a aussi soudainement le goût de l’exprimer, de le partager, nous aussi lorsque nous rencontrons Dieu, nous l’exprimons et nous le partageons.

Dieu est digne de louanges dans toutes les sphères de ma vie. Et lorsque je cherche à l’honorer dans tous ses domaines, je suis en train de lui donner la place qui lui revient, la place d’honneur dans mon coeur. C’est seulement là que je trouve le remède contre l’idolâtrie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s