Une direction à suivre devant nos soucis


Notes d’enseignements pour le dimanche 27 janvier 2013.

Quelle est votre perspective sur la nouvelle année? Avez-vous accueilli la nouvelle année avec un sentiment d’anticipation ou d’appréhension? Peut-être que vous avez entendu que le monde financier est plutôt précaire et vous vous êtes soucié de votre fonds de pension? Peut-être que vous avez entendu des rumeurs au travail et vous vous êtes souciés de votre carrière? Peut-être que comme moi, un médecin vous a envoyé consulter un spécialiste par précaution après avoir dit le mot « cancer ». Ce qui dans mon cas est arrivé à deux reprises en deux mois pour finir avec la phrase, « vous n’avez rien à vous soucier M. Wedel. »

La vie a le potentiel de nous causer beaucoup de soucis. Des fois, nos choix ne nous donnent pas les résultats espérés et nous devons apprendre à vivre avec les conséquences. Dans d’autres circonstances, la vie semble nous mener dans un chemin que nous n’aurions pas choisi et nous devons composer avec ce qui est maintenant devant nous.

Et si on y pense un peu, ce ne sont pas nécessairement les circonstances que nous trouvons particulièrement difficiles, mais plutôt les soucis que nous attachons à ces mêmes circonstances. Nous pouvons, comme la culture populaire nous le suggère souvent, penser de manière positive. C’est très à la mode de nos jours. Le seul problème est que même la pensée positive ne change pas ce qui est important pour nous. Ne dites pas à quelqu’un atteint d’un cancer par exemple, « ne t’en fais pas, reste positif, ça va s’arranger tu verras. » La personne pourrait répondre, « je m’en fais pour beaucoup. C’est de ma vie qu’on parle! » Même les études médicales démontrent qu’un taux égal de gens généralement optimistes comparé à des gens pessimistes meurent d’une maladie sérieuse suite à un traitement médical prolongé.

Une meilleure approche est d’accepter la réalité de la situation et d’adresser les soucis qui nous paralysent. Et c’est là où le passage d’aujourd’hui nous donne une direction à suivre qui nous est très utile, particulièrement si vous croyez que Dieu existe et qu’il est bienveillant.

Lire Matthieu 6.19-34 (version La Bible Semeur)

Le Royaume de Dieu comme priorité quotidienne

(L:SG Matthieu 6.33-34) Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. 34Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffi sa peine.

(SEM Matthieu 6.33-34) Faites donc du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus. Ne vous inquiétez pas pour le lendemain; le lendemain se souciera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine.

Il est bon et utile de noter plusieurs observations sur ce passage pour comprendre les implications du règne de Dieu dans la vie quotidienne du Chrétien.

  • « Cherchez premièrement le royaume » décrit la priorité que l’on accorde au règne de Dieu dans nos vies. Dans ce contexte, Jésus est en train de dire que même si les préoccupations matérielles font partie de nos vies, elles ne sont pas la chose principale qui caractérise la vie. Le règne de Dieu est la chose principale. Et Jésus est en train de dire qu’au lieu de nous soucier du matériel, nous devrions plutôt nous soucier du règne immatériel de Dieu.
  • L’inclusion de la phrase, « et la justice de Dieu » ne sont pas en lien avec le Royaume comme c’est écrit dans certaines traductions de la Bible. La LSG, la SEMEUR, et la version Darby ont bien traduit le pronom personnel 3e p. s. qui parle de la justice/bonté de Dieu. Cherchez ce qui est bon et juste aux yeux de Dieu.
  • « et toutes ces choses vous seront données par-dessus » nous rappelle que même si le règne et ce qui est juste aux yeux de Dieu forment le vrai sens de la vie, les préoccupations matérielles ne sont pas pour autant exclues. Jésus est aussi en train de dire que si tu mets ta priorité sur son règne et sur ce que lui considère être bon et juste, tu auras de quoi te vêtir, te nourrir, te loger, et vivre une vie comblée. Dieu adressera tes préoccupations matérielles en cours de chemin.

D’ailleurs, mon expérience me dit que lorsque je fais de mes préoccupations matérielles ma priorité, elles finissent par me détruire. Dieu n’a pas conçu la vie pour que nous nous laissions posséder par ce que l’on possède. La seule manière d’y voir clair est de faire du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux notre priorité.

Comment vivre le règne de Dieu sur terre?

Pour répondre à cette question, il nous faut prendre le temps de considérer qu’est-ce que le Royaume de Dieu représente. De quoi s’agit-il?

La réponse courte nous est déjà donnée par Jésus dans Matthieu 5-7 à travers de ce qu’on appelle son Sermon sur la Montagne. Le passage que l’on vient de lire ce matin en fait justement partie et à beaucoup d’égards, Matthieu 6.33-34 résume l’idée principale de l’enseignement de Jésus dans Matthieu 5-7.

Mais pour comprendre de quoi il s’agit plus précisément, il nous faut aussi prendre le temps de clarifier ce que la Bible entend par le règne/le royaume de Dieu. Alors j’aimerais juste présenter une esquisse de base pour mieux saisir le terrain théologique sur lequel on se trouve.

Qu’est-ce que le règne de Dieu?

Autant dans le Grec du NT que dans l’Hébreu de l’AT, la Bible présente l’idée du Royaume de Dieu comme l’endroit qui délimite l’autorité de Dieu (voir 2 Rois 19.14-15; Ps 103.19; Ps 145.10-13; És 6.5; Jer 46.18).

Note : Il y a une nuance entre le royaume et le règne de Dieu. Le royaume désigne la sphère d’influence où tout est soumis à l’autorité de Dieu, tandis que le règne désigne l’influence et l’action souveraine de Dieu.

L’idée que Dieu est le Roi d’un Royaume influence beaucoup notre compréhension de sa personne et de son œuvre dans l’histoire. La Bible ne nous présente pas un Dieu détaché du monde ni un Dieu qui habite la création. Le Dieu de l’univers est transcendent dans le sens qu’il est beaucoup plus grand que la création et il n’en fait pas partie. Il est le Créateur. Mais il est aussi un Dieu immanent, dans le sens que le Dieu de la Bible s’implique et s’ingère dans les différents aspects de sa création. Il la soutient et en maintient l’ordre.

Presentation.007

(Voir par exemple PS 104 où Dieu est décrit comme étant le maître de la nature; voir aussi Gen 8.21-22 où Dieu promet qu’il ne détruit plus jamais la terre par les eaux et qu’il maintiendra les saisons de la nature.)

De plus, il est aussi important de saisir la réalisation progressive du Royaume de Dieu dans l’histoire du monde. Le développement de l’idée du Royaume de Dieu à partir de l’AT est progressif. Il y a par exemple l’imagerie du Royaume de Dieu représenté dans la famille de Noé, le peuple d’Israël avec Moïse, le royaume d’Israël avec le roi David, le culte du temple, les enfants d’Israël qui suivent la loi en déportation, etc. Chaque « dispensation » vient se rajouter à la précédente pour définir plus précisément la réalisation de Royaume.

Nous ne pouvons pas, non plus, échapper à l’aspect de l’espérance attaché à la réalisation du Royaume de Dieu. Puisque le Royaume de Dieu se révèle de façon progressive, le peuple de Dieu doit espérer dans la réalisation finale du Royaume de Dieu.

C’est ici que l’on peut voir tant la transcendance que l’immanence de Dieu vis-à-vis de sa création. L’AT prédit la venue du Méssie dont le royaume n’aura pas de fin. On parle d’un roi dont le règne sera caractérisé par le droit et la justice.

(Zach 8.7-8) 7Ainsi parle l’Éternel des armées : voici, je délivre mon peuple du pays de l’orient et du pays du soleil couchant. 8Je les ramènerai, et ils habiteront au milieu de Jérusalem; ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu avec vérité et droiture.

(Ésa 9.5-6) 5Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule; on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. 6Donner à l’empire de l’accroissement, Et une paix sans fin au trône de David et à son royaume, L’affermir et le soutenir par le droit et par la justice, Dès maintenant et à toujours : Voilà ce que fera le zèle de l’Éternel des armées. 

Le Royaume de Dieu et le ministère de Jésus-Christ

Compte tenu de l’AT, il n’est pas étonnant alors de constater que l’aspect principal de l’enseignement de Jésus-Christ concerne le Royaume de Dieu, SON royaume.

(Matthieu 4.17) 17Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.

(Marc 1.14-15) 14Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l’Évangile de Dieu. 15Il disait : le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle.

(Luc 4.42-43) 42Dès que le jour parut, il sortit et alla dans un lieu désert. Une foule de gens se mirent à sa recherche, et arrivèrent jusqu’à lui; ils voulaient le retenir, afin qu’il ne les quittât point. 43Mais il leur dit : il faut aussi que j’annonce aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de Dieu; car c’est pour cela que j’ai été envoyé.

Il est intéressant de noter que même du temps de Jésus, la compréhension du Royaume de Dieu s’est faite de manière progressive. Jésus enseignera et agira d’une telle manière que l’inauguration du Royaume de Dieu deviendra évidente au fur et à mesure que l’œuvre du Saint-Esprit se répand. Nous comprenons beaucoup mieux alors ce qui motive la question des disciples de Jean-Baptiste lorsqu’ils demandent à Jésus :

Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre? 4Jésus leur répondit : Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez : 5les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. 6Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute! (Matthieu 11.3-6)

Même les disciples de Jésus se posaient des questions en lien avec la pertinence du Royaume de Dieu sur terre. Juste avant l’ascension de Jésus, les disciples lui demandèrent :

Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël? 7Il leur répondit : ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. 8Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. (Actes 1.6-8)

Presentation.008

Quand nous parcourons le NT, nous découvrons aussi ce que le Royaume de Dieu n’est pas. Nous regarderons ces descriptions plus en détail plus tard. Mais il suffit d’en énumérer quelques aspects qui seront utiles à une application théologique à nos vies quotidiennes.

  • Le royaume est déjà là, mais non pas pleinement réalisé (ex. Matt 3.2; Luc 10.9,17-23; 21.31; Marc 1.15; Luc 22.16; Apoc 17.17)
  • Ce n’est pas un royaume terrestre (Jean 8.23; 18.36)
  • Annonce la victoire finale sur Satan et son règne (Actes 10.38; Marc 3.15; Luc 9.1; Heb 2.14;
  • Le Royaume est caché, pas tous le cherche et le trouve. (Matt 13.44; Matt 7.14)
  • Inauguré par la venue du Messie Jésus-Christ (1 Cor 15.27; Eph 1.22; Heb 2.8)
  • Le Royaume de Dieu sera accompli lors de la 2e venue de Jésus-Christ glorifié (Marc 8.38; Luc 9.26)

Comment vivre le Royaume de Dieu sur terre?

La question évidente est alors : comment pouvons-nous vivre le Royaume de Dieu sur terre? Matthieu 6 est le centre du Sermon sur la Montagne où il est question précisément de comment vivre sur la terre en cherchant le Royaume de Dieu et sa justice. Nous lisons peut-être trop souvent Matt 6.33 hors contexte sans prendre le temps de ralentir pour comprendre de quoi il s’agit. Mais n’oublions pas que ce commandement nous donne le mot d’ordre sur tout l’enseignement de Jésus à propos de son Royaume sur les deux chapitres précédents.

J’encourage donc chacun d’entre nous à prendre conscience des enseignements de Jésus dans Matthieu 5-7 comme étant des directives pour le suivre et vivre dans ce monde d’une manière qui honore notre Créateur.

Le Royaume de Dieu a certaines limites dans l’histoire

Pour bien appliquer les enseignements de Jésus dans Matthieu 5-7, il nous faut aussi bien comprendre la relation entre le Royaume de Dieu et le « royaume » terrestre. En effet, nous ne vivons pas le royaume de Dieu sur terre. Plusieurs ont tenté de le faire dans le passé et ont affreusement échoué. Car même si le Royaume de Dieu fut inauguré avec la venue de Jésus-Christ, il n’en reste pas moins que le Royaume de Dieu n’est pas encore pleinement réalisé. Même si l’influence du règne de Dieu se fait sentir dans le monde autant sur les croyants que les païens, il reste que le Royaume de Dieu est la sphère d’influence, si on veut, où il est reconnu comme étant le souverain, le Roi.

Il peut arriver que nous confondions les limites du Royaume de Dieu vis-à-vis du monde terrestre dans nos vies de tous les jours. J’aimerais donc donner quelques points de repère pour nous aider à vivre le Royaume de Dieu tel qu’il nous est présenté par le Seigneur Jésus-Christ au travers des Évangiles.

  1. Le Royaume de Dieu n’est pas l’Église. L’Église donne une image de comment vivre le Royaume de Dieu. L’Église est une manifestation du peuple de Dieu qui expérimente le Royaume de Dieu en appliquant l’Évangile. Comme telle, l’Église fait partie du Royaume de Dieu, mais elle n’englobe pas le Royaume de Dieu. Il y a un lien très serré entre les deux, mais l’un n’est pas synonyme de l’autre. Je ne peux pas remplacer le terme, « Royaume de Dieu » par « Église ». Par exemple, c’est le Royaume de Dieu qui a créé l’Église. L’Église quant à elle rend témoignage du Royaume de Dieu. Elle est un instrument précieux au service du Royaume de Dieu et elle préserve, en quelque sorte, la nature du Royaume de Dieu au travers de sa fidélité à proclamer et faire connaître la Parole de Dieu.
  2. Le Royaume de Dieu n’est pas un mouvement de justice sociale. Les enfants de Dieu apportent une justice sociale dans leurs cercles d’influence par leur obéissance à l’Évangile en démontrant l’amour de Dieu en paroles et en œuvres. La justice sociale est un dérivé de la proclamation et la mise en pratique du Royaume de Dieu. Mais elle n’est pas elle-même un mouvement de justice sociale.
  3. Le Royaume de Dieu n’est pas un système que l’on impose à la société dans le but de la réformer par des pressions externes. On n’entre pas dans le royaume de Dieu ni par force ni par imposition. L’appel du Royaume de Dieu est au travers du cœur d’un individu qui désire de tout cœur répondre à la grâce bienveillante de Dieu.
  4. Le Royaume de Dieu ne remplace pas l’autorité civile. Dieu a établi les autorités civiles avec le mandat de récompenser le bien et punir le mal. À plusieurs reprises dans le NT, nous lisons que nous devons prier et respecter l’autorité civile. (voir par exemple 1 Tim 2.1-4 et la réponse de Jésus aux pharisiens concernant le paiement des taxes, aussi injuste soit-elle dans Luc 20.19-26)
  5. Le Royaume de Dieu ne remplace pas l’ordre de la création. L’unité familiale reste dans l’expression du règne de Dieu sur terre. D’ailleurs, l’église et la famille se ressemblent. Mais même dans l’église, nous respectons l’ordre de la création et nous cherchons à la mettre en valeur en encourageant nos hommes a démontré une direction spirituelle caractérisée par le service. Nous cherchons à mettre en valeur le rôle de la femme en l’encourageant à exprimer sa féminité et son instinct maternel au sein de l’église. Nous encourageons nos parents à prendre soin de leurs enfants. Nous encourageons chaque personne à dominer sur la création en étant productive pour le bien des autres et de la création. Dans ce sens, participer au Royaume de Dieu affermit le commandement de Dieu dans Genèse 1.28-29.

Qu’est-ce que je risque de perdre si je n’honore pas le règne de Dieu?

Voici quelques passages bibliques (parmi tant d’autres) qui parlent des conséquences de ne pas reconnaître la provision et le règne de Dieu.

(Ps 50.23) 23Celui qui offre pour sacrifice des actions de grâces me glorifie, Et à celui qui veille sur sa voie Je ferai voir le salut de Dieu. 

(Osée 2.10) 10Elle n’a pas reconnu que c’était moi qui lui donnais le blé, le moût et l’huile; et l’on a consacré au service de Baal l’argent et l’or que je lui prodiguais.

(Malachie 2.2) 2Si vous n’écoutez pas, si vous ne prenez pas à cœur De donner gloire à mon nom, dit l’Éternel des armées, J’enverrai parmi vous la malédiction, et je maudirai vos bénédictions;

(Actes 12.21-23) 21A un jour fixé, Hérode, revêtu de ses habits royaux, et assis sur son trône, les harangua publiquement. 22Le peuple s’écria : Voix d’un dieu, et non d’un homme! 23Au même instant, un ange du Seigneur le frappa, parce qu’il n’avait pas donné gloire à Dieu. …

Conclusion

Nous avons considéré l’importance de faire du Royaume de Dieu notre priorité dans la vie quotidienne. Nous avons vu que Jésus n’est pas venu à nous de nulle part. Il est le Roi par excellence, et comme tel, il domine sur la création au travers d’un règne bienveillant. Son règne n’a ni commencement ni fin, car il est le Créateur. Il n’est pas comme nous. Il est séparé de la Création. Cela ne veut pas dire qu’il ne s’intéresse pas à la création et cela ne vaut pas non plus dire qu’il ne s’implique pas dans la création. Il est transcendant par sa grandeur infinie et il est immanent par sa proximité. Même si Dieu n’est pas comme nous, il a habité parmi nous.

Tout cela devrait nous réconforter. Car nous croyons qu’un Dieu bienveillant et qui est familier avec notre condition de créature révèle aussi son désir d’entretenir une relation avec nous par Jésus-Christ.

C’est avec cette perspective sur Dieu que nous commencerons à regarder de plus prêt le Royaume de Dieu qui est à plusieurs égards et pour plusieurs raisons un terme qui est parfois difficile à définir pour certains d’entre nous.

Nous avons vu que le Royaume de Dieu est la sphère d’influence où Dieu est reconnu comme le Roi. L’église, par exemple, en fait partie. Et si j’insiste pour honorer Dieu dans ma famille, je pourrai en quelque sorte affirmer que ma famille représente le Royaume de Dieu par son allégeance à ses commandements. Le Royaume de Dieu n’est pas un lieu physique, mais là où Dieu est honoré.

Le règne de Dieu est un peu différent dans le sens que c’est l’autorité exercée par Dieu dans l’univers, et plus particulièrement en ce qui nous concerne, dans sa création. Dieu est le souverain de l’univers. Personne ne lui donne conseil. Personne ne peut résister à sa volonté. (voir Phil 2.10; Apoc 20.12-15)

C’est dans ce contexte que nous découvrons la solution de Dieu pour faire face à nos soucis. Un Dieu souverain, bienveillant, qui règne dans l’univers et qui m’invite à faire partie de son royaume est aussi un Dieu à qui je peux faire confiance, même devant les pires circonstances ou épreuves de la vie.

C’est aussi dans ce contexte que Jésus m’enseigne à ne pas m’inquiéter du lendemain, mais à me soucier premièrement de chercher à vivre fidèlement selon ce qui est juste à ses yeux dans son Royaume. Et le reste? Quand je place mes soucis sous la seigneurie de Jésus-Christ, je peux continuer mon chemin en sachant que quoi qu’il arrive, c’est pour mon bien. J’ai simplement besoin de remettre ce qui me tracasse au niveau de mes besoins matériels et de fixer mon attention à rechercher à vivre d’une manière qui correspond à ma citoyenneté comme membre du Royaume de Dieu.

25Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie? 26Si donc vous ne pouvez pas même la moindre chose, pourquoi vous inquiétez-vous du reste? (Luc 12.25-26)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s