Ce qui devrait nous distinguer (Deut 4)


Notes pour le dimanche 26 janvier (Jean Maurais)

Dans notre étude du Pentateuque, des cinq premiers livres de la Bible, nous sommes rendus à Deutéronome. Si vous avez déjà lu Deutéronome, vous savez que c’est un livre exceptionnel à cause de la manière qu’il décrit la relation entre Dieu et son peuple. Vous vous rappelez peut-être aussi que le livre est un peu comme un sandwich : Il y a environ 14 chapitres de lois et prescriptions au centre, entouré de rappels, d’exhortations, d’avertissements et d’encouragement.

Ces chapitres qui forment l’enveloppe du livre (les deux tranches de pain pour reprendre l’image du sandwich) sont très importants. Ils sont en quelque sorte les dernières volontés de Moïse, le résultat de plusieurs années de méditation sur la loi de Dieu et de ses grands prodiges qu’il a fait envers son peuple. Ce sont eux qui nous informent du contexte et de la motivation qui doit être au cœur de l’obéissance à Dieu.  Marcher selon les instructions de Dieu est une chose…le pourquoi en est une autre.

Dans la vie, le pourquoi on fait les choses fait toute une différence. Nous pourrions prendre par exemple une situation ou l’on regarde pourquoi pourquoi un mari offrirait des fleurs à sa femme.

  • Faire plaisir
  • Se faire pardonner
  • Acheter quelque chose
  • Marque d’amour

On souhaite que la raison première soit celle qui souligne l’amour, l’attachement à notre épouse.

Il en est de même entre Dieu et nous. Les raisons pour lesquelles nous le servons, l’aimons et lui obéissons sont importantes. Souvent, c’est cela qui fait la différence entre un amour véritable et l’hypocrisie. Les motivations déterminent aussi souvent si une personne persévère ou non.

Le Contexte 

On nous dit d’ailleurs que le livre de Deutéronome est structuré à la manière des traités faits à l’époque entre un roi et une nation qui lui était soumise. 

Ces traités soulignaient la bonté du roi qui allait veiller sur ce peuple, et les obligations de ceux-ci envers leur nouveau maître.  On y retrouvait une liste des bienfaits promis en cas d’obéissance et des conséquences de la désobéissance. Un serment était prêté, invoquant des malédictions sur ceux qui se montreraient infidèles et des promesses à ceux qui seraient fidèles.

Lorsque nous regardons le livre de Deutéronome, nous retrouvons la plupart de ces éléments, bien qu’ils soient intercalés d’exhortations, d’enseignements et de rappels de toutes sortes. C’est le modèle qui a tout de même été choisi pour expliquer la relation de Dieu avec son peuple, et qui souligne la relation particulière, la relation d’alliance qui unit Dieu et son peuple.

Un traité ne signifie pas une relation froide et distante, pas plus qu’un mariage par exemple. Au contraire, Dieu assure ici son grand amour pour son peuple, et s’attend à loyauté et amour en retour.

Dans ces traités, on retrouvait premièrement un préambule historique où les bienfaits du roi et les événements passé étaient soulignés. C’est ce que nous avons aux chapitre 1-3 alors que Moïse raconte les évènements depuis le départ d’Égypte jusqu’au aux limites du pays promis, soulignant au passage les nombreuses occasions où le peuple s’est montré infidèle à son roi qui l’a délivré de la fournaise qu’était l’Égypte.

Lisons Deut 4.1-4

Maintenant, Israël, écoute les lois et les ordonnances que je vous enseigne. Mettez-les en pratique, afin que vous viviez, et que vous entriez en possession du pays que vous donne l’Éternel, le Dieu de vos pères. 2Vous n’ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien; mais vous observerez les commandements de l’Éternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris. 3Vos yeux ont vu ce que l’Éternel a fait à l’occasion de Baal-Peor: l’Éternel, ton Dieu, a détruit du milieu de toi tous ceux qui étaient allés après Baal-Peor. 4Et vous, qui vous êtes attachés à l’Éternel, votre Dieu, vous êtes aujourd’hui tous vivants.

J’aimerais souligner deux ou trois choses dans ces versets

Il est question de vie et de mort.

L’imitation des pratiques étrangères, et surtout au niveau de l’adoration et du culte, est une offense profonde à la relation centrale d’alliance entre Dieu et son peuple. C’est un acte de trahison. Dieu veut une relation exclusive avec son peuple. Ceux qui l’ont abandonné pour servir d’autres dieux avec toutes les pratiques immorales que cela implique ont subi le jugement : la mort.

À l’opposé, ce sont ceux qui s’attachent à leur Dieu qui marchent dans ses voies qui vivront et jouiront de la promesse faites à leurs pères. D’être en relation avec Dieu signifie vie. Rejeter Dieu comme roi signifie la mort.

Il est question de la parole de Dieu

On y retrouve des instructions qu’il a transmit à son peuple sous forme de lois, ordonnances, commandements et prescriptions.

Pour marcher fidèlement selon l’alliance, le peuple doit se fier aux instructions qu’il reçoit de leur roi, ne rien y ajouter ou y retrancher. C’est l’obéissance à ses instructions, particulièrement ici en lien avec l’idolâtrie, qui évitera le jugement qui est tombé sur les idolâtres de Baal-Péor.  La situation est récente…Moïse fait appel à leur souvenir alors que des dizaines de milliers d’Israélites sont morts.

Il est question d’attachement à Dieu (v.4)

Moise ne manque pas de rappeler au peuple, dans les versets 32-40, la grâce unique qui leur a été faite, et la relation privilégiée d’entre tous les peuples de la terre, d’avoir été racheté par l’Éternel, et d’avoir reçu de sa part des instructions et des commandements!

Comment vivre maintenant?

Quel privilège d’avoir reçu la révélation de Dieu. D’être appelé à lui pour être son peuple. Comment vivre maintenant? Quoi faire alors qu’on est devant le défi d’entrer dans le pays promis, un beau pays, mais aussi avec des habitants hostiles.

Le peuple est amené à reconnaître que l’Éternel est Dieu et qu’il y en a point d’autre (v. 35). Ceci est relié au fait qu’il a donné du ciel ses instructions (v. 36). « 35Tu as été rendu témoin de ces choses, afin que tu reconnusses que l’Éternel est Dieu, qu’il n’y en a point d’autre. 36Du ciel, il t’a fait entendre sa voix pour t’instruire; et, sur la terre, il t’a fait voir son grand feu, et tu as entendu ses paroles du milieu du feu. »

Voir aussi v. 39-40 :

« 39Sache donc en ce jour, et retiens dans ton coeur que l’Éternel est Dieu, en haut dans le ciel et en bas sur la terre, et qu’il n’y en a point d’autre. 40Et observe ses lois et ses commandements que je te prescris aujourd’hui… »

Ce dévoilement de Dieu, en actions et en paroles invite une réponse de son peuple. Si Dieu est réellement Dieu, est s’est fait connaître de telle manière, il mérite la loyauté, l’attachement de cœur, l’amour de son peuple. Ceux qui lui sont loyaux sont ceux qui marchent selon ses instructions.

On voit donc un lien fermement établi dans ce chapitre entre l’attachement exclusif à Dieu et l’obéissance à ses instructions. (C’est intéressant, parce que Jésus a dit la même chose de ses disciples.)

Équation : Attachement = obéissance

Deutéronome 4.5-8

Quelles sont donc les raisons que nous avons vu qui motivent l’obéissance jusqu’à présent? On a vu aussi qu’elle permet de jouir de la vie et des bénédictions promises par Dieu (les rebelles n’entreront pas dans le pays) On a vu qu’elle manifeste concrètement l’attachement à Dieu. Il s’agit de ce que le roi est en droit d’attendre de son peuple

Mais il y a aussi une autre raison très importante, que l’on retrouve dans les prochains versets :

5Voici, je vous ai enseigné des lois et des ordonnances, comme l’Éternel, mon Dieu, me l’a commandé, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre possession. 6Vous les observerez et vous les mettrez en pratique …

car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront: Cette grande nation est un peuple absolument sage et intelligent!

7Quelle est, en effet, la grande nation qui ait des dieux aussi proches que l’Éternel, notre Dieu, l’est de nous toutes les fois que nous l’invoquons?

8Et quelle est la grande nation qui ait des lois et des ordonnances justes, comme toute cette loi que je vous présente aujourd’hui?

Personne ne veut être show-off, en réalité, peut-être certains oui! Mais pas nous! Pourtant, personne ne vit seul sur une île. Chaque jour, on nous regarde…peut-être pas de manière intense ou intentionnelle, mais nous ne sommes pas invisibles! C’est la même chose pour Israël. Il va occuper un bout de pays au carrefour des grandes nations de l’époque. Les voisins vont voir ce qui se passe!

Encore une fois, deux ou trois choses à souligner dans ces versets :

Il est question de sagesse et d’intelligence…

Mettre en pratique les instructions du roi procure sagesse et intelligence. De toute évidence, Israël ne sera pas le plus grand ou puissant pays, même s’il était influent à l’époque de Salomon. Il ne surpassera pas les nations par sa force militaire, par son nombre, ou par ses ressources naturelles. Ce qui le fera remarquer, c’est la sagesse et l’intelligence que procure la conformité aux instructions de Dieu.  Les autres peuples vont regarder et dire, wow! Qu’est-ce qui se passe dans cette petite nation?

Il est question de pratiquer les instructions de Dieu

La sagesse et l’intelligence ne provient pas du peuple, mais des instructions de Dieu qu’ils mettent en pratique. Sans obéissance, pas de sagesse et pas de témoignage auprès des nations. Pour que les nations entendent parler des lois et de la sagesse, cela présume qu’ils y obéissent.

Il est question d’un contraste entre les lois et le Dieu d’Israël et de ceux des nations

Cette obéissance est un témoignage au monde entier en manifestant le contraste avec les nations dans leur manière de vivre et dans leur relation avec Dieu. Le but même de l’instruction est de créer une différence entre le peuple de Dieu et les autres peuples. En obéissant, le peuple affirme sa différence, qui est remarquée et vu comme telle.

Deux choses sont particulièrement soulignées : Dieu est vu comme présent pour secourrir, ses instructions comme justes et équitables.

S’il devient semblable aux nations, le peuple de Dieu perd son témoignage. Sans obéissance, les nations ne peuvent constater la grandeur du Dieu qui a donné ces lois, ni constater la justice et la perfection de celles-ci.  C’est le point que Moïse essaie de transmettre ici. Dieu va être glorifié au-travers de vous, mais seulement si vous marchez dans l’obéissance à votre roi, dans votre attachement à lui.

C’est cette différence qui est à la base de son témoignage. Comprenons-nous bien…il n’est pas question d’être différent pour le plaisir, pour être excentrique ou pour choquer. Ce sont toutes de mauvaises manières d’attirer l’attention.

 Équation : Attachement = obéissance = contraste = témoignage auprès des nations

J’ai passé beaucoup de temps à expliquer quelque chose qui vous semble peut-être évident. Je voulais que ce soit ainsi parce que c’est un point fondamental à retenir lorsqu’on vient à se demander pourquoi on fait les choses. Et quelles devraient être nos priorités dans notre vie et dans l’église.

À toutes les époques, la tentation du peuple de Dieu est de plutôt se conformer à ce qui se pratique autour de lui. C’est toujours plus facile de faire comme les autres que d’obéir à Dieu. Ce n’est pas agréable de ressortir du lot…on aime généralement passer inaperçu. Encore plus quand la foi chrétienne est de plus en plus marginalisée.

Pourtant, encore aujourd’hui, nous sommes appelés à vivre notre attachement à Dieu d’une manière qui suscite des réactions chez ceux qui ne connaissent pas Dieu, un contraste qui met la bonté et la justice de Dieu en évidence.

C’est ce que l’apôtre Pierre disait aux croyants à qui il écrivait : « Ayez au milieu des païens une bonne conduite, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ils remarquent vos bonnes oeuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera. » (2.12)

Enchaînement pratique

Ceci entraîne des conséquences importantes pour nous. Comme église, comment allons-nous témoigner aux gens tout autour qui ne connaissent pas Dieu?

  • On fait erreur lorsqu’on pense que le témoignage est quelque chose qui se fait  principalement lors d’activités d’évangélisation de l’église. Oui, ces activités sont nécessaires, mais elles ne devraient être que la culmination d’un travail qui précède.
  • On fait erreur lorsqu’on pense que la meilleure manière de rejoindre les non-croyants est de rendre la forme de l’église attirante.  Avec la foi chrétienne qui est de plus en plus ridiculisée, pourquoi quelqu’un de non-croyant viendrait assister au culte?

Ce que ce texte nous dit (et plusieurs autres d’ailleurs) c’est que notre témoignage est proportionné à notre attachement à Dieu, qui se traduit en comportement (« bonnes œuvres » de Pierre) qui renversent les calomnies et qui amène les non-croyants à louer Dieu.

1 Pierre parle abondamment de cela dans la suite du ch. 2 et 3

Remarquez comment il n’est pas seulement question ici d’aller faire ce que nous considérons souvent comme des bonnes œuvres (la bienfaisance), bien que cela n’est pas exclu, mais les choses identifiées ici sont en lien avec notre vie de tous les jours : nos attitudes et actions envers le gouvernement, nos employeurs, même ceux qui sont difficiles, nos époux/épouse, et nos attitudes générales dans nos relations.

La réalité est que nous côtoyons des gens qui ne connaissant pas Dieu dans notre quotidien. Réalisez-vous que pour la plupart des non-croyants, le contact avec un chrétien ne se fait pas ici le dimanche matin, ou pour un programme spécial, mais à votre travail, dans votre rue, au parc, au magasin? Qu’est-ce qu’ils peuvent dire de nous? Savent-ils que nous sommes attachés à Dieu? Comment pouvons-nous vivre notre vie de manière à créer ou profiter des occasions que nous avons, dans notre quotidien, pour naturellement apporter un témoignage, en action et en paroles? Je vous avoue que c’est un défi…  mais c’est le défi le plus important!

Conséquences pour notre vie familiale, notre vie de couple. 1 Pierre 3.1-7 est donné justement dans ce contexte, celui d’avoir une bonne conduite au milieu des « païens ».

  • Est-ce que notre vie de couple amène les gens qui nous côtoient à se demander ce qui est différent ?
  • La manière dont nous élevons nos enfants…en tout cas, qui n’apporte pas déshonneur au Seigneur ?

Ces choses ne sont pas dissociées de l’Évangile, au contraire. C’est l’Évangile qui transforme nos cœurs et qui nous permet d’être les parents et époux que nous devons être. C’est la Parole du Seigneur qui nous instruit sur les principes qui devraient diriger nos relations. Et ce sont ces relations transformées qui doivent attirer l’attention, dans leur imperfection imbibées de grâce divine.

Attention à l’hypocrisie…manifester premièrement notre attachement au Seigneur. Il n’est pas question ici d’essayer de bien paraître, ou de cacher nos manquements pour ne montrer ce que l’on veut. Les gens finissent toujours par savoir ce qui en est, l’authenticité.

Retour sur l’illustration du départ…le mari qui offre des fleurs, le fait par amour sincère pour sa femme. Elle le saura.

Nous sommes une petite église…nous n’attirerons pas l’attention par des bâtiments grandioses, des programmes à couper le souffle, des personnalités avec beaucoup de charisme. Mais nous sommes le peuple de Dieu, notre roi qui s’est révélé à nous par ses actions et sa parole. Ce qui peut attirer l’attention, c’est notre dévouement à mener une vie digne de notre appel, dans notre contexte de tous les jours. Que les gens, bien qu’ils nous calomnient parfois, soient confus! Qu’ils se disent : qu’est-ce qui se passe avec ce petit groupe de gens tout simple? Je suis persuadé que Dieu peut faire de grandes choses par un petit groupe de gens tout simples qui s’attachent à lui de tout leur cœur, marchent dans l’obéissance de manière à être des témoins dans leur quotidien. C’est un travail qui n’est pas publié avec tambours et trompettes, mais c’est un travail de fond qui produit des fruits durables à long terme.

Conclusion

  • Quelle sorte d’église allons-nous être? Pour quoi sera-t-elle connue?
  • Est-ce que la Parole du Roi est au centre de notre vie? Pour la transformer à sa gloire?
  • Que ferons-nous comme église, comme communauté des rachetés du roi, pour grandir dans notre obéissance aux instructions de Dieu pour être une lumière qui contraste avec la noirceur?

Si nous voulons améliorer notre témoignage, cela débute par notre attachement à Dieu et notre obéissance sans compromis. C’est le chemin de l’équation que nous avons vu!

Que la sagesse de Dieu et sa gloire soient manifestée de plus en plus au-travers de nous!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s