Disponible pour Dieu – Jérémie 39-40


Le retour des classes annonce la fin des vacances et le début de la période de l’école pour plusieurs ces temps-ci. Septembre annonce aussi le début de plusieurs activités et ministères dans notre assemblée. Et il est bon pour nous, vis-à-vis des transitions qui s’annoncent que nous prenions le temps de considérer comment le Chrétien peut fidèlement vivre l’évangile au travers des transitions de sa vie. Car les transitions ne s’arrêtent pas à la rentrée des classes, mais parsèment le trajet de nos vies de manières parfois inattendu. Peut-être que c’est la perte d’un emploi, la retraite, le mariage, un décès, ou n’importe quel autre changement. Et bien des fois, nous pouvons nous sentir dépourvu de direction particulière devant les options multiples qui nous font face. Quelle direction l’évangile nous donne-t-il dans de telles circonstances?

Dans Jérémie 39-40 (notre lecture pour cette semaine), nous observons que le prophète est lui aussi confronté à une transition incertaine. Il vient d’être emmené (par erreur) captif avec la plupart de la population de Juda. Le roi de Babylone avait expressément ordonné qu’on accorde à Jérémie sa protection et les soins nécessaires. Et voilà que dans toute l’action, Jérémie se retrouve à Rama (en Syrie) enchaîné comme les autres. Mais l’histoire continue. Vers la fin du ch. 39, le capitaine des gardes reconnaît Jérémie et lui offre la liberté et sa protection. Et il lui pose cette question, « 4 Maintenant voici, je te délivre aujourd’hui des chaînes que tu as aux mains; si tu veux venir avec moi à Babylone, viens, j’aurai soin de toi; si cela te déplaît de venir avec moi à Babylone, ne viens pas; regarde, tout le pays est devant toi, va où il te semblera bon et convenable d’aller. » (Jer 40:4)
Sur quoi Jérémie est un peu dépourvu. On lit au prochain verset, « 5 Et comme il tardait à répondre: … » Quoi faire? Est-ce que je retourne en Juda où il ne reste que des miettes de ce qu’on pouvait y trouvé avant, ou est-ce que je continue à Babylone où on me promet de prendre soin de tous mes besoins? Quelle est la direction à suivre? Et par extension, on peut se poser la même question lorsqu’on se trouve dans des circonstances similaires: « Quelle est la direction à suivre? »
La réponse de Jérémie nous en dit long concernant une chose que la Bible définit comme étant l’appel de Dieu. C’est le capitaine des gardes qui recommande que Jérémie retourne auprès de Guedalia, le gouverneur mit en place par le roi de Babylone. Maintenant ce geste posé par Jérémie pourrait nous paraître banal sauf quand on considère combien il fut mal-compris et maltraité dans son propre pays. Jérémie part quand même pour rejoindre Guedalia et par ce geste, le prophète nous sert d’exemple. Jérémie est disponible pour Dieu.
Dans la deuxième partie de cette étude de Jérémie 39-40, nous considérerons comment l’appel de Dieu est pertinent pour nos vies de tous les jours, et surtout vis-à-vis de la disponibilité que nous nous devons de lui accorder en réponse à son appel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s