Témoigner de ma foi au 21e siècle – Partie 1


Pourquoi le 21e siècle? Si nous parlons de partager sa foi au 21e siècle, il faut se demander qu’est ce qui a changé? Est-ce que notre message a changé? Est-ce que les gens ont changé? La réponse à ces questions vont former le cadre de notre étude sur l’évangélisation.

Qu’est ce qui a changé?
« Le monde change constamment » dit l’un. « Les choses sont toujours pareils » dit l’autre. Et nous dirions, « les deux ont raison. » En effet, certaines choses changent, et d’autres restent les mêmes. Si on se limite à la spiritualité (pour employer un terme large), nous constatons plusieurs changements. Nous avons une pluralité de religions dans le monde occidental. Il n’y a pas très longtemps de cela, nous étions une nation largement chrétienne. Nous avions une confession de foi commune sous l’égide de l’Église Catholique Romaine. Notre culture québécoise était fortement influencée par celle de notre spiritualité catholique, et la société en générale, lui donnait une place d’honneur dans ses moeurs. Tout cela a changé aujourd’hui. Nous accueillons plusieurs courants religieux au Québec, et dans le but d’être représentatifs, nous nous efforçons de donner l’opportunité égale à tous de pratiquer leurs convictions religieuses (même si nous réagissons souvent en disant que la religion est une affaire privée).
On peut décrire un autre changement en affirmant que « les absolus » sont des choses du passé. Tout est relatif, du moins, en théorie. Nous n’avons pas de problèmes avec deux affirmations contradictoires qui coexistent dans notre courant de pensée. Nous acceptons de mêler les parties d’une croyance particulière à une autre, même si dans l’ensemble, chaque croyance exprime des contradictions exclusives envers l’autre croyance.
Une troisième observation serait l’importance qu’on accorde en générale, à la spiritualité individuelle vs. la spiritualité commune. Nous sommes une société où ses membres individuels tiennent à leur individualité. Chacun devient le juge de ce qui est vrai en se basant grandement sur son expérience personnelle.
Qu’est ce qui n’a pas changé?
D’une perspective biblique (puisque c’est notre présupposé et notre point de départ) nous constatons que Dieu, Lui, n’a pas changé. D’ailleurs, la Bible nous affirme qu’il n’y a pas de changements en Dieu puisqu’il est parfait. (voir Jacques 1:17)
Encore d’une perspective biblique, l’homme n’a pas changé. Il (elle) reste toujours naturellement rebel à Dieu. La présence du péché qui empreint l’être humain est toujours là. La présence du mal autour de nous est une affirmation que la condition de l’homme ne suit pas une progression pour le meilleur. (voir Romains 8:7)
Et finalement, nous pouvons aussi affirmer (dans le cadre de l’évangélisation) que l’évangile non plus n’a pas changé. En effet, puisque le point de départ de l’évangile (lit. bonne nouvelle) est Dieu qui ne change pas, le message non plus ne change pas. (Rom 15:19-21; 2Cor 11:3-5; Gal 1:5-7)
Notre stratégie
Les observations plus haut nous amènent à considérer quelle chemin prendre pour témoigner de notre foi. Si nous simplifions considérablement nos options, nous sommes confrontés par deux choix possibles. Nous pouvons promouvoir une façon de faire dans l’évangélisation qui est centrée sur l’homme, ou nous pouvons promouvoir une façon de faire qui est centrée sur Dieu. Ce qui suit cherche à affirmer une façon de faire qui est centrée sur Dieu. Les raisons deviendront évidentes au fur et à mesure que nous progressons dans l’étude.
Notre vocation
La base de l’évangélisation se trouve dans la vocation du chrétien. À quoi sommes-nous appelés? Pour « quoi » sommes-nous sauvés de l’exercice de la justice de Dieu sur le péché? Le NT nous répond par la « vocation » du chrétien. Les passages suivants sont utiles:
Romains 8:29 Car ceux qu’il a connut d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.

2Corinthiens 3:18 Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Colossiens 3:9-10 Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses oeuvres, et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé.
As-tu remarqué la présence du terme « l’image de Dieu? » Nous sommes appelés à ressembler à celui qui nous a fait grâce par l’oeuvre de Jésus Christ sur la croix à notre place. En effet, Dieu nous aime comme nous sommes, mais il ne s’arrête pas là. Il veut que nous devenions comme son Fils. Il veut nous rendre semblable à son image. Et la seule image qu’il nous ait donné est celle de son Fils, celui qui est venu nous montrer qui est Dieu.
Un autre passage clé se trouve dans Ephésiens 4:1-4, 15.

Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, 2 en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, 3 vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix. 4 Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation; […] 15 …professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ.

Quelques versets auparavant, Paul nous explique que notre vocation est de glorifier Dieu en étant une image vivante de la sagesse de Dieu à l’oeuvre dans l’église. (Eph 3:8-10) D’autres versets à l’étude: Phil 3:14; 2Th 1:11; 2Tim 1:9; Heb 3:1; 11:8; 2Pi 1:10.
Note: Nous n’utilisons pas des discours persuasifs pour convaincre les émotions de l’homme. Nous désirons mettre en évidence la Bonne Nouvelle dans toute sa gloire afin que le coeur de l’homme soit attiré par la grâce de Dieu manifestée à la croix par Jésus Christ. (voir 1Cor 1:17; 1Cor 2; 2Pi 1:16)
Qu’est ce qui va attirer les âmes à Dieu?
La réponse à cette question dépend de l’approche que nous embrassons au début. Si on choisit une méthode qui est centrée sur l’homme, on fera appelle à tout ce qui pourrait être naturellement attrayant pour l’homme pécheur afin qu’il soit attiré par le message selon ses émotions ou ses désires naturels. Une méthode centrée sur Dieu cherchera à mettre en évidence Dieu en reflétant Jésus Christ. Ceci présuppose que Dieu participe à l’oeuvre d’attirer à lui des hommes et des femmes selon ses desseins. (Jn 6:44)
Glorifier Dieu: comment?
Si notre vocation est de glorifier Dieu en reflétant Jésus Christ dans nos vies, on peut se poser la question, alors comment glorifie-t-on Dieu dans nos vies? Et quelle rapport il y a t il entre glorfier Dieu et l’évangélisation au 21e siècle? Voici quatre énoncés qui tentent de résumer la réponse selon ce qu’on peut retrouver dans la Parole de Dieu.
#1 – Dieu a voulu mettre en évidence son image plein d’amour, de bonté, et de sagesse, en vue du monde entier par la vie corporelle de l’église.
#2 – L’église suscite l’attention en étant différente du monde. (c-à-d l’église a un attrait surnaturel)
#3 – Tous les ministères de l’église ont un caractère « séparé » du monde tout en étant « dans » le monde, afin de mettre en évidence la gloire de Dieu.
#4 – L’église tire sa vitalité dans la proclamation et l’application de l’évangile dans tous les aspects de la vie.
Une bonne définition de l’adoration pourrait être: refléter à Dieu son oeuvre dans ma vie.
C’est quoi l’adoration?
Plusieurs textes pourraient nous servir de guide pour répondre à cette question. Puisqu’on a déjà considéré une partie d’Ephésiens 4, nous allons retourner à ce texte pour considérer ce qu’implique une adoration qui glorifie Dieu.
(v2-7) Mon adoration doit promouvoir l’unité de l’assemblée et l’édification de mes frères et soeurs en Christ.
(v15) Mon adoration doit avoir comme but: ressembler à Jésus Christ.
(v17-24) Mon adoration doit être clairement démarquée du péché. L’église est l’assemblée des justifiés qui vivent par la grâce de Dieu. On ne peut pas parler d’adoration qui honore Dieu sans sans aussi parler de la repentance.
(v25-27) Mon adoration doit se vivre dans la vérité.
(v28-32) Mon adoration est authentifiée par mon changement de vie qui est distinctement pour Christ, et non pas selon mes penchants charnels (c-à-d le fruit d’une véritable repentance).
C’est quoi l’évangile?
Avant de poursuivre le lien entre l’adoration et l’évangélisation, il serait bon de mettre au clair ce que l’on entend par l’évangile. Nous avons définit les grandes lignes de l’adoration. Nous allons maintenant définir les grandes lignes de ce qu’est l’évangile. Une proclamation de l’évangile doit contenir les éléments de base suivants: Dieu, l’homme, Jésus Christ, l’appel.
DIEU – Dieu est souverain et parfait dans toute sa nature. Il a créé l’homme et le monde avec tout ce qu’il renferme.
l’HOMME – L’homme est une créature à l’image de Dieu pour avoir une relation avec Dieu. L’homme est aussi faillible et à cause de cela a enfreint la justice de Dieu par sa désobéissance. L’homme est donc séparé de Dieu (relation brisée).
JÉSUS-CHRIST – Dans une combinaison parfaite de sa justice et de sa miséricorde, Dieu envoya son Fils, Jésus-Christ, subir à notre place la condamnation de la justice de Dieu pour restaurer notre relation avec Dieu.
l’APPEL – Dieu nous appelle à croire dans l’oeuvre de son fils afin de nous rendre semblable à Lui pour refléter sa gloire dans une relation restaurée avec Lui.
Conclusion – Partie 1
Où en sommes nous donc jusqu’à présent? Nous avons considérer le fait que même si plusieurs choses ont changé dans notre culture au Québec, certaines choses n’ont pas changé: Dieu, la condition de l’homme, et la bonne nouvelle qu’est l’évangile. Puis, nous avons fait une distinction entre deux façons d’aborder les gens avec leur besoin d’être réconciliés avec Dieu: une qui est centrée sur l’être humain, et l’autre qui est centrée sur Dieu. L’implication d’être centrée sur l’être humain est de faire appel à ce qui est naturellement attrayant pour lui afin qu’il viennent volontairement de plein gré à Dieu. La deuxième approche croit fermement que Dieu attire ceux qu’il appelle à Lui selon sa bonne volonté et que le rôle du Chrétien est de participer à cette appel dans la vie des gens en reflétant Jésus Christ autant par son message que par sa manière de vivre.
Nous avons aussi considérer que si nous sommes appelés à refléter Jésus Christ par l’adoration, que nous devons comprendre ce qu’implique l’adoration dans la vie de l’église. Et finalement, il devient nécessaire de définir ce qu’est l’Évangile. Nous reconnaissons l’importance de proclamer un évangile qui est selon les Écritures et qui reflète la gloire de Dieu au travers de l’Église.
Nous poursuivrons notre étude sur l’évangélisation la semaine prochaine en considérant les différentes étapes dans le processus d’une conversion et les différents types d’évangélistes qui correspondent aux dons de services que nous retrouvons dans Romains 12.

4 réflexions sur “Témoigner de ma foi au 21e siècle – Partie 1

  1. C’est bien dit Michel! J’aime ton utilisation du mot immuable. C’est une des qualités qui est unique à Dieu. Il va de soit que les ministères qui le représentent fidèlement le reflètent aussi fidèlement. Merci pour ton commentaire.

  2. C’est bien dit Michel! J’aime ton utilisation du mot immuable. C’est une des qualités qui est unique à Dieu. Il va de soit que les ministères qui le représentent fidèlement le reflètent aussi fidèlement. Merci pour ton commentaire.

  3. Notre façon d’accomplir nos ministères et particulièrement celui de l’évangélisation doit continuellement, être ajustée et modifiée parce que la culture humaine est en perpétuel changement. Présentement, à l’EEL de Chambly, nous utilisons Power point, et c’est tant mieux, c’est une preuve d’adaptation.

    Cependant, le message lui ne change pas, c’est plutôt notre façon de le livrer qui évolue constamment et mis à jour, afin d’atteindre chaque nouvelle génération. En d’autres termes, notre message pour la transformation des coeurs ne doit pas changer pendant que la transformation de nos présentations doit le faire continuellement, s’adaptant aux nouveaux langages de notre culture.

    Je suis en faveur de ne pas donner à notre Église, un style unique et rigide, je crois que nous risquerions de devenir démodés et par le fait même désuets. C’est une force que de constamment s’adapter parce que le monde est en perpétuel changement. L’objectif comme le dit Jonathan n’est pas de tout faire pour augmenter le nombre de membres, mais plutôt de s’adapter à la réalité de notre époque.

    Les objectifs de l’évangélisation doivent être en équilibre et en respect intégral du Nouveau Testament soit : l’adoration, la communion fraternelle, la formation de disciples, le service et l’évangélisation en gardant comme pierre angulaire la combinaison de la foi, l’espérance et la charité.

    Le seul moyen pour demeurer d’actualité est d’ancrer le ministère aux vérités immuables et aux objectifs éternels, mais être disposé à continuellement adapter nos façons de communiquer ces vérités et ces objectifs immuables.

  4. Notre façon d’accomplir nos ministères et particulièrement celui de l’évangélisation doit continuellement, être ajustée et modifiée parce que la culture humaine est en perpétuel changement. Présentement, à l’EEL de Chambly, nous utilisons Power point, et c’est tant mieux, c’est une preuve d’adaptation.

    Cependant, le message lui ne change pas, c’est plutôt notre façon de le livrer qui évolue constamment et mis à jour, afin d’atteindre chaque nouvelle génération. En d’autres termes, notre message pour la transformation des coeurs ne doit pas changer pendant que la transformation de nos présentations doit le faire continuellement, s’adaptant aux nouveaux langages de notre culture.

    Je suis en faveur de ne pas donner à notre Église, un style unique et rigide, je crois que nous risquerions de devenir démodés et par le fait même désuets. C’est une force que de constamment s’adapter parce que le monde est en perpétuel changement. L’objectif comme le dit Jonathan n’est pas de tout faire pour augmenter le nombre de membres, mais plutôt de s’adapter à la réalité de notre époque.

    Les objectifs de l’évangélisation doivent être en équilibre et en respect intégral du Nouveau Testament soit : l’adoration, la communion fraternelle, la formation de disciples, le service et l’évangélisation en gardant comme pierre angulaire la combinaison de la foi, l’espérance et la charité.

    Le seul moyen pour demeurer d’actualité est d’ancrer le ministère aux vérités immuables et aux objectifs éternels, mais être disposé à continuellement adapter nos façons de communiquer ces vérités et ces objectifs immuables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s