La grâce : questions et réponses


Enseignement donné par Jean Pierre Vandevoorde (16 août 2009)

PARTIE 2 de 3

Pourquoi le salut est-il gratuit ?

Tous ont péché, en effet, et sont privés de la glorieuse présence de Dieu, et ils sont déclarés justes[a] par sa grâce; c’est un don que Dieu leur fait par le moyen de la délivrance[b] apportée par Jésus-Christ. (Romains 3:23-24)

Le salut n’est pas gratuit pour tous, quelqu’un a du payer un gros prix ! Le prix en a été complètement payé à la croix. Les derniers mots de Jésus à la croix nous sont rapportés dans le grec du Nouveau Testament : tétélestai = tout est accompli = tout est payé !

En fait, étant donné que le prix de la croix était hors de notre portée, c’est Dieu qui l’a payé.

Pourquoi le salut est par grâce ?

Ils ont foi dans leur fortune et ils tirent vanité de leurs immenses richesses. Aucun homme, cependant, ne peut racheter un autre. Aucun ne saurait payer à Dieu sa propre rançon. Car le rachat de leur vie est bien trop coûteux. Il leur faut, à tout jamais, en abandonner l’idée. (Psaume 49:7-9)

C’est par grâce que de nous-mêmes c’est impossible d’acquérir le salut. Le rachat de notre âme n’aura jamais lieu ! C’est pourquoi Dieu a tout fait pour nous l’offrir. Et en tenant compte de nos péchés, Dieu est juste, parce que Christ a payé pour nos péchés. C’est ainsi que Dieu est juste, tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus-Christ.

La grâce est accessible à tous, pourquoi alors tous ne seront-ils pas sauvés ?

La grâce est là pour tous. Tous sont éligibles car tous ont péchés. Mais il y a un accès à cette grâce, un chemin exclusive et obligé. Ce chemin s’appelle la foi dans ce que Dieu a révélé.

Approchons-nous donc du trône du Dieu de grâce avec une pleine assurance. Là, Dieu nous accordera sa bonté et nous donnera sa grâce pour que nous soyons secourus au bon moment. (Hébreux 4:16)

Puisque nous avons été déclarés justes en raison de notre foi, nous sommes[a] en paix avec Dieu grâce à notre Seigneur Jésus-Christ. Par lui, nous avons eu accès, au moyen de la foi[b], à ce don gratuit de Dieu dans lequel nous nous trouvons désormais établis; et notre fierté se fonde sur l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu. (Romains 5:1-2)

Par la foi, Noé a construit un bateau pour *sauver sa famille: il avait pris au sérieux la révélation qu’il avait reçue au sujet d’événements qu’on ne voyait pas encore. En agissant ainsi, il a condamné le monde. Et Dieu lui a accordé d’être déclaré juste en raison de sa foi. (Hébreux 11:7)

Peut-être un exemple par excellence est Marie, la mère de Jésus pendant qu’il vécu sur cette terre. Dans l’évangile de Luc on lit qu’une grâce lui avait été faite pour enfanter le fils promis, le Méssie. « …Je te salue, toi à qui une grâce a été faite, le Seigneur est avec toi. » (Luc 1:28) Sur quoi Marie répondit, « …qu’il me soit fait selon ta parole. »

Le mot « foi » ne se trouve pas dans ce texte, mais nous voyons la foi de Marie à l’oeuvre. Mon corps, c’est le tient, fais-en ce que tu veux! »

La foi est donc le moyen de s’approprier la grâce de Dieu pour le salut de notre âme. Le salut n’est pas le salaire d’une oeuvre que j’ai faite. Elle n’est pas l’aboutissement de mes bonnes oeuvres. Mais comme nous allons le voir dans notre prochain article, mes « bonnes » oeuvres sont le résultat d’un salut par la grâce de Dieu. Car mes oeuvres ne peuvent être « bonnes » aux yeux de Dieu que si elles découlent d’un coeur transformé par la grâce de Dieu. (voir Matthieu 25:34-46)

Une réflexion sur “La grâce : questions et réponses

  1. Salut Jonathan, content de te savoir de retour sur le blog, ça commencais à me manquer cette opportunité de relire l’enseignement, de l’approfondir et d’apporter le fruit de mes réflexions.

    Merci d’être là.

    La grâce expression de l’amour de Dieu

    La grâce est l’expression de l’amour de Dieu envers ses créatures : «Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.» (Jean 3.16).
    Nous, chrétiens, qui «avons été rendus justes devant Dieu à cause de notre foi » (Romains 5.1), devons être conscients de ce salut par la foi. Le percevoir vraiment comme une bonne nouvelle, plus précisément, nous devons le vivre chaque jour dans notre vie non comme un christianisme intellectuel, mais un christianisme du coeur. L’Esprit de Dieu en nous, nous permet de nous approcher de Dieu avec confiance, de lui demander pardon. Les œuvres doivent se faire par Amour, doivent donc venir du cœur.

    Nous devons cesser de nous comporter comme des pécheurs cherchant à mériter leur salut, les œuvres doivent être faites par amour, non pour mériter un salut déjà payé. Dans plusieurs de ses lettres, Paul nous fait comprendre que c’est par la grâce que nous sommes sauvés par le moyen de la foi, non par l’obéissance à la loi : «Ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ. » (Galates 2.16) ; «Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu’il est dit : le juste vivra par la foi.» (Galates 3.11) ; «En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter.» (Éphésiens 2.8-9).
    Les œuvres doivent être un cri du cœur, afin de faire place à notre orgueil humain qui ne nous incite pas à accepter à titre gracieux une place dans l’éternité, mais qui nous pousse plutôt à rechercher ce salut par nos propres moyens.

    La conséquence naturelle du bénéfice de la grâce chez les chrétiens devrait être la même que pour le prisonnier gracié. Le fait de savoir qu’une vie nouvelle avec un idéal élevé peut commencer et que les choses anciennes sont effacées et pardonnées par un Sauveur aimant devrait nous inciter à lui être agréables par des actes justifiés par l’amour et non par des actes méritoires.

    Tous les actes, toutes les œuvres, ces «bonnes actions, c’est Dieu qui les a préparées depuis longtemps pour nous.» (Éphésiens 2.10). Alors, pourquoi essayer, de s’en glorifier, de s’en vanter, d’en prendre mérite souvent sous le couvert d’un dévouement remarquable cachant une fausse humilité, un phrarisianisme non avoué. De plus, en acceptant la grâce divine «c’est Dieu lui-même œuvre en nous, sa bienveillance suscite en nous à la fois la volonté et l’action, afin que ses desseins soient exécutés.» (Philippiens 2.13). En effet, la grâce de Dieu s’est révélée comme une source de salut pour tous les hommes; elle s’est levée sur ce monde, apportant à tous la possibilité d’être délivrés du péché. Elle veut nous éduquer et nous amener à nous détourner de toute impiété, à rejeter toutes les passions et convoitises terrestres et à renoncer à la course aux plaisirs. Elle nous enseigne à vivre dans le monde présent avec sagesse, réserve et maîtrise de soi, en toute intégrité et honorabilité devant Dieu, non avec un objectif méritoire, mais avec une intention d’amour.

    Cet amour qui nous entraîne à persévérer jusqu’à la fin, car c’est le seul moyen de consolider notre salut. Cette persévérance, comme la conversion, comme toutes les grâces qui conduisent au salut sont des œuvres de Dieu (Philip. 1 :6 ), mais cette œuvre s’accomplit dans le cœur de l’homme ; celui-ci y concourt donc et devient ainsi un ouvrier avec Dieu.

    A nous, d’ordonner et d’orienter toutes nos actions, toutes nos paroles, toutes nos pensées, à la gloire de Dieu. C’est à la fois notre devoir et notre bonheur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s