L’espérance de notre victoire dans cette vie


1 Corinthiens 15 contient quelques passages qui sont parfois difficiles à comprendre et à interpréter. Je ne les avais pas inclus dans les notes de prédication même si j’en ai fait allusion lors de la prédication en avril dernier.

La question prédominante dans ce bout de l’épître semble être la nature de la résurrection. Nous pouvons conclure en examinant la lettre de Paul que celui-ci fît référence à une question que certains de l’église de Corinthe lui auraient posée concernant la résurrection, ou une doctrine en question dans l’Église à ce moment-là. En effet, comment les morts reviendront-ils à la vie? Ou poser d’une autre manière, qu’elle sera mon identité après la résurrection?

C’est en gros la question que l’on retrouve à la fin du chapitre.

Mais quelqu’un dira: comment les morts ressuscitent-ils, et avec quel corps reviennent-ils? (1 Corinthiens 15:35)

Un principe qui se dégage du chapitre peut se résumer de la façon suivante: À la résurrection, il y a continuité, mais non reconstruction.

Trois illustrations

Le grain qui meurt (v.35-38 et v. 42-48)

Le corps céleste n’est pas le même corps que nous avons sur terre, même si certaines caractéristiques sont préservées. Nous aurons, selon Paul, de nouveaux corps. Mais, nous aurons quand même un corps. Prenons l’exemple de la tulipe par exemple. Pour planter une tulipe, je place un bulbe dans la terre n’est-ce pas? Qu’est-ce qui en ressort? Un bulbe? Bien sûr que non!  Une tulipe! Le nouveau « corps » est différent du premier « corps »  certains niveaux, mais il est aussi semblable à d’autres niveaux. Paul ne parle pas de reconstruction ici, comme s’ il y a un grand vide existentiel, et puis ensuite, on renaît sous une autre forme. Ça, c’est la réincarnation, une chose bien différente de la résurrection. Attention de ne pas confondre les deux!

Note intéressante : ce qui est semé corruptible et ressuscité incorruptible. En d’autres mots, le corps ressuscité est infiniment plus glorieux que le corps corruptible.

Les espèces différentes dans la création (v.39)

Les animaux ont des espèces différentes entre eux, et celles-ci sont toutes différentes de celle des êtres humains. Il y a ressemblance, mais non-correspondance. C’est ici que nous avons notre plus grand différend avec les théories évolutionnistes. Le fait que nous possédons certaines ressemblances avec les animaux est une indication que nous provenons d’un même Créateur. Il reste que nous ne pouvons pas muter un organisme pour en faire une autre espèce. Même avec les différentes espèces de chiens par exemple, un chien ne peut pas génétiquement s’accoupler avec un chat pour en faire une nouvelle espèce. Et ceci est encore vrai au niveau des mutations. C’est pour cela que les évolutionnistes doivent trouver recours à une théorie qui englobe des millions et des millions d’années pour pouvoir même admettre la plus petite fraction de chance que cela puisse même être statistiquement possible. En réalité, la chose est impraticable, en tout cas, pas dans un monde si imprévisible que le nôtre.

Maintenant, pourquoi Paul prend-il le temps de mentionner les différentes espèces dans son discours sur la résurrection? Une réponse qui me semble avoir beaucoup de bon sens spirituel est la suivante : si Dieu est capable de créer différentes espèces, pourquoi ne pourrait-il pas aussi créer des corps ressuscités? Le fait qu’il y ait des espèces différentes devrait diriger notre attention au fait que Dieu est infiniment créatif et doté d’une puissance qui défit les limites de notre propre logique.

Différents degrés de gloire (v.40-41)

La comparaison entre la gloire des astres indique la réalité que même si tous les élus sont ressuscités, ils n’ont pas tous le même degré de gloire. Dieu accorde ses dons selon ses desseins. Et nous sommes récompensés selon la mesure de notre foi. (Rom 12) Ceci veut dire que je serais récompensé en proportion de mon obéissance selon les dons et la grâce qui m’est accordée par Dieu. Pau soutient de façon intéressante à la fois la souveraineté de Dieu dans toute sa grâce et sa compassion, et même temps fait appel à la liberté de volonté de l’homme. Il va de soi que nous parlons ici d’une liberté qui reflète la réalité de l’évangile libérateur dans la vie du Chrétien qui n’est plus esclave de la loi du péché, mais libre de vivre pour Dieu.

Illustration : Qui est plus grand dans le royaume de Dieu? (voir Matthieu 18)

Conclusion

C’est dans ce contexte que l’apôtre Paul finit son récit en déclarant sa victoire vis-à-vis de la mort.

54Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie dans la victoire. O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon? L’aiguillon de la mort, c’est le péché; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ! (1 Cor 15.54-57)

La victoire du Chrétien dans ce monde repose dans son identification à deux choses :

  1. qu’il est mort à lui-même
  2. qu’il s’identifie maintenant à l’oeuvre et la vie de Jésus-Christ ressuscité

Note : 1 Cor 15.55 est mon cri de victoire et 1 Cor 15.58 est mon espoir pour la victoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s