Le dernier traité


Un ami m’a partagé l’histoire suivante qui, selon moi, contient une leçon pertinente. Dieu est en train d’agir autour de nous d’une manière qui nous dépasse bien souvent. Et pour ce faire, il utilise des moyens que nous aurions tendance à mettre de côté. La raison? La Bible nous dit que Dieu ne partage sa gloire avec personne (voir Ésaïe 42.8). Il agit de cette manière afin de se révéler à nous, car comme nous affirment les derniers versets du Ps 73, il est notre plus grand bien.

Chaque dimanche après-midi, après l’église, le pasteur et son garçon de 11 ans avaient l’habitude de parcourir quelques rues de leur ville pour distribuer des traités.

Un dimanche après-midi, le temps était particulièrement mauvais. Il faisait un peu froid et il pleuvait dehors. Comme à chaque semaine, le garçon prit son manteau et ses vêtements plus chaud et trouvant son père lui dit, “Ok, papa, je suis prêt.”

Sur quoi son père lui répondit, “Prêt pour quoi fiston?”

“C’est le temps d’aller distribuer des traités papa!” lui répliqua le garçon.

Le père reprit, “Mais il pleut dehors, et il fait un peu trop froid mon petit.”

Sur quoi le fiston répliqua avec un air surpris, “Mais papa, il y a encore plein de gens qui  ne réalisent pas qu’ils se dirigent vers l’enfer, même si il pleut.”

“Fiston, je ne pense pas que cela soit sage de sortir dans la pluie aujourd’hui. On se reprendra la semaine prochaine” reprit le père.

C’est alors que le garçon supplia, “S’il te plait, est-ce que je peux au moins distribuer quelques-uns?”

Son père hésita un moment, puis il dit, “D’accord, tu peux y aller si tu y tiens tant que ça aujourd’hui. Voici quelques traités, mais fais bien attention à toi!”

Le garçon prit les traités. “Merci papa!” et d’un bond il sortit de la maison. Il parcourut plusieurs rues, et après une heure, il était vraiment trempé à l’os. Il ne lui restait plus qu’un seul traité. Il s’arrêta au coin de la rue et chercha de ses yeux quelqu’un à qui remettre le traité, mais les rues étaient désertes. C’était l’heure du souper.

Voyant cela, il se dirigea vers la première maison qu’il vit et se rendit à la porte d’entrée. Il poussa la sonnerie, mais personne ne vint à la porte. Il sonna encore et encore, mais pas de réponse. Il attendit un peu plus longtemps, mais toujours pas de réponses.

Finalement, le petit brave un peu têtue tourna pour s’en aller, mais quelque chose l’en empêcha. Alors, de nouveau, il se tourna vers la porte et sonna la sonnerie puis cogna de son point à la porte à plusieurs reprises.

Il sonna une dernière fois, et à sa surprise, la porte s’ouvrit doucement. Là, dans l’entrée, une vieille dame, se tenait devant lui l’air toute triste. Elle lui demanda d’une voix faible, “Qu’est ce que je peux faire pour vous mon petit garçon?”

D’une voix qui trahissait son excitation avec ses petits yeux pétillants, le garçon s’exclama, “Madame, je suis vraiment désolé de vous déranger comme ça, mais je tenais  absolument à vous dire que Jésus vous aime vraiment beaucoup et si vous le voulez bien, je suis venu vous remettre mon dernier traité. Ce traité vous parle de Jésus et de son grand amour pour vous.”

Content d’accomplir son but, le garçon lui remit le traité et partit de la maison. La vieille dame, un peu surprise, lui lança, “Merci mon petit! Et que Dieu te bénisse!”

Le dimanche suivant alors que Papa le pasteur se préparait pour donner la prédication, il demanda à l’assemblée, “Quelqu’un aurait-il un témoignage à partager avant que nous passions à la prédication?”

Lentement, vers l’arrière de la salle, une vieille dame se leva. Elle commença à parler, et l’on remarqua qu’une joie particulière se dégageait de sa voix.

“Je ne crois pas que vous me connaissiez. En tout cas, c’est la première fois que je viens à l’église. Avant dimanche de la semaine dernière, je n’avais jamais prit la décision de me confier en Jésus. Mon mari est décédé il y a quelques années me laissant toute seule dans ce monde. Dimanche passée, j’ai eu une journée particulièrement difficile. Il faisait froid, et en plus, il pleuvait. C’était encore pire dans mon coeur. J’étais vraiment arrivée au bout de mon rouleau. Je ne pouvais plus supporter la solitude et de continuer à vivre de cette manière. En fait, ça ne me tentais même plus de vivre.

Alors, j’ai eu l’idée de prendre une corde et une chaise, et je suis allé au grenier de la maison. J’ai attaché la corde autour d’une poutre dans l’entre-toit, puis je me suis mise debout sur la chaise, et j’ai attaché le bout de corde autour de mon cou. J’étais là debout sur la chaise, me sentant vraiment seule et abandonnée. J’étais sur le point de sauter lorsque la sonnerie de la porte d’entrée me surpris. Je me suis dit, “je vais attendre une minute, et puis on me laissera tranquille.”

J’attendis encore un peu, mais la sonnerie semblait devenir de plus en plus forte avec chaque coup. De plus, après un certain temps, je me suis rendu compte que l’on commença cogner à ma porte, et pas juste un peu, mais avec beaucoup d’insistance.

Je me suis dit, “mais qui est-ce que ça peut être? Personne ne sonne à ma porte ou vient me voir de ces temps-ci!” Alors je prit la corde et l’enleva et je descendis en bas pendant que la sonnerie semblait devenir de plus en plus forte.

Quand j’ouvris la porte, je ne pouvais presque pas croire mes yeux. Là, sous mon portique se tenait un garçon avec un sourire si radieux et angélique que je ne pense pas en avoir vu de pareil. Oh, j’ai de la difficulté à vous décrire ce sourire! Il me fit si chaud au coeur! Mais c’est ce qu’il m’a dit par la suite qui me fit sursauter dans mon coeur. “Jésus vous aime vraiment beaucoup!” Puis il me tendit un traité de l’évangile.

Quand le petit jeune sortit et disparue dans la pluie, je fermai ma porte et je lu lentement chaque mot du traité qu’on venait de me remettre. Je remontai l’escalier pour aller dans le grenier chercher la corde et la chaise. Je n’en n’avais plus besoin.

Il faut que vous sachiez ce qui s’est passé. Je suis maintenant un enfant du Roi des rois. J’en ai la certitude dans mon coeur. Puisque votre adresse était inscrite en arrière sur le traité, je tenais à venir vous dire merci en personne. Le petit ange à ma porte cette journée là fut envoyé par Dieu. Il est venu juste à temps, et faisant cela, mon âme fut sauvée de l’enfer. Je sais que Jésus est mort à ma place, et qu’il a porté sur lui mon péché à ma place. Et il a fait cela pour prouver son amour envers moi. J’ai compris que Dieu nous a donné son fils afin que nous puissions être réconciliés avec lui. Et cela a fait toute la différence dans ma vie.

Il n’y avait pas un oeil sec dans l’église à ce moment là. Des louanges spontanées se firent entendre de l’assemblée, et l’on vit le papa Pasteur descendre de son pupitre pour se diriger vers son fils assis en avant…

Il le prit dans ses bras en pleurant et loua Dieu pour avoir démontré sa fidélité au travers d’un petit garçon en dépit de son manque de foi à lui. Il n’y a probablement pas beaucoup d’événements qui pourraient susciter autant de joie et de louanges dans une assemblée. Et il n’y a probablement pas eu un pasteur qui fut autant remplie d’amour et d’honneur pour son garçon cette journée là… en fait, il y en a eu un c’est sûre, et ce Père trouve sa joie complète dans l’obéissance de son Fils tous les jours qu’un pécheur se repens et se tourne vers lui pour le pardon de ses péchés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s