Si nécessaire, utilise ta bouche


Je suis un chrétien qui prie, qui enseigne et qui passe généralement une bonne partie de mon temps en compagnie d’autres chrétiens. J’occupe un ministère pastoral à temps plein. C’est à la fois un grand privilège et une grande responsabilité. Au fur et à mesure que je prends de l’expérience, je réalise que je n’ai pas la capacité d’être auto-suffisant pour paître le troupeau de Dieu. Je deviens de plus en plus dépendant sur la grâce de Dieu et sur la communion de mes frères et soeurs dans la foi. Et j’avoue de plus en plus facilement que c’est une bonne chose. Ça me fait penser à une petite histoire d’ailleurs, une blague peut-être.

Deux vieillards se retrouvaient ensemble sur la dernière rangée pendant le culte un dimanche matin. Un jeune prédicateur, fraîchement gradué du séminaire, monte les marches pour se rendre à la chair pour prêcher la Parole de Dieu. Le jeune homme rempli de confiance et de fougue se lance dans l’enseignement avec l’enthousiasme d’un taureau sortant de son enclos. Malheureusement pour lui, rien ne pouvait le préparer pour la réalité d’être devant la multitude de regards qui le questionnent, qui scrutent, qui pensent à autre chose ou qui pensent à rien. Après quelques minutes, le jeune balbutie quelques propos clichés, finit de lire ses notes, et termine en catastrophe pour mettre fin à sa misère. Il réalisa qu’il n’a pas réussi à faire le lien avec l’auditoire. Il descend les marches pour s’asseoir. Il n’est pas sûr de lui. Il n’ose même pas croiser les regards de ses amis. Il s’assoit, se courbe, et passe un moment désespéré dans la prière.

L’un des vieillards à l’arrière se pencha vers son voisin et dit, « Si ce jeune avait monté les marches de la même manière qu’il en est descendu, sa prédication aurait tournée autrement. »

Ah! N’est-ce pas vrai? N’avons-nous pas tous ressenti à un moment ou un autre notre insuffisance au milieu de notre service pour les autres? En fait, qui est suffisant pour ces choses?

Dernièrement, j’ai écouté de nouveau un discours qui m’avait interpelé lors de la première conférence SOLA en 2011. Il s’agit du Pasteur Mattioli qui partage entre autres sa propre expérience du ministère pastoral. Je retiens deux choses qui, je crois, sont toujours à propos.

  1. Apprends à connaître et à aimer Jésus-Christ. C’est son exemple et son amour pour toi qui deviendra ta motivation pour aimer les autres.
  2. Intéresse-toi aux gens. Comment veux-tu témoigner de l’amour de Jésus-Christ si tu ne fais pas l’effort de connaître les gens que tu rencontres?

Nous professons certes l’Évangile. La Parole de Dieu est toujours notre autorité en matière de foi et de pratique. Mais une simple profession n’est pas ce que nous ou les autres avons besoin d’expérimenter. Nous professons une Bonne Nouvelle qui a changé notre vie, nos affections, notre manière de voir les gens autour de nous. Si Dieu s’est révélé à nous en s’incarnant dans cette personne de Jésus que nous lisons au travers des Saintes Écritures, ne sommes-nous pas aussi appelés à vivre ce que nous professons envers les autres? Jésus a dit beaucoup de choses, mais il a aussi incarné son message davantage. C’est pour cela que ses disciples ont dit, « … ce que nous avons VU et ENTENDU… »  (Actes 4.20; Actes 22.15; Jean 3.32)

2 réflexions sur “Si nécessaire, utilise ta bouche

  1. Ouais…c’est ambigüe non? J’aurais dû écrire, « …je réalise que je ne suis pas suffisant avec mes capacités naturelles pour… » Ce que j’essaie de dire que le ministère pastoral est tel que l’on doit faire appel à notre foi dans la providence de Dieu pour accomplir l’oeuvre qu’il a préparé pour nous. C’est son église et je suis un serviteur qui est attaché à Lui par sa grâce. En d’autres mots, je ne suis pas et je ne me verrai jamais comme un professionnel, quelqu’un qui a atteint un certain niveau de compétence qui lui permet de faire son travail de façon indépendante. J’aurais toujours besoin du soutien de Dieu (notamment sa grâce) pour son église, et j’aurais toujours besoin des frères et soeurs pour ma propre édification.
    Voilà en gros ce que j’essayais de dire.

    Ah et en passant, c’est probablement relié à des temps spirituellement riche pendant la conférence SOLA que je me suis senti interpelé dans ce sens. Je ne suis pas en déprime ou en train de me remettre en question. Je ne veux pas inquiéter personne. Ça serait tragique! 🙂

  2. Que veux-tu dire par : Au fur et à mesure que je prends de l’expérience, je réalise que je n’ai pas ce qu’il faut pour paître le troupeau de Dieu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s