Refait pour se réjouir – Apoc 22.1-5


J’aime les bateaux, la voile, ce qui flotte avec une certaine vitesse. J’avoue que je suis un peu idéaliste parce que je n’ai pas fait beaucoup de voile… presque pas en tout cas. Mais j’admire les voiliers. J’en ai vu un il y a quelques années de cela qui avait été complètement restauré. Les lambris de bois, les toisons, les armatures chromées… tout le kit quoi ! C’était de toute beauté. J’ose même croire que son état actuel était exactement, sinon mieux, que l’état dans lequel le bateau était à neuf.

Alors vous pouvez comprendre que lorsque je m’arrête pour lire Apocalypse 22.1-5, je ne peux pas m’empêcher de penser à ce voilier resplendissant qui me fait penser à ce que Dieu est en train de faire avec chacun de ses enfants.

Dieu nous restaure à son image, de gloire en gloire.

Notre contexte : la restauration

Que se passe-t-il dans ce passage ?

Pour commencer, il faut comprendre qu’Apocalypse 21 et 22 forment un tout. Il est question de la nouvelle Jérusalem. Cette partie de la vision de Jean suit la description des nouveaux cieux et de la nouvelle terre qui est le point culminant de la victoire réalisée dans Apocalypse 20. Donc à un niveau, il y a la description de la nouvelle Jérusalem. Tout est différent. Tout est nouveau. L’ancien ordre est parti. On parle aussi de pierres précieuses qui laissent passer la lumière qui émane du trône. Il est aussi question d’un rapprochement entre le peuple de Dieu et Dieu lui-même par la description de l’emplacement des portes sur lesquels sont inscrits les noms des tribus d’Israël (comparer avec l’emplacement du camp dans le désert, les tribus font maintenant partie de la ville). Le thème de la restauration du peuple de Dieu, sont qui sont attachés à Dieu, est prépondérant.

À un deuxième niveau, il est question du dénouement de l’histoire de la rédemption. La présence de peuples divers qui viennent louer Dieu, qui ont accès à Dieu, est remarquable. Dieu a accompli son plan de rédemption.

Et à un troisième niveau, ces visions ont pour but d’encourager les églises du premier siècle qui subissent la persécution de l’Empire romain. Jean leur transmet fidèlement les visions qui ont toute une signification pertinente pour les sept églises décrites dans Apocalypse 2-3. Il est facile d’oublier à qui la lettre de Jean fut adressée en tout premier. Certes, il y a de l’encouragement pour nous aujourd’hui, mais nous n’en sommes pas les premiers récipiendaires.

Le dieu Apollon

Il est intéressant de constater à quel point la description de la nouvelle Jérusalem et du trône sont semblable à la description du dieu Apollon. Comme il est souvent le cas dans l’usage des symboles dans la Bible, Dieu se révèle comme étant le Dieu véritable, celui qui est éternel, vivant à jamais, l’authentique. Derrière le dieu Apollon, du moins d’une perspective chrétienne, se cache le royaume des ténèbres. Nous ne parlons pas de quelque chose visiblement maléfique, complètement étrange à l’expérience humaine, mais d’une idole qui reflète la pensée du monde avec toutes ses philosophies qui persistent à croire le meilleur de l’être humain à l’exclusion d’un créateur qui Lui est bon et parfait.

Voici donc une description du dieu Apollon. Constatez combien sa description est une imitation du Seigneur Jésus-Christ.

  • culte d’Apollon répandu et popularisé en Turquie/Grèce
  • dieu de lumière, clarté
  • dieu de vérité, de prophétie
  • dieu de guérison, de plaies
  • dieu de la musique, la poésie
  • fils de Zeus et Léto

L’exposition du texte

Je favorise de plus en plus une approche d’exposition du texte au travers d’une exégèse fluide. J’ai deux buts dans cette approche : 1) aider les auditeurs à comprendre ce que le texte est en train de dire, 2) écouter ce que Dieu est en train de leur dire au travers de ce texte. En d’autres mots, la prédication par exposition du texte est une méthode qui cherche à faire comprendre le texte afin de pouvoir le mettre en pratique. Nous voulons que ceux qui écoutent puissent par la grâce de Dieu, entendre Sa voix au travers de celui qui prêche fidèlement le texte.

Étant donné que l’église est le contexte voulu par Dieu pour nous permettre de mettre en pratique la Parole de Dieu, je suis toujours ouvert à être corrigé lorsque je constate que mon étude du texte ne s’accorde pas avec la vérité telle qu’elle est révélée dans la Parole de Dieu.

Apocalypse 22.1-2

« Finalement, l’ange me montra (me fit remarquer) le fleuve de la vie, limpide comme du cristal, qui jaillissait du trône de Dieu et de l’Agneau. »

L’eau : symbolise ce qui purifie le péché ; théologiquement, représente le Saint-Esprit provenant de Dieu le Père et de Dieu le Fils

le fleuve : vision prophétique dans Ezek 47.1-9 ; Zach 14.8 « … des eaux vives sortiront de Jérusalem » ; Joel 3.18, « en ce temps-là… une source sortira aussi de la maison de l’Éternel, »

fleuve de la vie : l’eau de ce fleuve donne vie à ceux qui entrent dans la ville

qui jaillit : qui provenait de… Dieu en est la source.

2 Au milieu de l’avenue de la ville, entre deux bras (ou deux rives) du fleuve, se trouve l’arbre de vie. Il produit douze récoltes, chaque mois il porte son fruit. Ses feuilles servent à guérir les nations.

L’eau dans le temple : l’eau servait à purifier pour donner accès ; (voir aussi Jn 3.5 « si un homme ne naît d’eau et d’Esprit »)

milieu de l’avenue : fleuve = avenue principale (écho de Gen 2.10 d’une rivière sortant du jardin d’Eden ; revirement de Gen 3.24 ; et réalisation, voir ex. Ésaïe 35)

l’arbre de vie : abondance (12 récoltes par année = accomplissement, complet)

guérir les nations : de leur péché et des conséquences du péché une fois pour toutes

Application : La nouvelle Jérusalem confirme que les élus de tous les peuples seront restaurés (revivre/renaissance) à l’image de Dieu et qu’ils seront délivrés de leurs peines, de leurs souffrances.

Apocalypse 22.3-4

3 Il n’y aura plus aucune malédiction. Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la ville. Ses serviteurs lui rendront un culte (service par l’adoration) : 4 ils verront sa face et porteront son nom sur leurs fronts.

Serviteurs : Gr. doulos = esclaves dans le sens qu’ils sont attachés au Seigneur

rendront un culte : un service d’adoration (lit. offrir une récompense qui est due)

verront sa face : plus séparés, mais restaurés à celui duquel on tire notre image son nom sur leurs fronts : sécurité d’appartenir à Christ (échos de l’AT, ex. Ésaïe 62 et 65) caractéristique du grand prêtre dans l’AT qui portait le nom de Dieu sur son front ; répète Apoc 2.17 ; 3.12 ; 7.2-3 ; 14.1.

Application : (lire 2 Cor 3.16-18) Nous sommes destinés à être réconciliés à Dieu dans le but de l’adorer. Cette restauration a commencé avec la résurrection de Christ et sera complètement réalisée à son retour.

Apocalypse 22.5

5 Il n’y aura plus jamais de nuit. On n’aura donc plus besoin ni de la lumière d’une lampe, ni de celle du soleil, car le Seigneur Dieu répandra sur eux sa lumière. Et ils régneront éternellement.

Plus jamais de nuit : symboliquement = plus de mal, de souffrance, d’inquiétudes parce qu’il n’y aura plus de séparation avec Dieu ; littéralement = nouvelle création, nouvel ordre du temps, Dieu sera le seul point de référence à mon agenda

répandra sur eux sa lumière : rédemption réalisé… plus rien ne nous sépare de l’Éternel, c.-à-d. il n’y aura plus d’ombre des choses à venir
(voir ex. Col 2.16-17 et l’application quotidienne dans 3.1-4)

Application : Nous sommes destinés à être des rois et des prêtres devant Dieu.

Conclusion

  • La guérison de tous les peuples dépend de leur restauration à l’image de Dieu.
  • Nous avons été créés pour jouir de la vie en adorant Dieu.
  • Nous sommes destinés à devenir des prêtres et des rois pour Dieu par Jésus-Christ.

J’ai été créé avec un besoin pour adorer. Le coeur humain est voué à l’émerveillement. Nous sommes naturellement attirés à vouloir rendre hommage à ce qui est plus grand, plus beau, plus prestigieux que nous. C’est dans notre nature. C’est pour cela que par défaut, nous sommes “des suiveux”. Il y a une partie de nous qui espère dans l’au-delà. Même dans des tribus complètement retranchées de ce qu’on appelle la civilisation, on retrouve un système religieux de croyances dans l’au-delà.

La Bonne Nouvelle de l’Évangile vient compléter ce désir d’adorer en nous faisant connaître le Seigneur Jésus-Christ. Nous avons été libérés du péché pour devenir libres pour servir l’Éternel. La question primordiale dans tout cela demeure donc, qu’est-ce que j’adore ?

Saint Augustin a dit quelque chose qui ressemble à ce qui suit : Tu nous as créés pour toi, Ô Seigneur, et nos cœurs sont agités jusqu’à ce qu’ils trouvent leur repos en Toi.

Comment être fidèle avec Apocalypse 22.1-5

La question devant nous pour l’écoute et l’application de la Parole de Dieu est comment orienter ma vie selon une adoration centrée sur l’Éternel ? Voici quelques pistes de réflexion que je vous soumets pour votre considération. Je serais particulièrement intéressé de savoir si elles sont pertinentes à votre vie.

  • Considère ce que Dieu pourrait être en train d’accomplir dans ta journée et rends-lui grâce par la foi.
  • Quand tu es déprimé ou découragé, commence par énumérer tous les bienfaits de Dieu. (vision recalibrée sur Christ)
  • Quand une circonstance/personne t’enlève le goût d’adorer Dieu, imagine de quoi cette circonstance/personne aurait l’air si elle était renouvelée à l’image de Dieu. Après que tu as une vision renouvelée de cette chose, agis en conséquence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s