L’implication de la Pâque (Romains 6.1-14)


Notes d’enseignements pour le dimanche 20 avril 2014

Pourquoi célébrer Pâques ? Est-ce une fête symbolique qui au fond ne fait qu’annoncer la venue du printemps ? Pouvons-nous célébrer Pâques sans en donner un sens religieux pour autant ? Et pourquoi pas ?

Non. La Pâque n’est pas une fête qui annonce le printemps, ni même une fête qui symbolise la victoire du bien sur le mal ou de la renaissance de la vie qui l’emporte sur la mort. Selon la Bible, la signification de la Pâque est radicalement liée à la résurrection de Jésus-Christ. Pâques est le point culminant de l’Évangile. C’est l’accomplissement de la promesse d’un rédempteur dans Genèse 3 et l’accomplissement de l’alliance entre Dieu et Abraham dans Genèse 15. Dans Exode 12, Pâques est la préfiguration d’un Sauveur pour Israël pendant qu’ils sont encore esclaves en Égypte. Et lorsque le Seigneur Jésus mangea la Pâque avec ses disciples (ex. Luc 22.14-23), c’était aussi pour annoncer sa mort ainsi que la promesse de sa résurrection. (Jean 6.53-56)

La signification de la Pâque est si importante pour ceux qui croient la Parole de Dieu que l’apôtre Paul affirme drastiquement :

14 Et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine. … 19 Si c’est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes. (1 Corinthiens 15.14, 19)

En d’autres mots, si Christ n’est pas ressuscité, notre foi ne nous sert à rien et notre manière de vivre est lamentable. Alors dans ce cas, faisons la fête et réjouissons-nous de l’arrivée du printemps sans penser au reste. Limitons Pâques à des festivités arbitraires et faisons semblant que la mort n’existe pas et que la vie est ultimement un non-sens.

Mais heureusement que l’Évangile nous offre une bien meilleure raison de célébrer Pâques.

La signification de Pâques selon Jésus

Si Pâques est une fête radicalement liée à la résurrection de Jésus-Christ, il serait probablement sage pour nous de considérer au moins ce que Jésus a enseigné à ce sujet. Avant sa mort, Jésus adressa ses disciples pendant le repas traditionnel de la Pâque juive pour commémorer la délivrance d’Israël de la main du Pharaon d’Égypte, juste avant leur départ pour le Mont Sinaï. En faisant ceci, Jésus explique comment il est Lui-même la réalisation de la Pâque instituée par Moïse lors de la sortie d’Égypte du peuple de Dieu.

26 Pendant qu’ils mangeaient (le repas de la Pâque), Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps. 27 Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous ; 28 car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. (Matthieu 26.26-28 ; voir aussi Marc 14.22-25)

Dans l’évangile de Jean, Jésus explique à ses disciples que la vie dépend de leur acceptation de ce qu’il leur dit. Jésus signifie par cela que la Pâque est d’être entièrement dépendant sur Jésus pour vivre.

53 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes. 54 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. 55 Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. 56 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. 57 Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. 58 C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n’en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement. (Jean 6.53-58)

La majorité des disciples de Jésus sont scandalisés par les propos de Jésus. Ils n’acceptent pas l’idée de dépendre sur Jésus pour leur vie entière à ce point. Ils sont intéressés de lui accorder seulement une partie de leur vie.

60 Plusieurs de ses disciples, après l’avoir entendu, dirent : Cette parole est dure ; qui peut l’écouter ? 61 Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit : Cela vous scandalise-t-il ? 62 Et si vous voyez le Fils de l’homme monter où il était auparavant?… 63 C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. … 66 Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n’allaient plus avec lui. (Jean 6.60-66)

Jésus se tourne ensuite vers ceux qui restent autour de lui, ceux qui ont compris que la promesse de la vie éternelle dépend de la Parole de Dieu révélé au travers de Jésus.

67 Jésus donc dit aux douze : Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? 68 Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. 69 Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ (Messie), le Saint de Dieu. (Jean 6.67-69)

Jésus exprime donc la signification de la Pâque de deux manières.

  1. Célébrer Pâques est de croire premièrement que Jésus a réellement offert son corps et son sang pour satisfaire le jugement de Dieu à ma place à cause de mon péché. (Dans l’Ancien Testament : l’image de l’agneau immolé pour satisfaire la justice de Dieu.)
  2. Célébrer Pâques est de croire les paroles de Jésus à un tel point que ses paroles deviennent le fondement sur lequel je bâtis ma vie. (Dans l’AT : l’image de la dépendance du peuple d’Israël qui devait se fier à la Parole de l’Éternel pour sortir d’Égypte et vivre dans le désert.)

Ce que Jésus est en train de dire est que si nous voulons vivre en nouveauté de vie, nous devons accepter, croire, embrasser, célébrer la volonté de Dieu pour nous selon sa Parole. C’est bien ce que l’Éternel a enseigné à Israël dans le désert. Et c’est la même leçon qui continue au travers du ministère de Jésus avec ses disciples.

3 Il t’a humilié, il t’a fait souffrir de la faim, et il t’a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas et que n’avaient pas connue tes pères, afin de t’apprendre que l’homme ne vit pas de pain seulement, mais que l’homme vit de tout ce qui sort de la bouche de l’Éternel (la volonté de Dieu telle qu’elle est exprimée par sa Parole). (Exode 8.3)

34 Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre. (Jean 4.34)

L’implication de Pâques dans la vie de celui qui croit en Jésus

Dans Romains 6, l’apôtre Paul fait un lien entre la mort/résurrection de Jésus et la vie victorieuse du Chrétien qui trouve son identité en Jésus. Paul utilise l’image du baptême pour illustrer comment le Chrétien s’identifie avec la mort et la résurrection de Jésus à la Pâque.

3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? 4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. (Romains 6.3-4)

Quel est le résultat de notre identification avec Jésus dans sa mort et dans sa résurrection ? Le message de Pâque est que nous marchions en nouveauté de vie.

Mon identification avec la mort du Seigneur Jésus

La première implication de Pâques dans la vie du croyant est son identification avec la mort de Jésus. Cela veut dire que l’appel de l’évangile n’est pas seulement de croire que Jésus est mort pour mon péché, mais de croire aussi que je suis mort au péché.

11 Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. 12 Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises. 13 Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité ; … (Romains 6.11-13a)

L’impératif suit l’indicatif. L’appel à avoir la victoire sur le péché dépend de mon identification avec la personne de Jésus. En d’autres mots, ce n’est pas parce que j’arrive à me libérer du péché que je deviens un Chrétien victorieux. C’est plutôt parce que je m’identifie à la mort de Jésus-Christ que je trouve la victoire sur le péché. C’est une promesse de Dieu que j’accepte. Et je l’accepte parce que je prends les paroles de Jésus au sérieux.

Donc, une première implication de Pâque est de croire qu’en m’identifiant à la mort de Jésus, je considère que je suis mort au péché. Par la foi, je peux déclarer que le péché n’a pas le droit d’exercer son pouvoir sur moi. Et la prochaine fois que surviendra la tentation de faire ce qui est mal, je peux, par la grâce de Dieu, choisir de faire ce qui plait à Dieu simplement parce que je m’identifie avec Christ dans sa mort.

Le problème que nous rencontrons bien souvent est notre refus de nous identifier avec Christ dans sa mort. Nous aimons nous identifier avec Lui lorsque c’est populaire, lorsque Jésus fait des miracles, lorsque ça va très bien dans le sens que je souhaite, lorsque Dieu semble faire quelque chose qui attire même l’attention de ceux qui passent par ci ou par là. Mais lorsqu’il s’agit de s’identifier avec Jésus dans une situation qui signifie la mort d’un désir, d’une opportunité, de notre réputation, du prestige, de mon orgueil, de mon péché, c’est une autre paire de manches. Et bien souvent, nous refusons de prendre le pas de foi parce que nous ne voulons pas prendre Jésus sur parole.

Nous remettons en question si Jésus a réellement les paroles de la vie. Est-ce que Jésus a réellement raison ? Est-ce que les voies de Dieu sont parfaites ? Est-ce que la Parole de Dieu est réellement sans erreurs ? Comme nous l’avons entendu dans le jardin d’Eden, « Dieu a t il réellement dit… ? »

Le bon combat de la foi est de s’identifier avec Jésus dans sa mort. Ensuite, je poursuis mon combat en affirmant la promesse de Jésus que le péché n’a plus de pouvoir sur moi. Et par la foi, je persévère à marcher d’une manière qui est digne de mon Sauveur.

6 sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; 7 car celui qui est mort est libre du péché. (Romains 6.6-7)

Mon identification avec la résurrection du Seigneur Jésus

La deuxième implication de la Pâque dans la vie du croyant est son identification avec la résurrection de Jésus.

11 Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. (Romains 6.11)

13 Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité ; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. (Romains 6.13)

De la même manière que je m’identifie avec Jésus dans sa mort, je m’identifie aussi avec lui dans sa résurrection. C’est comme les deux côtés d’une même médaille. Je suis mort au péché, et par conséquent, je deviens vivant (libéré) pour Dieu. Encore une fois, l’impératif suit l’indicatif.

Je dois m’identifier avec Jésus dans sa mort, mais je ne peux pas rester là. Je dois aussi m’identifier avec Jésus dans sa victoire. Si je ne m’identifie pas avec Jésus dans sa résurrection, je n’ai rien avec quoi remplacer le trou laissé par l’absence du péché.

C’est pour cette raison que de simplement suivre l’impératif de ne pas toucher, de ne pas gouter, de ne pas regarder, de ne pas penser nous laisse toujours avec un appétit pour le péché. Le Dieu de la Bible nous a créés avec un appétit pour désirer plein de choses. Il n’est donc pas suffisant de mettre à mort nos désirs dans le but de tuer nos désirs. C’est un non-sens. L’appel de la croix est plutôt de tourner les yeux sur Christ pour désirer ce qu’il a à nous offrir à la place de nos mauvais désirs qui sont livrés au mal. Le péché n’offre en bout de ligne que des mensonges et des déceptions.

Lorsque je m’identifie avec Jésus dans sa résurrection, je m’identifie avec toutes les promesses de Dieu pour moi en Christ. Je m’identifie avec tout l’héritage qui m’appartient par la foi en Christ (ex. Éphésiens 1-2). Lorsque je m’identifie avec Jésus dans sa résurrection, j’éprouve un désir pour les choses de Dieu qui satisfait mes désirs. Je marche le même sentier que Moïse qui avait trouvé le secret de la victoire sur le péché.

24 C’est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon, 25 aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché, 26 regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération. (Hébreux 11.24-26)

6 Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. (Hébreux 11.6)

Dans ses instructions et son encouragement à Timothée, Paul affirme la raison de son espérance en s’identifiant à Jésus dans sa vie, sa résurrection.

10 Nous travaillons, en effet, et nous combattons, parce que nous mettons notre espérance dans le Dieu vivant, qui est le Sauveur de tous les hommes, principalement des croyants. (1 Timothée 4.10)

Conclusion : la signification de la Pâque pour le croyant

Dans la nouvelle alliance, la Pâque est liée intimement à la personne de Jésus. Je ne peux pas donc saisir le sens de la Pâque si je ne me suis pas engagé à dépendre de la Parole du Seigneur Jésus-Christ comme fondement pour toute ma vie. Comment est-ce que je vois la Parole de Christ ? Quelle attention est-ce que je lui apporte ? Quelle est mon attitude vis-à-vis de ses paroles ? de ses promesses ?

Deuxièmement, nous avons considéré l’importance de s’identifier avec Jésus autant dans sa mort que dans sa résurrection. La Pâque a toute une signification pour moi si je m’identifie comme étant mort au péché en m’identifiant avec la mort de Jésus sur la croix. Je considère que le péché n’a plus le droit de pouvoir sur moi. Je considère que c’est profitable pour moi que de souffrir à cause de mon identification avec Jésus. Je ne suis pas perdant parce que le péché ne m’apporte rien qui me permettra d’en tirer profit à long terme.

La Pâque a aussi toute une signification si je m’identifie avec Jésus dans sa résurrection. Tout l’héritage et les promesses de Dieu me sont accordés en Christ par la foi. Elles deviennent ma motivation pour persévérer au milieu des difficultés. Ce qui m’est gracieusement accordé en Christ par la foi devient aussi mon nouveau désir. Je subis un changement de perspective qui m’aide à faire des choix qui glorifient Dieu.

11 Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. (Romains 6.11)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s