Série Basic 6 : La prière


La prière est une pratique courante dans beaucoup de courants religieux. Certains prient souvent sans savoir à qui ou à quoi ils s’adressent. Ils ont le goût de communier avec quelque chose qui est plus grand qu’eux. Ça leur fait du bien.

Mais lorsqu’on commence à lire la Bible, on se rend compte que la prière a non seulement un but précis et un objet précis, mais qu’on ne prie pas n’importe comment. On ne prie pas simplement comme bon nous semble.

Alors, il faut se poser la question. Est-ce qu’il y a une bonne manière de prier ? Et si oui, quelles sont les mauvaises manières à éviter ?

Comment nous approcher de Dieu

Lorsqu’on lit l’Ancien Testament, on réalise que le peuple de Dieu ne pouvait pas s’approcher pour prier Dieu n’importe comment.

5 (4:17) Prends garde à ton pied, lorsque tu entres dans la maison de Dieu ; approche-toi pour écouter, plutôt que pour offrir le sacrifice des insensés, car ils ne savent pas qu’ils font mal. 2 (5:1) Ne te presse pas d’ouvrir la bouche, et que ton cœur ne se hâte pas d’exprimer une parole devant Dieu ; car Dieu est au ciel, et toi sur la terre: que tes paroles soient donc peu nombreuses. 3 (5:2) Car, si les songes naissent de la multitude des occupations, la voix de l’insensé se fait entendre dans la multitude des paroles. 4 (5:3) Lorsque tu as fait un vœu à Dieu, ne tarde pas à l’accomplir, car il n’aime pas les insensés: accomplis le vœu que tu as fait. 5 (5:4) Mieux vaut pour toi ne point faire de vœu, que d’en faire un et de ne pas l’accomplir. 6 (5:5) Ne permets pas à ta bouche de faire pécher ta chair, et ne dis pas en présence de l’envoyé que c’est une inadvertance. Pourquoi Dieu s’irriterait-il de tes paroles, et détruirait-il l’ouvrage de tes mains ? 7 (5:6) Car, s’il y a des vanités dans la multitude des songes, il y en a aussi dans beaucoup de paroles ; c’est pourquoi, crains Dieu. (Ecc 5.1-7)

Le prophète Samuel nous exprime la même vérité d’une autre manière lorsqu’il reprend le roi Saul pour avoir fait des sacrifices devant Dieu sans obéir à ce que l’Éternel lui avait commandé de faire.

22 Samuel dit: L’Éternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de l’Éternel ? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers. (1 Sam 15.22)

Dans le Nouveau Testament, on remarque pourquoi la prière est si souvent inefficace.

Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions. (Jac 4.3)

Considère les choses suivantes avant de prier.

  1. Considère devant qui tu te tiens dans la prière.
  2. Si tu pries en Assemblée, considère ta communion avec les autres de l’Assemblée.
  3. Avant d’ouvrir la bouche, écoute ce que Dieu pourrait être en train de te dire.
  4. Avant de formuler ta prière, demande que Dieu dirige tes pensées selon Sa Parole.
  5. Avant de présenter ta requête, examine comment ta requête fait avancer ou non la volonté de Dieu et le Royaume de Dieu sur terre.

Comment Jésus nous enseigne à prier

Lorsqu’on rencontre Jésus dans les Évangiles, on découvre qu’il a enseigné à ses disciples une manière de prier.

Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui est aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; 10 que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 11 Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien ; 12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ; 13 ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! (Matt 6.10-13)

Nous pouvons tirer quelques remarques de ce passage qui nous aideront à prier avec plus de confiance sachant que nous prions selon la volonté de Dieu.

  1. Lorsque nous prions « Notre Père », nous affirmons qui nous sommes en fonction de l’Éternel. Nous nous adressons à Dieu selon l’identité que nous avons en Jésus-Christ. Nous nous adressons comme une fille, comme un fils, du Dieu éternel, le Roi des rois. Nous avons donc la confiance qu’il nous écoute et qu’il désire s’entretenir avec Lui.
  2. Lorsque nous prions « que ton nom soit sanctifié », nous exprimons que Dieu n’est pas comme les personnes dans mon cercle d’amis. Son nom est différent. Il est différent de moi. Je ne m’adresse pas à lui n’importe comment et je lui dois mon respect.
  3. Lorsque nous prions « que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur terre comme au ciel » je ne suis pas sûre que notre cœur est réellement d’accord. Nous préférons prier, que « ma » volonté se fasse, et que mes souhaits à moi soient exaucés. Lorsque je m’approche de Dieu dans la prière, je dois considérer si mon cœur désire réellement que la volonté de Dieu s’accomplisse dans ma vie et dans la vie de ceux pour lesquels je prie. Est-ce mon plus grand désir dans la prière est que Dieu règne dans ce monde ?
  4. Lorsque nous prions, « Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien » est que je suis réellement dépendant de Lui ? Est-ce que je reconnais le « nous » dans ma prière ? La manière que Jésus nous enseigne à prier tient compte de notre identité comme membre du Corps de Christ. Lorsque je prie Dieu, je viens à lui aussi comme membre de l’Assemblée qui représente d’une certaine façon le Corps de Christ.Donc, est-ce que je me permets d’enter dans des situations personnelles où je dois dépendre de Dieu ? Est-ce que je suis prêt à entrer dans des situations où je dois dépendre de Dieu pour aimer mon frère, ma sœur que Dieu a placés dans l’Assemblée auprès de moi ? Est-ce que je suis prêt à dépendre de Dieu aujourd’hui pour mes besoins d’aujourd’hui ?
  5. Lorsque nous prions « pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés » nous réalisons que la prière est une activité que ne peut pas se faire uniquement entre moi et mon Dieu. La prière est personnelle, mais elle n’est pas une activité qui est principalement centrée sur soi-même. La prière est une activité qui nous aide à nous rapprocher de Dieu et à nous rapprocher des uns des autres. Lorsque je prie, je dois prendre conscience de la manière que j’ai été gracié/pardonné par Dieu pour comprendre comment Dieu me demande de pardonner à mon prochain.
  6. Lorsque je prie, « ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin » je réalise que la prière est aussi un outil de combat dans la guerre spirituelle. C’est une arme efficace qui nous permet de résister efficacement aux tentations. Avez-vous déjà fait l’expérience du secours de Dieu au milieu d’un moment où vous êtes tentés de faire ce qui est mal, même quand votre cœur est rebelle à Dieu ?
  7. Lorsque je prie, « c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! » j’affirme que Dieu a le droit d’avoir le dernier mot et que tout lui appartient. Je me repose dans la certitude qu’il est souverain et qu’il accomplira sa volonté selon son plan parfait en son temps, et pour sa gloire.

Conclusion

La prière n’est juste une manière de parler à Dieu. C’est aussi une manière d’être à son écoute pour entendre ce qu’il veut nous dire, ce qu’il veut accomplir dans nos vies et comment nous pouvons faire équipe avec Lui. Lorsque nous prions, il est important de considérer la nature de celui à qui nous nous adressons.

Il est aussi important de considérer quelle est la volonté de Dieu. Ce n’est pas une chose mystérieuse. Notre Père céleste est un Dieu qui aime se révéler à nous. Il nous a d’ailleurs laissé un manuel d’instruction qui est la Parole de Dieu. Au fur et à mesure que je me familiarise avec les voies de Dieu et les commandements de Dieu, je peux aussi prier selon la volonté de Dieu. Et dans les domaines où la Parole de Dieu ne semble pas être assez claire, je m’en remets à l’Esprit de Dieu qui guide souverainement mes pas pour accomplir ses desseins. (ex. Michée 6.8)

Finalement, le Seigneur Jésus-Christ nous a laissé un modèle de prière qu’il a enseigné à ses disciples. Plusieurs d’entre nous connaissent le Notre Père par cœur, mais est-ce que nous prenons le temps de considérer ce que nous affirmons lorsque nous prions Matthieu 6.9-13 ?

La prière est loin d’être une formule magique. Ce n’est pas la manière de parler à Dieu qui fait la différence. Mais lorsque nous venons devant l’Éternel avec un cœur qui reconnait sa sainteté, sa souveraineté, sa capacité de satisfaire mes besoins, je commence à prier comme un enfant qui dépend quotidiennement dans la présence et l’aide de son papa céleste. Dieu s’occupe du reste.

De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; 27 et celui qui sonde les coeurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints. 28 Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. (Rom 8.26-28)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s