Pourquoi Jésus devait-il naître?


Galates 4.4-5

Introduction

Nous sommes ici aujourd’hui pour célébrer Noël, pour souligner non seulement la joie et la générosité qui caractérisent ce temps des fêtes, mais pour en célébrer la raison, c’est-à-dire la naissance de Jésus-Christ le Sauveur.

Si vous avez prêté attention aux cantiques et aux sketches des enfants ce matin, vous avez entendu parler du fait que Jésus est la vraie raison pour cette saison. Nous célébrons le fait que Jésus est né dans une crèche à Noël. L’Histoire nous confirme qu’il a bel et bien vécu sur cette terre. D’ailleurs, l’historicité de Jésus est un fait bien fondé, même dans les domaines académiques qui restent sceptiques sur sa divinité. Il existe maintenant trop d’évidences pour son historicité pour prétendre que Jésus est un personnage fantastique ou mythique. Plusieurs écrits de l’Antiquité nous affirment son existence et nous poussent à considérer sérieusement les circonstances entourant sa vie.

Dans la Bible, (Galates 4.4) nous lisons qu’au moment déterminé par Dieu, quand les temps furent accomplis selon le calendrier et l’agenda de Dieu, Dieu envoya son Fils pour naître d’une femme, sous la loi. Cette description de la venue de Jésus nous fait poser au moins 2 questions :

  • Pourquoi la naissance et pas simplement une apparition miraculeuse ?
  • Pourquoi est-ce que Jésus devait-il naître sous la loi ?

Pourquoi une naissance ?

Les évangiles nous parlent de Marie, une jeune fille vierge. Elle n’était même pas encore mariée. Elle avait un chum, un fiancé nommé Joseph. Et un jour, un ange lui apparaît venant de nulle part. Et qu’est-ce que l’ange lui dit ?

Luc 1.30 l’ange lui dit : Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. 31 Voici : tu deviendras enceinte, tu enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. 32 Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. 33 Il règnera sur la maison de Jacob éternellement et son règne n’aura pas de fin.

34 Marie dit à l’ange : Comment cela se produira-t-il, puisque je ne connais pas d’homme? 35 L’ange lui répondit : Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi, le saint (enfant) qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. 36 Voici qu’Élisabeth ta parente a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois. 37 Car rien n’est impossible à Dieu. 38 Marie dit : Voici la servante du Seigneur; qu’il me soit fait selon ta parole. Et l’ange s’éloigna d’elle.

Nous pourrions penser que lorsque l’ange dit de Marie qu’elle avait trouvé grâce auprès de Dieu qu’elle avait attiré le regard de Dieu sur elle parce qu’elle agissait d’une certaine manière. Mais c’est la réponse même de Marie qui nous pousse à chercher plus loin… « qu’il me soit fait selon ta parole. »

Marie n’a pas accepté la Parole du Seigneur parce qu’elle se pensait digne de la chose, mais parce qu’elle avait confiance dans la Parole de Dieu. Marie a donc choisie de placer sa confiance dans la bonté et dans la sagesse de Dieu. La naissance de Jésus trouve donc sa signification dans la fiabilité de la Parole de Dieu plutôt que dans la fidélité de Marie. Ce constat nous amène à poser une autre question. Puisqu’il est question de la fiabilité de la Parole de Dieu, est-ce que Dieu avait déjà parlé du fait qu’il allait envoyer son Fils dans le monde ?

Il existe plusieurs prédictions (prophéties) qui affirment avec un degré de précision remarquable les circonstances de la naissance de Jésus. En voici quelques-unes…

Michée 5.1 Et toi, Bethléhem Éphrata, Toi qui es petite parmi les milliers de Juda, de toi sortira pour moi, celui qui dominera sur Israël, et dont l’origine remonte au lointain passé, aux jours d’éternité.

Ésaïe 7.14 C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, voici que la jeune fille est enceinte, elle enfantera un fils et lui donnera le nom d’Emmanuel.

Ésaïe 9.5 Car un enfant nous est né, Un fils nous est donné, Et la souveraineté (reposera) sur son épaule; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.
6 Renforcer la souveraineté et donner une paix sans fin au trône de David et à son royaume, l’affermir et le soutenir par le droit et par la justice dès maintenant et à toujours; voilà ce que fera le zèle de l’Éternel des armées.

Jésus est donc né de parents qui étaient de la lignée du roi David. Il était un garçon. Il est né a Bethléem, en Juda. Il est né d’une jeune fille, une vierge. Le nom de Jésus signifie Sauveur, qui rend hommage au titre Emmanuel, Dieu parmi nous. Sa vie témoigne de la puissance, du conseil, de la puissance, de la paix et de la souveraineté de Dieu. Il était un roi, mais pas de ce monde. Il a parlé d’un royaume éternel. Son règne n’a donc pas de fin. Il a vécu selon le droit et la justice. Il était zélé pour Dieu. Et ce zèle l’a amené a donné sa vie en rançon pour ceux qui croient en Lui.

Jésus devait naître afin que la Parole de Dieu s’accomplisse et afin que vous et moi réalisions que nous pouvons nous fier à la Parole de Dieu.

 Pourquoi naître sous la loi ?

Dans sa lettre aux habitants de la Galatie, Paul mentionne un autre détail sur la naissance de Jésus. Il est né sous la loi. Pourquoi sous la loi ? Était-ce vraiment nécessaire ?

Pour comprendre cette question, il nous faut remonter à la Genèse, dans le jardin d’Eden. Adam et Ève ont mal agi devant Dieu lorsqu’ils ont choisi de mettre Dieu de côté pour faire leur propre chemin. En voulant déterminer leur propre destinée, Adam et Ève ont déformé l’image de Dieu dans leurs vies. Eux qui avaient été créé pour être des reflets de l’image de Dieu, ont choisi de tourner le miroir sur eux-mêmes. Et lorsqu’ils se sont regardés, ils ont vu ce qu’ils étaient, des imposteurs qui ne pouvaient pas prendre la place de Dieu.

Mais Dieu ne les laisse pas là sans rien faire. Parce que Dieu est fidèle à Lui-même et parce qu’il est amour, il pourvoit un moyen de restaurer la relation brisée par la folie d’Adam et Ève. Dans Gen 3.15, on apprend que la descendance de la femme (Ève) écrasera la tête du Serpent. En d’autres mots, un fils, de la lignée de la femme, deviendrait la solution pour restaurer la relation brisée par la désobéissance initiale d’Adam et Ève.

En considérant la chose, Paul écrit aux chrétiens de Rome ce qui suit…

Romains 5.18 Ainsi donc, comme par une seule faute la condamnation s’étend à tous les hommes, de même par un seul acte de justice, la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. 19 En effet, comme par la désobéissance d’un seul homme, beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul, beaucoup seront rendus justes. 20 Or, la loi est intervenue pour que la faute soit amplifiée ; mais là où le péché s’est amplifié, la grâce a surabondé. 21 De la sorte, comme le péché a régné avec la mort, ainsi la grâce règne par la justice, pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur.

Romains 8.2 En effet, la loi de l’Esprit de vie en Christ-Jésus m’a libéré de la loi du péché et de la mort. 3 Car — chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force — Dieu, en envoyant à cause du péché son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, a condamné le péché dans la chair ; 4 et cela, pour que la justice prescrite par la loi soit accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’Esprit.

Jésus est donc né sous la loi pour accomplir la justice de Dieu. Le jugement de Dieu exige une vie parfaite selon la loi de Dieu. En envoyant son Fils, Dieu nous donne un substitut parfait qui prend notre place. Jésus est né sous la loi afin que nous puissions échapper au jugement de Dieu à cause de notre péché. En prenant notre place, il prend aussi notre condamnation. Jésus est donc né sous la loi afin que nous puissions réellement vivre sous sa grâce.

Conclusion

Peut-être que pour vous, Noël a perdu son charme. Noël remplit votre agenda de toutes sortes de tracas, d’obligations. Vous voyez les lumières et les festivités et vous vous sentez bien à l’écart pour toutes sortes de raisons. Vous arrivez peut-être à trouver une joie dans l’émerveillement des enfants. Peut-être que vous êtes arrivés à apprécier le fait qu’il y a plus de plaisir à donner qu’à recevoir. Mais même là, on peut se sentir vide. Les festivités sont souvent superficielles si on se fie aux apparences. Elles ne suffisent pas pour réanimer notre émerveillement pour la vie.

Avez-vous découvert le vrai sens de Noël ? Et si vous l’avez découvert, l’avez-vous perdu ?

Il y a quelque chose de si beau et de si touchant à regarder un enfant qui dort paisiblement dans une crèche. Mais si nous ne comprenons pas la signification de ce que nous voyons, qu’est-ce que cela change dans nos vies ?

Lorsque nous découvrons le sens de Noël, nous découvrons que la Parole de Dieu est digne de confiance. Et parce que Dieu est digne de confiance, nous découvrons que notre vie a un sens à cause de l’œuvre et la personne de Jésus-Christ. Il est venu naître dans ce monde pour prendre notre place afin que la condamnation de Dieu repose sur Lui et non pas sur nous à cause de nos péchés. Jésus est donc né pour nous donner la vie.

Dieu vous appelle ce matin. Dieu vous aime. Dieu vous poursuit. Mais que faites vous de son offre à Noël ? Qu’allez-vous faire de l’enfant Jésus, né d’une femme, né sous la loi pour vous affranchir de la juste condamnation de Dieu ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s