Comment triompher du monde ?


Celui qui veut suivre les enseignements de Jésus-Christ doit éventuellement se rendre à l’évidence qu’il va souvent à contre-courant du monde qui l’entoure. Ce n’est pas que le monde est toujours contre lui. Il s’agit plus des conséquences de vivre dans un monde où chacun vit comme bon lui semble, selon ce qui fait son affaire. Après tout, l’être humain est férocement indépendant, cherchant constamment à affirmer sa liberté.

Mais c’est ironique lorsqu’on observe qu’il se heurte constamment aux limites de la réalité qui l’entoure. Car, l’être humain est libre de choisir, mais non pas libre des conséquences de ses choix. Le Chrétien par contre est appelé à faire preuve de foi, mais pas n’importe laquelle. La Bible nous parle d’une foi qui est conquérante. « Et ce qui nous rend vainqueurs du monde, c’est notre foi. » (1 Jean 5.4)

La foi est-elle vraiment nécessaire ?

Le Chrétien (c.-à-d. celui qui vit sa vie en tenant compte des enseignements de Jésus) est foncièrement un individu qui vit sa vie en tenant compte de quelques absolus. Il croit par exemple que le monde est le produit d’une intelligence créatrice et que la vie a un sens qui vaut la peine d’être vécu. Il croit aussi du bien et du mal, et que la Bible est une source fiable pour nous transmettre les desseins du Créateur. Cette façon de vivre n’est pas le produit d’une confiance aveugle, mais le résultat d’un choix éclairé et réfléchi à la lumière d’expériences et d’observations personnelles qui s’accordent avec le récit biblique.

(Hébreux 11.6) Or, sans la foi, il est impossible de lui être agréable. Car celui qui s’approche de Dieu doit croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent.

Pour vivre d’une telle manière, on doit nécessairement faire appel à la foi. Il ne s’agit donc pas de fermer les yeux sur la réalité qui nous entoure, mais plutôt d’interpréter la réalité dans laquelle nous vivons à partir d’une perspective informée par la Bible. Aussi, je ne veux pas laisser sous-entendre que la foi est une nécessité exclusivement réservée pour les Chrétiens. Tout le monde doit faire preuve de foi. Cela fait partie de notre condition humaine. Nous sommes des êtres limités après tout. Nous n’avons pas le choix de croire ou de faire confiance pour vivre. La question est de savoir si l’objet de notre foi est solide ou non.

Par exemple, tout le monde vit en fonction de certaines présuppositions (c.-à-d. des idées de base que l’on accepte sans preuve définitive) pour bâtir sa philosophie de vie. Et lorsqu’on y pense, on observe que tout le monde a ses présuppositions. Nous ne pouvons pas tout savoir avec une entière certitude. Alors nous faisons preuve de foi dans certains principes de vie dans le but de satisfaire nos besoins. Que ce soit lorsque nous embarquons dans notre auto pour rouler sur la route ou que ce soit au travers d’un geste aussi banal que de boire une bouteille d’eau (ne sachant pas exactement ce que l’on boit). Nous faisons tous preuve de confiance en certaines lois de la nature, des principes de vie ou des habitudes plus ou moins fiables pour vivre. Il en est de même pour le Chrétien. Et c’est cette dynamique de la foi qui nous est présentée de façon concise dans 1 Jean 5.1-5.

L’objet d’une foi biblique

La Bible nous explique que nous pouvons avoir une relation avec Dieu. Nous rencontrons plusieurs aspects de cette relation dans le texte de 1 Jean 5.1-5.

Tous ceux qui croient que Jésus est le Christ sont enfants de Dieu. Et ceux qui aiment Dieu le Père aiment aussi ses enfants. 2 Comment savoir que nous aimons les enfants de Dieu ? Nous les aimons si nous aimons Dieu et si nous obéissons à ses commandements. 3 Oui, aimer Dieu, c’est garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas difficiles, 4 parce que tous ceux qui sont enfants de Dieu peuvent vaincre le monde. Et ce qui nous rend vainqueurs du monde, c’est notre foi. 5 Qui donc est vainqueur du monde ? C’est seulement celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu. (PDV)

Lorsque nous parlons de la foi dans le sens biblique, nous ne parlons pas simplement du fait de croire, comme s’il s’agissait d’un muscle spirituel que l’on exerce ou d’une formule que l’on répète. Nous ne parlons pas non plus du simple fait de croire en Dieu. Non. Le texte cité plus haut parle d’une foi qui démontre sa confiance dans le Dieu de la Bible et qui l’amène à obéir à ses commandements. La foi biblique a donc caractéristiques qui lui sont propre :

  • Elle se base sur la personne de Jésus-Christ, particulièrement ce qu’il a fait et ce qu’il a dit (v.1)
  • Elle se manifeste par un amour pour Dieu le Père (v.1)
  • Elle se manifeste par un amour pour les autres Chrétiens, les enfants de Dieu (v.2)
  • Elle se manifeste par une obéissance aux commandements de Dieu (v.3)
  • Elle démontre une capacité à vaincre le monde (v.4)
  • Elle fait preuve d’une confiance que Jésus-Christ est le Fils de Dieu (v.5)

La levure : une simple illustration

Ceux qui fabriquent leur propre pain savent qu’il est impossible de produire un pain moelleux sans utiliser de la levure. Mais la levure peut rester sans effet pendant longtemps. Pour faire son effet, la levure est activée par deux choses : 1) une source de chaleur et 2) de l’eau. Nous pouvons faire allusion à la foi de la même manière.

La foi n’est rien en elle-même. Elle est une simple démonstration de confiance, l’effet d’une bonne volonté à l’égard d’une chose ou de quelqu’un. Mais la foi biblique, comme la levure, est une foi qui est activée. Elle ne reste pas toute seule à ne rien faire. Elle est activée lorsqu’elle garde comme objet la personne et les enseignements de Jésus. Elle produit quelque chose. Et elle se manifeste de façon tangible dans la vie quotidienne. À ma connaissance, je n’ai jamais rencontré un Chrétien qui ne faisait pas aussi preuve d’une foi qui avait pour objet la personne et les enseignements de Jésus-Christ. Comme nous le dit 1 Jean 5.5, « c’est seulement celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu. »

Une foi conquérante

Triompher du monde commence par le fait de me reposer en Christ. Je dois lui faire confiance. Je dois croire qu’il est celui qu’il prétend être, à savoir, qu’il est réellement le Fils de Dieu. Une fois conquérante se manifeste aussi au travers de notre obéissance aux commandements de Dieu. Je peux dire après tout que je crois en Dieu, mais si ne tient pas compte de ses commandements, je me fais des illusions. Et finalement, une foi conquérante se manifeste au travers de mon amour pour mon prochain. En effet, si j’aime Dieu et Dieu a créé l’être humain à son image dans un acte d’amour, il serait insensé de croire que je peux aimer Dieu sans toutefois démontrer de l’amour (même s’il est exprimé de façon imparfaite) envers mon prochain.

Un défi

Celui qui croit avoir la foi, mais qui ne s’attend jamais à ce que cette foi soit mise à l’épreuve n’a pas saisi la nature de la foi dans le sens biblique. Par définition, le fait de faire confiance implique un élément d’opposition ou d’adversité. Comme le cerf-volant ne peut pas grimper en altitude sans la présence d’un vent opposé, la foi du Chrétien ne pas peut pas, elle non, grandir sans adversité. Elle peut faire preuve de certitude, mais c’est une certitude mêlée de crainte. Elle vacille et elle peut faiblir, mais elle ne disparaît pas.

La définition même de la foi est de faire confiance à Dieu à un tel point que l’on se repose en Lui en dépit de nos circonstances ou de nos épreuves. Cette foi n’a pas peur d’affronter la réalité en face. Elle ne tient pas à distance la souffrance ou les questions difficiles. La foi conquérante est donc une proposition risquée, mais un risque calculé tout de même. Son parcours est incertain, mais sa destination par contre est sûre. Et même si elle est parfois mêlée de doute, il reste néanmoins que la foi se base sur des convictions stables et fiables à cause du fait que celui qui fait l’objet de notre foi (Jésus-Christ) est stable, certain et fidèle.

Matière à réflexion

Dans Hébreux 11.6 où nous lisons, « Or, sans la foi, il est impossible de lui être agréable. Car celui qui s’approche de Dieu doit croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent. » (BDS) La foi présume une façon de voir le monde qui est centré sur l’existence du Dieu de la Bible. Elle nous amène à nous approcher de Dieu, de lui donner un droit de parole dans notre vie.

Il est donc important que notre foi se base sur ce que Dieu nous révèle à son sujet et non sur nos propres conceptions de Dieu. Parce que nous sommes des êtres limités, il nous faut apprendre quelque part à placer notre confiance dans quelqu’un qui est plus sage et plus grand que nous. C’est d’ailleurs l’idée principale que l’auteur d’Hébreux 11.6 veut nous faire comprendre.

  • Comment est-ce que je me repose en Christ ?
  • Qu’est-ce que je fais des commandements de Dieu dans mon quotidien ?

Comment est-ce que je m’appuie sur Christ pour aimer mon prochain ? Où est-ce que je trouve ma motivation pour aimer mon prochain ? Est-ce dans les mérites de mon prochain ou est-ce dans les mérites de celui qui nous a créés à son image ?

Une réflexion sur “Comment triompher du monde ?

  1. .
    extrait de lecture:
    « La définition même de la foi est de faire confiance à Dieu à un tel point que l’on se repose en Lui en dépit de nos circonstances ou de nos épreuves. Cette foi n’a pas peur d’affronter la réalité en face. Elle ne tient pas à distance la souffrance ou les questions difficiles. La foi conquérante est donc une proposition risquée, mais un risque calculé tout de même. Son parcours est incertain, mais sa destination par contre est sûre. Et même si elle est parfois mêlée de doute, il reste néanmoins que la foi se base sur des convictions stables et fiables à cause du fait que celui qui fait l’objet de notre foi (Jésus-Christ) est stable, certain et fidèle. » (J.W.)

    En effet, merci pour ces précisions. La Foi ne doit pas être aveugle et sans efforts. Si on garde vraiment la Foi, Dieu, à travers les évènements, dans notre continuation, dans notre cheminement, que ces évènements soient négatifs ou positifs, se manifeste toujours d’une façon ou d’une autre sur notre parcours, à nous de le discerner. Ne dit-on pas que lorsque Dieu ferme une porte, s’ouvre une fenêtre? On dit aussi: « Aide-toi et le ciel t’aidera ». Celui qui a la Foi ne s’assoit pas sur ses lauriers, car L’Amour n’a jamais de fin et tient toujours l’Esprit en alerte. Lorsqu’on a Foi en Lui on n’agit que par Lui et on ne craint pas la défaite mais cela demande beaucoup de volonté et de conviction profonde qu’en sa Présence on puisse tout réussir. Il doit être notre priorité. Et chaque jour que Dieu fait, si on sait observer et discerner, si on sait Aimer, si on a en soi ce don inné qu’est l’amour universel, faisant du quotidien une merveille car être en vie simplement est une merveille, merveille qui nous vient de l’Éternel alimentée par la parole de Jésus-Christ qui est résurrection et Vie . Chaque jour est une résurrection, à chaque jour suffit sa peine, il y aura tellement de lendemains lorsqu’on entretient cette Foi qui a cru et douté sans voir mais qui verra un jour et devra croire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s