La Bonne Nouvelle qui change tout!


Notes d’enseignement pour le dimanche 13 mars 2011 (1e leçon dans la série Marc)

(Lire le passage en ligne Marc 1.1-20)

Cette série d’enseignements a pour but d’affermir ceux qui croient en Jésus-Christ en leur rappelant l’objet de leur foi et la base sur laquelle Dieu agit avec puissance dans nos vies. La prédication de la Parole a toujours été le fondement de l’église et la seule base de l’unité Chrétienne. Elle, la Parole de Dieu, demeure l’autorité suprême en matière de foi et de vie pratique dans la vie du chrétien. Au centre de la révélation biblique se trouve la Bonne Nouvelle, l’Évangile. Et c’est cette même Bonne Nouvelle qui est la source de victoire et de puissance chez celui qui croit en Jésus-Christ. Comme l’apôtre Paul l’affirme dans Romains 1.16-17,

16Car je n’ai point honte de l’Évangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec, 17parce qu’en lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi, selon qu’il est écrit : Le juste vivra par la foi.

Cette série dans Marc est aussi une introduction à une autre série dans le livre de l’apocalypse que nous ferons par la suite. L’apôtre Jean a une place privilégiée dans les auteurs inspirés de la Bible autant par son implication directe dans la vie et le ministère du Seigneur Jésus-Christ que par son implication dans l’église du 1er siècle. Le livre de l’apocalypse est comme ses premiers versets l’indiquent, un dévoilement de la personne et de la souveraineté du Seigneur Jésus-Christ dans ce monde. Il est donc important de comprendre ce qui est si central au ministère de Jésus pour comprendre ce qui est si important dans l’accomplissement du Royaume de Dieu à la fin des temps. L’Évangile et la fin des temps sont intimement liés ensemble. L’un est l’inauguration d’un nouvel ordre, tandis que l’autre est le dénouement de ce nouvel ordre réalisé pleinement au travers de la victoire finale de Jésus-Christ sur le Diable et le péché.

3Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. (2 Corinthiens 11.3)

Introduction

Dernièrement, nous avons été témoins par le biais des médias d’une catastrophe d’une envergure si énorme, que l’on éprouve de la difficulté à se mettre à la place des gens qui ont survécu. Imaginez! Vous êtes en train de faire à manger dans la cuisine et un moment plus tard vous vous retrouvez sans maison, sans nourriture, luttant uniquement pour la survie au milieu d’un désordre inconcevable. Nos prières et nos pensées sont pour les gens du Japon aujourd’hui.

Ici même à Chambly, un jeune père à perdu la vie cette semaine en construisant un igloo dans la neige sous les regards terrifiés dans petit garçon de 5 ans. En un instant, une activité de plaisance devient un cauchemar horrible et une perte finale.

Quelqu’un quelque part vient d’apprendre la nouvelle qu’il est atteint d’une maladie et qu’il ne lui reste pas longtemps à vivre. Et peut-être qu’au même moment, quelqu’un d’autre vient de recevoir la nouvelle qu’elle mettra au monde un nouveau-né, comme ça se produit chez nous en ce moment par exemple.

Le cours de nos vies est si fragile. Tout peut changer si rapidement. Et parfois, ça ne demande qu’une simple annonce, un seul petit geste, un évènement de quelques minutes, ou une simple parole, pour nous faire basculer dans une direction complètement inattendue. La routine peut devenir une illusion qui masque la réalité de ce qui se passe réellement.

C’est pour cela que lorsque nous ouvrons l’Évangile de Marc, nous sommes transportés rapidement devant une scène où le rideau lève soudainement pour nous présenter une seule personne avec un seul message qui bouleversera le monde entier pour toujours. Pensez-y! Un homme avec un message qui change absolument tout! La vie ne sera jamais plus pareille après lui.

Peut-être que vous êtes ici ce matin parce que ça fait partie de vos habitudes, de votre routine. Peut-être que vous vous posez la question, « Qu’est-ce que je peux entendre de nouveau que je n’ai pas déjà entendu? »

Peut-être que vous êtes à une place dans vos vies où vous trouvez que les choses bougent plus ou moins. Vous n’êtes pas satisfaits et vous vous êtes résignés à endurer la routine. J’ai quelque chose à vous dire de la part du Seigneur ce matin.

Peut-être que vous êtes ici ce matin parce que vous cherchez des réponses à des questions qui vous laissent perplexes, voire même désespérés! Vous avez peut-être essayé différentes choses, et vous êtes restés tout simplement déçus. Ou vous avez peut-être envie de faire quelque chose de drastique juste pour que quelque chose change quelque part. J’ai aussi quelque chose à vous dire de la part du Seigneur ce matin.

Ou peut-être que vous êtes ici ce matin et vous vous demandez si ça vaut la peine. Est-ce que Dieu existe vraiment? Est-ce qu’il s’intéresse à moi? Est-ce qu’il est aussi puissant dans ma vie qu’il est dans la Bible? Encore une fois, j’ai un message de la part du Seigneur pour vous ce matin.

Marc 1.1-20

Lorsque Marc commence à écrire son évangile pour présenter le ministère de Jésus, il veut informer et édifier autant ceux qui baignaient dans leurs routines religieuses en Israël que pour aider à communiquer la Bonne Nouvelle aux irréligieux qui cherchaient une réponse et une raison de vivre. C’est probablement pourquoi l’évangile de Marc est si bien apprécié par ceux d’entre nous qui n’ont pas un arrière-plan juif.

Il n’utilise pas beaucoup de clichés religieux et il nous donne juste assez de théologie pour nous faire comprendre que Jésus-Christ n’est pas juste un courant spirituel parmi tant d’autres, ni même un évènement spécial parmi d’autres. Marc nous affirme que la venue de Jésus est le point culminant de l’histoire et l’épicentre du monde spirituel. Marc n’était pas un des douze. Il même possible qu’il n’ait jamais rencontré Jésus personnellement. Mais il était au milieu de l’action après la résurrection de Jésus et au tout début de l’Église.

C’est dans la maison de la mère de Marc que Pierre accourt après avoir été miraculeusement libéré de prison, le même endroit que certains pensent être là où Jésus aurait mangé son dernier repas avec ses disciples. (Actes 12.12) C’est le même Marc qui est au centre de la chicane entre Paul et Barnabas pendant leur voyage missionnaire. (Actes 15.37) Il est d’ailleurs le cousin de Barnabas (Col 4.10). Mais c’est aussi le même Marc que Paul demande à ses côtés pour son ministère dans 2Tim 4.11. Et c’est le même Marc qui est aux côtés de Pierre lorsqu’il est emprisonné à Rome. (1Pi 5.13)

Marc a tout vu et tout entendu. Il a témoigné de la réalisation du royaume de Dieu de son vivant. Mais il veut tellement communiquer ce que tout cela signifie à M. et Mme. Tout le monde, qu’il saute par-dessus les explications des « pourquoi », des « comment », et va droit au but en présentant le témoin qui va tout de suite nous donner un contexte pour le message qui brûle dans sa pensée et son coeur.

Commencement de l’Évangile de Jésus-Christ, Fils de Dieu. 2Selon ce qui est écrit dans Ésaïe, le prophète : Voici, j’envoie devant toi mon messager, Qui préparera ton chemin; 3C’est la voix de celui qui crie dans le désert: préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez ses sentiers. (Marc 1.1-3)

Le langage ne vient pas de Marc. Il l’emprunte de deux prophètes qui sont venus avant lui : Malachi et Ésaïe.

Voici, j’enverrai mon messager; Il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le Seigneur que vous cherchez; et le messager de l’alliance que vous désirez, voici, il vient, dit l’Éternel des armées. (Mal 3.1)

3Une voix crie : préparez au désert le chemin de l’Éternel, Aplanissez dans les lieux arides une route pour notre Dieu. (Ésaïe 40.3)

Marc continue en nous décrivant Jean Baptiste, un homme qui prêche, qui vit, qui illustre la repentance. Il est vêtu de poils de chameau. Il vit dans le désert. Il prêche de se détourner du péché pour vivre d’une manière qui honore Dieu. Ce qui est surprenant est que les gens accourent de Jérusalem et de toute la Judée pour l’entendre. Son message atteint même la conscience de ceux qui sont plus ou moins religieux. Mais ce n’est pas la solution finale. Jean ne fait que soulever le problème. Un autre va venir avec la solution finale dans la puissance même de Dieu.

4Jean parut, baptisant dans le désert, et prêchant le baptême de repentance, pour la rémission des péchés. 5Tout le pays de Judée et tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui; et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain. 6Jean avait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins. Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. 7Il prêchait, disant: Il vient après moi celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier, en me baissant, la courroie de ses souliers. 8Moi, je vous ai baptisés d’eau; lui, il vous baptisera du Saint-Esprit. (Marc 1.4-8)

Et là, comme avec Jean-Baptiste, Marc nous présente Jésus : un homme qui sort de Nazareth dans la région de Galilée, un lieu obscur sur les bords du pays. On a l’impression d’être sur place. Marc nous invite à devenir un témoin de ce qui va se produire. Les personnages s’avancent et nous sommes tout de suite dans l’action.

9En ce temps-là, Jésus vint de Nazareth en Galilée, et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain. 10Au moment où il sortait de l’eau, il vit les cieux s’ouvrir, et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe. 11Et une voix fit entendre des cieux ces paroles : tu es mon Fils bien-aimé, en toi j’ai mis toute mon affection. (Marc 1.9-11)

Jésus n’est pas comme les autres. Il est un bomme, mais il n’est pas simplement un homme. Il est Dieu! La preuve? Lisez ce qui se passe lorsqu’il affronte le Diable lui-même!

12Aussitôt, l’Esprit poussa Jésus dans le désert, 13où il passa quarante jours, tentés par Satan. Il était avec les bêtes sauvages, et les anges le servaient. (Marc 1.12-13)

Les autres évangiles nous donnent plus de détails sur la rencontre entre Jésus et Satan. Mais Marc choisit de ne pas en faire un point culminant de l’histoire. Il se précipite dans l’introduction de son évangile pour amener l’essentiel du ministère et la raison d’être de Jésus. Marc mentionne à peine l’emprisonnement de Jean-Baptiste.

14Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l’Évangile de Dieu. 15Il disait: le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle. (Marc 1.14-15)

Marc nous rapporte quatre affirmations extrêmement riches de sens

  1. Le temps est accompli : Dieu est souverain dans l’histoire du monde. Il y avait un temps choisi et prédit par Dieu. Jésus entre en scène dans l’histoire juste au bon moment. C’est Dieu qui est l’auteur et Jésus est en contrôle. (voir Galate 4.4)
    « 4mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, 5afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption »
  2. Le royaume de Dieu est proche : Dieu vient à nous et la routine du monde va changer. L’ordre des choses va basculer. Des gros changements arrivent. La vie ne sera plus pareille du tout. C’est d’ailleurs cette même constatation de l’arrivée du Royaume de Dieu qui motivera l’apôtre Jean a écrire le livre de l’apocalypse.
  3. Repentez-vous : Parce que tout l’ordre des choses, vous devez changer vous aussi. Arrêtez de poursuivre une illusion et reconnaissez la réalité qui vous regarde en pleine face. Ce n’est plus le temps pour jouer et de faire semblant. La réalité est devant vous. Changez de cap!
  4. Croyez la Bonne Nouvelle : le changement de l’ordre des choses vient avec un message d’espérance, mais aussi de mise en garde. La venue du royaume vient avec des instructions. Écoutez ce message et accordez-y toute votre confiance. En d’autres mots, Mettez tous vos oeufs dans le même panier parce que les autres paniers vont tomber en miettes et vous perdrez ce que vous aurez mis dedans.

La grande différence entre le message de Jean et celui de Jésus? Jean appelait les gens à se repentir et à se baptiser. Jésus appelait les gens à se repentir et à croire la Bonne Nouvelle. Le baptême deviendra l’évidence de réellement croire et comprendre l’importance de la Bonne Nouvelle.

Mais Jésus ne vient pas juste prêcher un message. Il est très sérieux dans cette affaire. Il lance un appel lui aussi. Jésus c’est le type que tu aimes ou tu haïs. Tu l’acceptes ou tu le rejettes. Il te presse jusqu’à ce que tu lui répondes ce qui se trouve réellement au fond de ton coeur. Tu ne peux pas t’assoir sur la dernière rangée. Il vient te voir et il vient de poser la question, « Est-ce que tu es avec moi ou contre moi? Réponds-moi par “oui” ou “non”.

Lisez comment il s’y prend avec des pécheurs au bord de la mer de Galilée. Marc continue le fil de son témoignage avec Jésus qui appelle des hommes, des hommes bien ordinaires, mais des hommes que Dieu avait choisis à l’avance, des hommes qui travaillaient fort, qui avaient entendu Jésus.

16Comme il passait le long de la mer de Galilée, il vit Simon et André, frère de Simon, qui jetaient un filet dans la mer; car ils étaient pêcheurs. 17Jésus leur dit: suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. 18Aussitôt, ils laissèrent leurs filets, et le suivirent. 19Étant allé un peu plus loin, il vit Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui, eux aussi, étaient dans une barque et réparaient les filets. 20Aussitôt, il les appela; et, laissant leur père Zébédée dans la barque avec les ouvriers, ils le suivirent. (Marc 1.16-20)

Remarquez-vous le temps de réaction chez ces hommes? Pensez-vous qu’ils avaient saisi l’importance et l’urgence du message de la Bonne Nouvelle? L’implication de Marc, et l’implication qui nous concerne aujourd’hui sont la même. Croire à la Bonne Nouvelle, c’est aussi croire en Jésus. Et croire en Jésus, c’est le suivre.

“Croire à la Bonne Nouvelle, c’est aussi croire en Jésus. Et croire en Jésus, c’est le suivre.”

Conclusion

Où est ce que cela nous laisse ce matin? Marc s’adresse à nous. La puissance du message et de la personne de Jésus est encore aussi réelle pour nous aujourd’hui. Le message est encore l’épicentre du monde spirituel. Et la destinée de chaque personne est régie par la réponse à ce message. De plus, la victoire du chrétien est toujours liée à l’application de ce message dans sa vie.

  1. Est-ce que tu t’es repenti de tes péchés? Est-ce que tu cours à Jésus-Christ pour te décharger sur lui de tous tes péchés? Tous tes fardeaux? Toutes tes épreuves? Jésus a dit,
    28Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. 29Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. 30Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. (Matt 11.28-30)
  2. Est-ce que la réalité de la Bonne Nouvelle continue de changer ta vie? Est-ce que tu es en train de suivre Jésus-Christ? Plus loin Marc nous expliquera ce que veut dire suivre Jésus.
    34Puis, ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit: si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. 35Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera. 36Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme? 37Que donnerait un homme en échange de son âme? 38Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges. (Marc 8.34-38)

Application

  1. Lis Marc au complet du début à la fin en une seule fois cette semaine prêtant une attention particulière à la relation entre l’annonce de la Bonne Nouvelle et la manifestation de la puissance de Dieu. Tu pourras de cette manière profiter grandement d’une vue d’ensemble du livre pour suivre cette série d’enseignements sur la puissance de la Bonne Nouvelle et l’inauguration du Royaume de Dieu.
  2. Prend l’engagement qu’au lieu de blâmer tes circonstances ou les autres autour de toi pour tes épreuves ou le mal autour de toi, considère là où tu aurais péché contre Dieu et confesse (mets-toi d’accord avec Dieu sur ton sort) ton péché en recevant son pardon (voir 1Jn 1.1-9).

Considère quelle place l’Évangile occupe dans…

  • Ta vie familiale
  • Ton travail
  • Tes amis
  • Ta relation de couple

Note : Pour ceux et celles qui désirent suivre avec un cahier d’étude pour la série de Marc, un lien sera rajouté au site au courant de la semaine avec la prochaine section pour l’enseignement de dimanche. Vous n’aurez qu’à télécharger la section appropriée pour suivre pendant la prédication chaque dimanche et rajouter chaque nouvelle section aux autres par la suite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s