Grâce qui persévère (série Marc)


Notes d’enseignements pour le dimanche 5 juin 2011.

Nous arrivons maintenant à la conclusion sur un thème qui forme la toile de fond des 8 premiers chapitres de l’évangile de Marc. Nous en ferons la considération en deux parties. La question principale qui se dégage des miracles et de l’enseignement de Jésus semble viser l’identité de Jésus. « Qui est cet homme qui enseigne et qui accomplit de tels miracles? » Ceci semble être la préoccupation de Marc et l’aspect sur lequel il cherche à attirer notre attention dans les premiers chapitres de son Évangile.

Résumé de Marc 4.35 à 7.24

Les miracles et les enseignements de Jésus forment un duo particulièrement puissant. Tandis que le message dévoile l’identité du messager, les miracles quant à eux confirment ou attestent l’authenticité de celui-ci. Mais en plus de la signification théologique qui se dégage du récit de Marc, nous pouvons aussi entrevoir une caractéristique toute spéciale qui nous en dit longs sur la personnalité de Dieu. Il est un Dieu de grâce. En fait, Dieu aime faire grâce. Pourquoi? Parce qu’il est Dieu et qu’il a l’autorité et le pouvoir de faire grâce à qui il veut.

L’Éternel répondit: je ferai passer devant toi toute ma bonté, et je proclamerai devant toi le nom de l’Éternel; je fais grâce à qui, je fais grâce, et miséricorde, à qui je fais miséricorde. L’Éternel dit: Tu ne pourras pas voir ma face, car l’homme ne peut me voir et vivre.  (Exode 33.19-20)

C’est ce thème de la grâce divine qui semble soutenir le message de l’Évangile que nous présente Marc. Jésus fait grâce parce qu’il est le roi souverain. Il a le pouvoir de faire grâce à qui il veut faire grâce.

Aussi, Jésus fait grâce par le moyen de la foi. Dans chaque scénario de guérison, la foi de quelqu’un entre en cause. De plus, cette grâce de Dieu change les gens avec qui elle entre en contact. Les gens ne sont plus les mêmes après avoir rencontré Jésus.

Finalement, nous pouvons distinguer que Jésus ne lâche pas ceux qui viennent à lui par la foi. Même si le ministère de Jésus est conditionné par la foi de ceux qui l’abordent, le montant de foi démontré par ceux-ci ne semble pas influencer la manifestation d’une grâce divine à leur égard. En d’autres mots, Jésus ne lâche pas les gens même s’ils ne démontrent qu’un peu de foi. Ce que Jésus voit plus que tout est la motivation du coeur de l’individu. Il décèle la chose même si elle ne semble pas être visible, même dans les cas les plus dépourvus qui se présentent devant lui. (ex. le lépreux, le sourd-muet, l’homme possédé d’un démon, etc.)

À vrai dire, c’est la manière que Jésus voit les gens qui nous surprend. Même si ce n’est pas à notre honneur de le dire, nous devons quand même admettre en toute franchise qu’à sa place, nous aurions probablement lâché prise, tourné le dos, ou ignoré la personne qui se présente devant nous.

Jésus est différent. Il est un exemple de persévérance de toute beauté. Il voit quelque chose, comprend quelque chose que la plupart d’entre nous ne voient pas. Et nous ne parlons pas ici d’une persévérance à tout prix comme celle qui anime un Pitbull acharné aux prises avec un vieux ballon en cuir. Non, nous parlons plutôt d’une persévérance qui vient épauler la personne en qui l’on voit le potentiel d’être complètement épanoui. Ça veut dire que Jésus faisait preuve de plus de foi que ceux qui lui tendaient la main pour être secourus. Leur foi dépendait de la sienne en fin de compte. Et c’est dans ce sens que nous parlons de la persévérance qui caractérise le Royaume de Dieu.

L’idée principale de Marc 7.24 à 8.26

Marc nous montre comment la grâce de Dieu persévère dans la foi. Marc illustre cette persévérance au travers des disciples avec lesquels Jésus agit patiemment et tendrement en dépit de la dureté de leurs coeurs. Les disciples ne perçoivent pas complètement qui est Jésus réellement.

Notes de lecture 

Lire Marc 7.24-30

  • une femme syro-phénicienne aussi appelée “une Cananéenne” dans Matt 15.22
  • Jésus utilise probablement une expression courante de son jour pour exprimer son idée. Cette observation s’accorde avec la manière que la femme lui répond.
  • La femme syro-phénicienne fait preuve de foi même si elle ne fait pas partie du peuple de Dieu.
  • L’échange entre Jésus et la femme suit une discussion sur les choses qui sont impures. Les pharisiens affirmaient que l’impureté théologique était une raison suffisante pour ne pas être accepté par Dieu. Tandis que Jésus démontra que l’impureté concerne le coeur de l’individu. (voir Marc 7.5-13)
  • La femme accepte ce que Jésus dit, mais ne reste pas là pour autant. Quel est le contraste entre la femme et les pharisiens dans le passage précédent?
  • Jésus fut épaté par la réponse de la femme. Que nous apprend la réponse de Jésus vis-à-vis de la femme?

Lire Marc 7.31-37

  • Jésus continue sa route en territoire étranger
  • Jésus rencontre un sourd qui ne parle pas bien
  • Jésus communique avec le sourd-muet en touchant sa bouche et ses oreilles
  • Les gens qui le regardent faire sont émerveillés et affirment qu’il “fait tout à merveille.”
  • Pourquoi Jésus toucha-t-il la bouche et les oreilles du sourd-muet?
  • Que veulent dire les témoins lorsqu’ils affirmèrent que Jésus fit “tout à merveille”?

Conclusion partie 1

Jésus répond à la supplication d’une femme étrangère, et de toute évidence pour les juifs de ce temps-là, une femme impure avec qui ils ne pouvaient pas entrer en contact puisqu’elle n’appartient pas à Israël.

Jésus fait preuve de persévérance en guérissant un homme qui est vraiment dépourvu. Il ne peut ni entendre, ni parler.

Dans les deux exemples que nous venons de voir, Jésus démontre une persévérance particulière en réponse à la foi de la femme étrangère et du sourd-muet. Ce qui attire notre attention est le fait que Jésus répond à un appel de foi. Dans les deux cas, les deux individus concernés ne sont pas de bons candidats pour recevoir la grâce de Dieu. Mais, la grâce n’est pas une chose que l’on mérite. Il y a un reproche ici pour ceux qui ressentent qu’ils ont droit à un statut spécial ou privilégié devant Dieu. Nous sommes tous participants à la grâce de Dieu, incluant les juifs. Même si les promesses de Dieu ont été faites au peuple d’Israël par alliance, il reste que le moyen d’y accéder est toujours par la foi en son Fils. C’est de lui que parlent la loi et les prophètes. C’est lui qui devient l’accomplissement de toutes choses. Et toute cette grâce nous est acheminée par pure grâce.

Application personnelle

Si Jésus est bel et bien la personne qu’il affirme être, alors jusqu’à où es-tu prêt à lui faire confiance? Marc nous interroge par la même question, “Qui est Jésus pour toi?” Ta réponse à cette question peut bien faire toute la différence dans ta vie.

Est-ce que Jésus reste un personnage mythique dans la même lignée que les légendes et les belles histoires? Est-ce que Jésus était simplement un bon prophète, sage, et dont l’exemple nous invite à l’imiter? Est-ce que Jésus était vraiment un homme qui participé dans l’histoire de notre planète? Ou peut-être encore, ce n’était qu’un fou qui souffrait d’une grande illusion dont il était l’acteur principal. Marc nous affirme que Jésus était divin de par sa nature. Il n’était pas juste un homme, et il n’était pas une simple divinité parmi d’autres. Il était à la fois Dieu et homme. Mais qui est Jésus pour toi? (voir aussi Actes 17.24-31)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s