Monte ici! (Apoc 4)


Notes d’enseignements pour le dimanche 20 mai 2012.

Apocalypse 4.1-11

Introduction

Nous sommes tous motivés par quelque chose qui n’est pas visible. Pour certains, c’est le prestige. Pour d’autres, c’est peut-être le confort. Et pour d’autres encore, c’est peut-être juste le plaisir. C’est quand même fascinant, non? Que nos actions dans le concret sont motivées par des idées qui ne le sont pas? Nous avons tendance à idéaliser plein de choses et à nous inquiéter de plein de choses.

Si seulement je pouvais me trouver sur la plage en train de siroter une limonade sous un palmier par exemple. Qu’est-ce que je recherche? Le repos peut-être? La détente? Une certaine sécurité? Mais est-ce que j’ai réellement besoin d’une plage pour siroter une limonade?

Justement, l’été dernier, nous avons installé une petite piscine gonflable de 10 pieds de long en arrière de chez nous. L’idée était d’initier Caleb à se plonger dans l’eau. Puisqu’il ne trouvait pas l’idée aussi charmante que j’aurais espéré, j’ai donc pris l’initiative d’inaugurer la piscine moi-même. Pour un gars de ma taille, la chose ressemblait plutôt à une grande baignoire.

Je ne peux pas dire si c’était le petit vent dans les arbres, ou l’odeur de la crème solaire parfumée de noix de coco, ou le cliquetis de l’eau sur les parois plastifiées de la piscine. Mais là, dans ce petit monde flottant, les yeux fermés, j’aurai pu être sur une plage aux Bahamas. Pendant une brève minute, cette petite piscine fut la porte d’entrée au repos que je désirais tant.

Est-ce possible alors que nous avons tendance à croire que la satisfaction de nos désirs se trouve dans le concret? Si seulement je pouvais vivre à telle place. Si seulement je n’avais pas à vivre avec celui-là. Si seulement j’avais cette auto, cette maison, cet outil, ce bout de technologie, ce montent d’argent, ce vêtement, ce jouet, cette chose… alors je serais satisfait, sécurisé, content, respecté, honoré, flatté, apprécié, estimé, aimé, etc.

Est-ce que les choses matérielles peuvent réellement combler un désir immatériel? Ou serait-ce plutôt l’idéal que ces objets représentent? À vrai dire, c’est un peu comme un billet de 100 $ qui quand on considère la valeur du papier qui le compose, ne vaut en soit pas grand-chose. Il s’agit de la valeur que l’on lui attribue n’est-ce pas?

C’est peut-être pour cela que nous avons un peu de difficulté avec le récit de l’Apocalypse. L’imagerie d’un trône au milieu du temple céleste ne s’accorde pas avec nos poursuites matérielles. Nous sommes comme les zélotes du temps de Jésus qui réclamèrent, « Donne-nous un royaume de puissance qui vaincra nos ennemis. »Ou nous sommes comme les enfants d’Israël du temps de Moïse qui demandèrent, « Donne-nous une idole revêtue d’un métal précieux à NOS yeux pour que nous l’adorions. » Ou encore, nous sommes comme le peuple d’Israël du temps de Samuel, « Donne-nous un roi de qui nous pourrons nous vanter devant les autres peuples de la terre. »

Mais qu’on nous présente un Dieu plein de gloire qui siège dans SON temple, sur SON trône, maître de SON royaume? Non merci! Ce Dieu-là n’est pas assez concret pour moi. En réalité, si nous sommes vraiment honnêtes envers nous-mêmes, nous dirions, « Ce Dieu-là n’est pas assez matériel pour moi. »

Pourtant, tout comme l’apôtre Jean, une voix s’adresse à vous ce matin en disant, « Monte ici, et je te ferai voir ce qui va arriver dans la suite. »

J’aimerai donc ce matin tirer deux applications des deux premiers versets qui vont éprouver différents aspects de votre démarche Chrétienne dans ce monde.

Une louange influencée par l’Éternel et non par mes circonstances

Le deuxième verset commence par, « Aussitôt, je fus ravi en esprit. » Il n’est pas clair selon le contexte si Jean a été physiquement transporté à un endroit comme Philippe avec l’eunuque, où s’il parle de façon figurée qu’il aurait été transporté dans sa vision. J’ai tendance à prendre la deuxième explication. Jean est encore sur l’île de Patmos, mais il est témoin d’un autre monde au travers de cette vision.

Jean voit premièrement un trône et quelqu’un est assis sur le trône. Jean ne commence pas à décrire la scène en mentionnant son impression de la vision, ni comment il se sent. La vision a un point central : l’Éternel assis sur son trône. Et c’est à partir de ce point que tout le reste de la vision est décrit. Jean ne peut pas décrire l’Éternel, mais il nous dit qu’il est resplendissant, semblable à une pierre de jaspe et de sardoine. Jean décrit la pierre de jaspe dans Apoc 21.11 comme étant une pierre limpide comme du cristal. En fait, Jean nous décrit son expérience d’avoir participé à un culte le dimanche matin, sauf qu’il est visiteur dans l’Église de l’Éternel. Vous pouvez donc comprendre vers quoi je me dirige au travers de la prédication ce matin.

Un arc-en-ciel de la couleur de l’émeraude brille tout autour du trône, symbole de la compassion de Dieu dans ses jugements (ex. Noé et l’alliance de Dieu avec la terre à la fin du déluge). Cette lumière émane de l’Éternel lui-même. (v.5) Et devant le trône se trouvent les 24 trônes avec les 24 vieillards, couronnés et vêtus de blanc. Le terme « vieillard » décrit les anciens, ceux qui sont par leur témoignage des exemples et qui sont au service de l’Éternel. (voir Exode 24.9-10; Ésaïe 24.23)

9 Moïse monta avec Aaron, Nadab et Abihu, et soixante-dix anciens d’Israël. 10Ils virent le Dieu d’Israël; sous ses pieds, c’était comme un ouvrage de saphir transparent, comme le ciel lui-même dans sa pureté. (Exode 24.9-10)

23La lune sera couverte de honte, Et le soleil de confusion; Car l’Éternel des armées régnera Sur la montagne de Sion et à Jérusalem, Resplendissant de gloire en présence de ses anciens. (Ésaïe 24.23)

  • les anges comme représentants des 12 tribus d’Israël et des 12 apôtres
  • 24 livres de l’AT juif basé sur une veille tradition juive qu’il y aurait eu 24 auteurs pour l’AT. Cette version est particulièrement attrayante quand nous considérons le livre ouvert dans Apoc 5 et les 24 vieillards qui jettent leurs couronnes.
  • les 24 ordres des prêtres qui devaient s’occuper des sacrifices au temple (1Chron 24.3-19)

Jean voit aussi sept lampes ardentes qui sont reliées au chandelier dans Apoc 1. Il s’agit de l’Esprit du Seigneur qui anime le chandelier, sans quoi les églises sont mortes. Le chiffre sept fait référence à l’identification de l’Éternel. Jean fait aussi référence à Zacharie 4 où nous lisons…

L’ange qui parlait avec moi revint, et il me réveilla comme un homme que l’on réveille de son sommeil. 2Il me dit : que vois-tu? Je répondis : Je regarde, et voici, il y a un chandelier tout d’or, surmonté d’un vase et portant sept lampes, avec sept conduits pour les lampes qui sont au sommet du chandelier; 3et il y a près de lui deux oliviers, l’un à la droite du vase, et l’autre à sa gauche. 4Et reprenant la parole, je dis à l’ange qui parlait avec moi : que signifient ces choses, mon seigneur? 5L’ange qui parlait avec moi me répondit : ne sais-tu pas ce que signifient ces choses? Je dis : Non, mon seigneur. 6Alors il reprit et me dit : C’est ici la parole que l’Éternel adresse à Zorobabel : Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par mon esprit, dit l’Éternel des armées. 7Qui es-tu, grande montagne, devant Zorobabel? Tu seras aplanie. Il posera la pierre principale au milieu des acclamations : Grâce, grâce pour elle! 8La parole de l’Éternel me fut adressée, en ces mots : 9Les mains de Zorobabel ont fondé cette maison, et ses mains l’achèveront; et tu sauras que l’Éternel des armées m’a envoyé vers vous. 10Car ceux qui méprisaient le jour des faibles commencements se réjouiront en voyant le niveau dans la main de Zorobabel. Ces sept sont les yeux de l’Éternel, qui parcourent toute la terre. (Zacharie 4.1-10)

Nous faisons connaissance aussi avec cette mer de cristal qui plus tard dans Apoc 21.1 disparait à l’arrivée de la nouvelle Jérusalem qui symbolise la présence de Dieu avec son peuple. La mer de cristal semble donc être une barrière limpide qui démarque la séparation qui existe entre Dieu et le reste de la création.

Et finalement nous faisons connaissance avec les 4 chérubins qui sont au service de l’Éternel. Ce sont les mêmes qui sont dépeints sur le coffre de l’arche de l’alliance et qui réapparaissent à plusieurs reprises dans le récit biblique. (ex.  Ezekiel 1 et Ésaïe 6) Ils représentent à la fois l’ensemble de la création et le Créateur qui exerce domination sur la création.

La scène devant est une vision réelle, mais une vision remplie de symbolisme. L’Éternel est le maître de toute la création et son règne s’étend autant dans le monde matériel que dans le monde immatériel. Dieu est souverain! Et c’est en considérant cette image du trône que nous appelés à louer, à adorer, à prier.

La question se pose : qu’est-ce qui influence ta louange de Dieu le dimanche matin? Sur quoi est-ce que nous nous basons comme église pour adorer Dieu? Et puisque Dieu n’est pas limité dans le temps et l’espace, sur quelle base est-ce que je m’appuie pour vivre dans le quotidien?

La vision de Jean remet les pendules à l’heure si on veut. Il existe une réalité immatérielle qui touche nos réalités matérielles. L’Éternel règne. Que fais-tu de son règne? Trop extrême pour toi? Considérons ensemble la manière que Jésus nous a enseignée à prier.

9Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui est aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; 10que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 11Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien; 12pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; 13ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen! (Matt 6.9-13)

Jésus nous a enseigné à prier avec la réalisation que le Dieu d’éternité qui siège sur le trône décrit dans la vision de Jean est devenu notre père par l’oeuvre de son Fils. Et de plus, Jésus nous a enseigné à prier que la volonté de Dieu au ciel, se réalise aussi sur la terre. Jésus a mis en pratique la vision de Jean dans sa manière de prier.

Apocalypse 4 nous donne donc une image qui devrait nous inciter à louer et adorer Dieu dans sa gloire. Cette image de l’Éternel assis sur son trône devrait être notre point de départ dans nos moments de prière, de louange, et d’adoration, individuellement et quand nous nous rassemblons ensemble.

Poursuite matérielle vs. Dieu immatériel

La deuxième concerne nos poursuites matérielles. Une question s’impose, « Est-ce que la gloire de Dieu est une considération importante dans la recherche de ton épanouissement personnel ou est-ce que tu te contentes de choses matérielles? »

Les quatre êtres vivants dont on fait référence dans Apoc 4.6 nous font réaliser que Dieu est aussi maître de la création. Les quatre êtres vivants sont des chérubins au service de l’Éternel. Ils représentent de façon figurée l’ensemble de la création. Et le fait qu’ils sont remplis d’yeux symbolise qu’ils voient tout ce qui se passe dans la création et qu’ils sont intimement familiers avec ce qui s’y passe.

Dieu est peut-être immatériel, mais il est courant de ce qui se passe dans le monde matériel. C’est lui qui l’a créé et il peut en faire ce qu’il veut. C’est pour cela que Jésus commanda à ceux qui voulaient le suivre,

« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. 34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6.33-34)

C’est pour cela aussi que nous pouvons lire dans Apoc 4.11,

« 11Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées. »

La prochaine fois que vous vous inquiétez de ce qu’il vous manque ou que vous luttez avec la soif de posséder encore plus qu’il vous faut, priez Apoc 4.11. Et posez-vous la question, « Comment est-ce que la gloire de Dieu pourrait être reflétée dans cette chose, ou au travers de ce manque de quelque chose? »

Conclusion

Quand nous lisons Apocalypse 4, nous ne pouvons nous empêcher de penser aux Chrétiens du temps de l’apôtre Jean qui étaient persécutés pour leur confession de Jésus-Christ comme Seigneur. Nous avons fait connaissance des premières églises de la région de Patmos et nous avons constaté à quel point l’avenir de chaque église semble être en péril à plusieurs niveaux. L’image du Dieu souverain qui règne sur le monde à partir de son temple était une vision pour encourager les églises à persévérer dans leur dévouement pour le royaume de Dieu. Car seulement ceux qui vaincront recevront la couronne de gloire.

L’image de l’Apocalypse 4 est aussi pertinente pour nous aujourd’hui. La puissance et la gloire de Dieu en évidence dans son temple sont aussi un rappel que Dieu siège sur l’histoire des hommes. Rien n’arrive par hasard en fin de compte. Dieu écrit la fin de chaque histoire. Et chaque livre de notre vie trouve sa signification dans la gloire de Dieu. Il va de soi que si Dieu nous a créés pour le glorifier, nous trouvons un sens à nos vies lorsque nous reflétons sa gloire dans nos vies. Jean nous invite donc à nous approcher de Dieu dans un esprit de louange et d’adoration dans notre quotidien. Pour nous qui croyons, cette esprit d’adoration nous motive à agir, à penser, et à parler d’une manière qui honore l’Éternel, le Créateur des cieux et de la terre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s