Le Serviteur méprisé


Notes d’enseignement pour le dimanche 22 décembre 2013.

Avez-vous déjà rendu service dans un domaine qui n’est pas le vôtre ? Il nous arrive parfois d’avoir l’opportunité de rendre service dans un contexte qui n’est pas normalement le nôtre. On peut se sentir sous-utilisé, un peu comme si la tâche est un peu en dessous de notre prestige ou de notre réputation personnelle. Peut-être que la tâche est minime. Peut-être que la tâche n’est pas populaire. Peut-être que la tâche ne comporte pas une visibilité requise.

Je me souviens d’un moment où j’étais en train de parler avec le président d’une entreprise. Nous étions en train de marcher pour nous rendre à son bureau quand tout d’un coup, il se penche à terre et commence à ramasser quelques bouts de papier minimes que quelqu’un avait laissé trainer dans un coin. Il aurait pu mentionner la chose son l’assistant ou au concierge, mais il a tout simplement ramassé les morceaux, puis, les ayant mis dans sa poche, nous avons continué notre chemin comme si de rien n’était. J’ai compris par la suite que sa réputation était rattachée à l’image de la compagnie. Il se sentait personnellement interpelé par tous les aspects de l’organisme…même la propreté du couloir.

Lorsque nous considérons la naissance de Jésus, nous sommes confrontés avec un mystère. Pourquoi est-ce que le Dieu de l’univers se fait-il assez petit pour vivre parmi nous ? Pourquoi le président de la compagnie prend-il le temps de faire une tâche si insignifiante? Ou est-ce notre perspective de la scène qui a besoin de changer?

Et au cas où nous aurions manqué le mémo, le Roi des rois est né dans des conditions très humbles. Ses parents l’ont mis au monde dans une étable, dans une ville étrangère. Mais la différence est que Jésus n’est pas défini par ses circonstances, son statut social, son compte en banque, etc. À sa place, nous aurions trouvé les circonstance plutôt pénibles. Il est même possible qu’une telle expérience affecte notre estime de soi.

« Ouais, mes parents étaient tellement pauvres et dépourvus que j’ai été forcé de naître dans une étable. Et puis, ma famille avait une telle réputation que les autorités nous ont couru après. On a du s’enfuir en Égypte. Et puis à cause de moi, on fait mettre à morts tous les garçons de mon âge qui vivaient dans la région. Quelle vie! »

Le Roi de l’univers n’a pas besoin de l’approbation des autres pour accomplir ce pourquoi il est venu au monde. La seule approbation qui compte est celle de son père céleste.

Alors ce n’est pas surprenant de voir comment la naissance de Jésus devient un modèle pour ceux qui cherchent à vivre d’une telle façon que leurs vies influencent les autres à tourner leurs regards vers Dieu avec un coeur plein de confiance. Lorsque l’apôtre Paul veut encourager les chrétiens de Philippe à s’aimer les uns les autres avec l’amour de Dieu, il leur rappelle cette scène qui décrit la naissance du Sauveur.

5 Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, 6 lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 7 mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, 8 il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. (Philippiens 2.5-8)

 La description du Messie-Serviteur

Cette description du Jésus-Serviteur n’est pas aléatoire. Le prophète Ésaïe avait décrit la venue du Sauveur comme un roi, un prophète, et aussi comme un serviteur.

Voici mon serviteur, que je soutiendrai, Mon élu, en qui mon âme prend plaisir. J’ai mis mon esprit sur lui ; Il annoncera la justice aux nations. 2 Il ne criera point, il n’élèvera point la voix, Et ne la fera point entendre dans les rues. 3 Il ne brisera point le roseau cassé, Et il n’éteindra point la mèche qui brûle encore ; Il annoncera la justice selon la vérité. 4 Il ne se découragera point et ne se relâchera point, Jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur la terre, Et que les îles espèrent en sa loi. (Ésaïe 42.1-4)

49 Iles, écoutez-moi! Peuples lointains, soyez attentifs! L’Éternel m’a appelé dès ma naissance, Il m’a nommé dès ma sortie des entrailles maternelles. 2 Il a rendu ma bouche semblable à un glaive tranchant, Il m’a couvert de l’ombre de sa main ; Il a fait de moi une flèche aiguë, Il m’a caché dans son carquois. 3 Et il m’a dit: Tu es mon serviteur, Israël en qui je me glorifierai. 4 Et moi j’ai dit: C’est en vain que j’ai travaillé, C’est pour le vide et le néant que j’ai consumé ma force ; Mais mon droit est auprès de l’Éternel, Et ma récompense auprès de mon Dieu.

5 Maintenant, l’Éternel parle, Lui qui m’a formé dès ma naissance Pour être son serviteur, Pour ramener à lui Jacob, Et Israël encore dispersé ; Car je suis honoré aux yeux de l’Éternel, Et mon Dieu est ma force. 6 Il dit: C’est peu que tu sois mon serviteur Pour relever les tribus de Jacob Et pour ramener les restes d’Israël: Je t’établis pour être la lumière des nations, Pour porter mon salut jusqu’aux extrémités de la terre. 7 Ainsi parle l’Éternel, le rédempteur, le Saint d’Israël, A celui qu’on méprise, qui est en horreur au peuple, A l’esclave des puissants: Des rois le verront, et ils se lèveront, Des princes, et ils se prosterneront, A cause de l’Éternel, qui est fidèle, Du Saint d’Israël, qui t’a choisi. (Ésaïe 49.1-7)

Le prophète Ésaïe décrit la venue du Sauveur non seulement comme celle d’un serviteur, mais il nous révèle que le serviteur envoyé par l’Éternel sera méprisé. En fait son service ne sera pas bien reçu.

4 Le Seigneur, l’Éternel, m’a donné une langue exercée, Pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu ; Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, Pour que j’écoute comme écoutent des disciples. 5 Le Seigneur, l’Éternel, m’a ouvert l’oreille, Et je n’ai point résisté, Je ne me suis point retiré en arrière 6 J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, Et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; Je n’ai pas dérobé mon visage Aux ignominies et aux crachats. 7 Mais le Seigneur, l’Éternel, m’a secouru ; C’est pourquoi je n’ai point été déshonoré, c’est pourquoi j’ai rendu mon visage semblable à un caillou, Sachant que je ne serais point confondu.

8 Celui qui me justifie est proche: Qui disputera contre moi ? Comparaissons ensemble! Qui est mon adversaire ? Qu’il s’avance vers moi! 9 Voici, le Seigneur, l’Éternel, me secourra: Qui me condamnera ? Voici, ils tomberont tous en lambeaux comme un vêtement, La teigne les dévorera. 10 Quiconque parmi vous craint l’Éternel, Qu’il écoute la voix de son serviteur! Quiconque marche dans l’obscurité et manque de lumière, Qu’il se confie dans le nom de l’Éternel, Et qu’il s’appuie sur son Dieu! (Ésaïe 50.4-10)

La question qui préoccupe le prophète

Comment le Dieu Saint pardonnera-t-il et restaurera-t-il son peuple qui méprise même le serviteur que Dieu leur a envoyé pour les délivrer ? Comment Dieu se prendra-t-il pour accomplir le service qu’il a résolu de faire pour son peuple sachant à l’avance que son peuple ne le recevrait pas ?

13 Voici, mon serviteur prospérera ; Il montera, il s’élèvera, il s’élèvera bien haut 14 De même qu’il a été pour plusieurs un sujet d’effroi, -Tant son visage était défiguré, Tant son aspect différait de celui des fils de l’homme, – 15 De même il sera pour beaucoup de peuples un sujet de joie ; Devant lui des rois fermeront la bouche ; Car ils verront ce qui ne leur avait point été raconté, Ils apprendront ce qu’ils n’avaient point entendu. (Ésaïe 52.13-15)

Nous connaissons aussi Ésaïe 53.1-12 parce que c’est souvent un passage que nous lisons à l’église en préparation pour célébrer la Pâque.

53 Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Éternel ? 2 Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire. 3 Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. 4 Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.

5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. 6 Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. 7 Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n’a point ouvert la bouche. 8 Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu’il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple ?

9 On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu’il n’eût point commis de violence Et qu’il n’y eût point de fraude dans sa bouche 10 Il a plu à l’Éternel de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l’oeuvre de l’Éternel prospérera entre ses mains. 11 A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, Et il se chargera de leurs iniquités. 12 C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; Il partagera le butin avec les puissants, Parce qu’il s’est livré lui-même à la mort, Et qu’il a été mis au nombre des malfaiteurs, Parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, Et qu’il a intercédé pour les coupables. (Ésaïe 53.1-12)

L’appel du Roi-Serviteur

Ce Roi s’est dépouillé lui-même en prenant la forme d’un Serviteur afin d’accomplir pour nous ce qui nous était impossible de faire nous-mêmes. La naissance de Jésus est un récit qui nous attire par sa simplicité et son honnêteté hors pair. C’est touchant de voir quelqu’un qui a toutes les raisons au monde se péter les bretelles prendre au contraire une position loin des regards pour accomplir en silence ce qui est bon et nécessaire de faire.

C’est pour cette raison que lorsque nous regardons cet enfant dans la crèche avec des yeux qui ont contemplé la gloire de Dieu, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous exclamer que c’est beau et glorieux de voir quelqu’un agir de la sorte. Dans un monde où l’on cherche constamment à nous faire valoir, à démontrer que nous ne sommes pas indispensables, que nous sommes importants, dignes d’un minimum d’admiration, la naissance de Jésus nous trouble et nous met face à face avec l’orgueil de nos coeurs si souvent centrés sur nous-mêmes.

C’est dans un tel moment que nous réalisons que nous avons sincèrement besoin de cet enfant né dans cette étable. Nous prenons connaissance du fait que nos coeurs ont besoin d’être transformés, complètement refaits à neuf. Et c’est lorsque nous sommes honnêtes avec nous-mêmes que nous réalisons que le récit de l’étable ne cherche pas notre admiration, mais cherche à susciter de notre part une reconnaissance pour la venue du Serviteur qui donne sa vie pour nous.

L’appel de l’évangile dans cette étable est simplement un appel à la repentance. Et si tu entends l’appel, tu peux mettre ta confiance en Christ, le Serviteur.

L’appel pour notre église

Nous avons en Jésus-Christ un exemple de comment nous pouvons honorer l’Éternel en imitant son exemple… les uns envers les autres. Le monde a besoin de connaître qui est ce Serviteur-Roi en regardant notre église. Le monde a besoin de voir dans notre église comment des gens transformés par l’amour de Dieu savent servir les autres à la manière du Roi-Serviteur.

L’esprit de Noël

Comment pouvons-nous célébrer Noël avec la perspective du prophète Ésaïe ? Nous pouvons honorer Christ comme le Roi de nos vies. Nous pouvons écouter Christ comme le prophète qui nous conseille. Et finalement, nous pouvons recevoir Christ comme le Serviteur qui nous délivre de nos péchés. La naissance du Sauveur accomplit toutes ces choses afin que nous lui rendions témoignage par nos paroles et nos gestes. Que l’esprit de Noël soit visible et palpable en nous qui avons fait connaissance avec le Roi, le prophète, et le Serviteur de Noël.

Bonne fête Seigneur Jésus!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s