La volonté de Dieu pour ma vie (Pt4)


Comprendre la volonté de Dieu est parfois un processus qui implique du temps, de la recherche, de l’introspection et une bonne dose de prière. Et sans diminuer l’importance de ces recherches, je veux néanmoins souligner le moyen par excellence que Dieu nous a donné pour communiquer sa volonté. Dans Matthieu 4.4, Jésus lui-même dit, « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »

Dans ce sens, il existe trois passages bibliques dans le Nouveau Testament où la volonté de Dieu est explicitement mentionnée. Le premier de ces textes se trouve dans 1 Thessaloniciens 4.3-6 et nous allons le regarder d’un peu plus près. Nous allons nous servir de deux traductions différentes de la Bible pour mieux comprendre de quoi il s’agit.

3 Ce que Dieu veut, c’est que vous meniez une vie sainte : que vous vous absteniez de toute immoralité ; 4 que chacun de vous sache gagner une parfaite maîtrise de son corps pour vivre dans la sainteté et l’honneur, 5 sans se laisser dominer par des passions déréglées, comme le font les païens qui ne connaissent pas Dieu.
6 Qu’ainsi personne ne cause du tort à son frère dans ce domaine en portant atteinte à ses droits. Dieu, en effet, fait justice de toute faute de ce genre : nous vous l’avons déjà dit et nous vous en avons avertis. 7 Car Dieu ne nous a pas appelés à nous adonner à des pratiques dégradantes, mais à vivre d’une manière sainte. 8 Celui donc qui rejette cet enseignement rejette, non pas un homme, mais Dieu qui vous donne son Esprit saint. (Traduction Semeur)

Et maintenant, le même passage dans la traduction Parole de Vie.

3Ce que Dieu veut, c’est que vous soyez entièrement à lui. N’ayez pas une vie immorale. 4Chacun de vous doit bien choisir sa femme pour mener une vie digne de respect, qui plaît à Dieu. 5Ne vous laissez pas entraîner par les mauvais désirs, comme les autres qui ne connaissent pas Dieu.
6À ce sujet, personne ne doit faire de tort à sa sœur ou à son frère chrétiens, ni les tromper. Le Seigneur punit tout cela, nous l’avons déjà dit et redit. 7En effet, Dieu ne nous a pas appelés à vivre n’importe comment, mais à vivre pour lui. 8C’est pourquoi celui qui rejette ces conseils ne rejette pas un homme, c’est Dieu qu’il rejette, lui qui vous donne son Esprit saint. (Traduction Parole de Vie)

Quelques observations textuelles

Si vous n’êtes pas confortable avec l’utilisation d’un dictionnaire biblique ou d’un commentaire biblique, je vous encourage d’employer deux traductions différentes de la Bible : une plus littérale et l’autre plus à équivalence dynamique. Je veux dire par là que lorsque les traducteurs rédigent le texte en français, ils doivent faire un choix. Est-ce que l’on maintient la tournure de phrase telle qu’elle apparaît en grec, même si l’expression n’a pas une équivalence directe en français ? Ou, est-ce que l’on traduit l’original d’une telle façon que l’auditeur français perçoit le texte de la même manière que l’auditeur grec l’aurait perçu dans sa propre langue ? Les deux formes de traductions ont des avantages et des désavantages. Voilà pourquoi je recommande qu’on lise la Bible dans deux traductions différentes. Le passage à l’étude en est un exemple.

Une vie sainte

Dans la version Parole de Vie, on a choisi l’expression « que vous soyez entièrement à lui » pour traduire ce qui est écrit littéralement, « que vous meniez une vie sainte… ». Cette traduction exprime bien l’idée de sainteté dans ce passage. Quelque chose qui est saint est un objet qui est purifié et ensuite mis à part pour servir à une chose, et à une chose seulement. Dans ce sens, lorsque je dis que je veux vivre une vie qui est sainte, je veux vivre une vie qui est entièrement dédiée à Dieu. Dieu est au centre et il occupe une place de premier rang dans mes décisions. Il est bon de démystifier ce que nous voulons dire par saint de peur que l’on ressorte avec des visions d’être un Hermite cloîtré et isolé du monde. Cette lettre de Paul à l’église de Thessalonique (Grèce) parle d’une sainteté qui est vécue dans le monde, mais qui maintient un désir profond de vivre entièrement pour Dieu.

S’abstenir de toute immoralité

Le verset 4 pose un petit défi aux traducteurs, parce que le mot utilisé pour « corps » dans le grec pourrait aussi signifier « femme ». Il me semble que dans le contexte de ce passage, il est question de l’épouse, la femme mariée à un homme. Alors, que veut-on dire par « bien choisir sa femme » dans la traduction PDV ?

Compte tenu du contexte, il me semble que Paul est en train d’encourager les hommes chrétiens de l’église de Thessalonique à placer une priorité absolue sur les vœux du mariage ainsi que sur la nécessité de marier une femme qui se démontre fidèle envers lui dans les liens du mariage. L’immoralité sexuelle du monde grec à l’époque de cette lettre était bien connue de Paul et de ses contemporains. Et elle n’est pas compatible du tout avec une vision biblique du monde dans lequel la fidélité est non seulement un reflet de la nature de Dieu, mais aussi une forme de sécurité dans laquelle l’amour de l’homme et de la femme trouve son épanouissement.

Cette explication vient aussi renforcer notre compréhension du verset 6 où il est question de ne pas faire du tort à son frère ou sa sœur dans la foi.

Ne vous laissez pas dominer par de mauvais désirs

Ce qui est sous-entendu est le fait que les mauvais désirs sont naturels. Ce serait la route plus facile dans un certain sens. Le commandement de ne pas se laisser entraîner implique un certain renoncement à soi. Mais dans un autre sens, celui-ci plus positif, nous devrions aussi ajouter la contrepartie de cette exhortation qui est la suivante : « Laissez-vous plutôt diriger par de bons désirs. » Ce qui revient à dire que nous devons « mener une vie sainte ». (v.3)

Nous venons donc de voir dans ces quelques versets que vivre d’une manière qui est sainte, mis à part pour Dieu, implique faire des choix. Dans un sens, Dieu m’appelle à vivre d’une manière qui est entièrement à lui et dans l’autre sens, Dieu m’appelle à renoncer à des pratiques qui ne reflètent pas la nature de Dieu. Dit d’une autre façon, « laissez-vous dominer par Dieu dans votre façon de vivre et ne vous laissez pas dominer par des passions déréglées. »

Tout le monde est dominé par quelque chose. Il s’agit donc de choisir par « quoi » nous allons nous laisser dominer. J’ai le choix d’être dominé par les désirs qui reflètent mon créateur, ou j’ai le choix de me laisser dominer par les désirs charnels qui offensent éventuellement Dieu et mon prochain. Il y a une conséquence sociale qui va plus loin que ma vie privée dans cette question. En lisant le journal cette semaine, j’ai appris qu’un homme que je connaissais plus ou moins bien s’est fait arrêter et mis en prison parce qu’il a abusé d’une jeune fille. Ce genre de comportement n’est pas le produit d’une réaction spontanée même si elle est irréfléchie et sous le coup de l’impulsion. L’exhortation de l’apôtre Paul est de prendre l’engagement de vivre sa vie d’une manière que l’on se soumet entièrement à Dieu afin de pouvoir éviter de devenir esclaves des désirs immoraux.

Dieu fait justice

Finalement, au verset 6, Paul nous affirme que Dieu fait justice. Il approuve de ce qui est bien et il punit le mal. Il y a des conséquences rattachées à des pratiques dégradantes. Si nous pouvions tracer toutes les conséquences néfastes qui résultent d’un abus sexuel ou de l’immortalité en tenant compte non seulement des victimes directement affectées, mais de toutes les vies et de toutes les réverbérations dans la vie de tous ceux qui sont indirectement affectés par ce comportement, nous réclamerions justice. Et nous y insisterions.

Dieu est justice. Et parce qu’il est justice, il doit faire ce qui est juste. Il doit aussi punir le péché, sinon, il serait non seulement injuste, mais aussi un être sadique. Au contraire, Dieu agit selon la justice parce que c’est dans sa nature d’être juste. Il doit punir le péché parce que c’est dans sa nature de punir le péché. Mais il démontre aussi de la compassion parce que c’est dans sa nature de faire preuve de compassion. (Ex. Romains 9.14-15)

L’appel de Dieu à être saint

Compte tenu de tout ce que nous venons de dire au sujet de la volonté de Dieu notre vie et compte tenu de notre appel à entièrement dévoué à lui, à être saint, nous pourrions baisser les bras et dire que même si vivre une telle chose est un bel idéal, dans la pratique, c’est impossible. Si nous tenons compte de nos capacités, il vrai qu’un tel appel est impossible, voir même sadique de la part Dieu. Pourquoi Dieu nous appellerait-il à être quelque chose que nous ne sommes pas et à atteindre un but qui nous est impossible à atteindre par nos propres moyens ?

Dans sa lettre à l’église de Thessalonique, Paul réaffirme à quelques reprises que la source de cette sainteté n’est pas un trait de caractère qui nous est naturel. Je vais citer un passage au début de sa lettre et un qui nous vient de la fin de sa lettre pour affirmer ce que j’avance.

4 Nous savons, frères bien-aimés de Dieu, que vous avez été élus, 5 notre Évangile ne vous ayant pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l’Esprit saint, et avec une pleine persuasion ; car vous n’ignorez pas que nous nous sommes montrés ainsi parmi vous, à cause de vous. (1 Thess. 1.4-5)

 

23 Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! 24 Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera.
(1 Thess. 5.23-24)

Ce que Dieu veut, c’est agir envers nous de sorte que nous vivions entièrement pour lui. Il agit de cette façon dans nos vies à cause de son Esprit à l’œuvre en nous. C’est cette conversion de nos affections dont il est souvent question dans la Bible. Dieu veut que nous soyons saints et il prend des dispositions pour nous amener à être saints, à vivre de la manière qui est entièrement pour lui.

Conclusion

La volonté de Dieu pour ma vie selon 1 Thessaloniciens 4.3-8 est que nous soyons saints, entièrement à lui. C’est vers ce but que Dieu intervient dans nos vies. Dieu ne nous forme pas dans la vie principalement pour que nous ayons un succès professionnel, une belle famille, une longue vie, etc. Dieu agit dans nos vies avec une préoccupation première pour notre sainteté. Dieu s’intéresse à nous de cette manière. Il nous aime comme ne le sommes, mais il n’est pas satisfait de nous laisser là où nous sommes. Il désire nous rendre semblables à lui. Et dans ce sens, il agit d’une telle manière afin que le produit de son intervention résulte dans ma sainteté, une vie qui est vécue pour lui.

Si façon de faire de la part de Dieu vous cause des problèmes, permettez-moi de vous encourager à examiner si votre perspective sur Dieu est bien fondée. Qui est semblable à Dieu ? Qui est bon et juste et fidèle comme l’Éternel ? Qui est amour, compassion et paix comme Dieu ? C’est nous qui avons besoin d’ajuster notre perspective sur le but et l’appel de nos vies. Car si le but de Dieu est que nous devenions plus comme lui, ne serait-ce pas là une raison de vivre qui vaut la peine d’être vécue ? Ne serait-ce pas après tout, le plus bel appel au monde ?

« Ce que Dieu veut, c’est que vous meniez une vie sainte » (1 Thess. 4.3, SEM)

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s