Vrais et faux visages de l’Église

Dans le dernier article sur le sujet de l’Église, nous avons discuté de l’importance de comprendre ce qu’est l’Église de Dieu pour ensuite être en mesure de s’adapter aux défis de la culture environnante. Dans cet article, nous allons considérer les vrais et faux visages de l’Église. Lors de la Réforme protestante dans les années 1500, les théologiens et pasteurs se sont posés la question sur les marques déterminantes de l’Église de Dieu. Comment pouvons-nous savoir avec un degré de certitude qu’un groupe qui se réunit dans le but d’accomplir un rituel spirituel est bel et bien l’Église du Seigneur-Jésus Christ?

Continuer la lecture de Vrais et faux visages de l’Église

Pourquoi baptiste?

L’église évangélique baptiste fait partie de l’Association des églises baptistes évangélique au Québec (AEBEQ). L’association est un regroupement d’églises locales et indépendantes qui se rallient ensemble pour mieux accomplir à grande échelle dans notre province ce qu’une église ne peut faire toute seule. Le terme « baptiste » se réfère à l’importance que nous accordons au baptême d’une personne qui fait une profession de foi volontaire afin de vivre à l’exemple de Jésus-Christ. Une personne qui demande le baptême reconnait simplement que Christ a payé la dette de ses péchés en mourant sur la croix à leur place.

À première vue, le baptême est une pratique qui paraît étrange, et ce, avec raison. Se faire plonger la tête et le corps dans l’eau est loin d’être une pratique régulière ou naturelle. La pratique du baptême a donc une signification toute spéciale. Elle est le symbole visible d’une réalité intérieure, une démonstration physique d’une chose accomplie spirituellement chez un individu.

L’image du baptême est celle d’un mort, d’un ensevelissement et d’une divine résurrection dans le Christ notre Seigneur. (Colossiens 2 : 11-13) Le baptême est aussi un témoignage qui manifeste publiquement et extérieurement ce qui s’est passé dans notre personne intérieure.

L’origine du mot « baptiser »

  • Le terme baptiser vient d’un ancien mot grec (baptiso) qui veut simplement dire, « plonger dans… » ou « puiser dans… ».
  • Dans le Larousse : Grec (baptisein) = immerger
  • Ce mot était employé par les Grecs pour désigner « teindre les vêtements » ; ou encore, l’état de puiser l’eau avec un vase.
  • Le même mot est employé dans Luc 11.38 ; Marc 7.2-3 et a le même sens que dans 2 Roi 5 : 13-14 (c.-à-d. se plonger, s’immerger dans l’eau)
  • Ce mot explique trois actions dans son procédé : 1) Immersion = plonger ; 2) Submersion = état d’être submergé, complètement recouvert, englouti ; et 3) Émersion = revenir à la surface.
  • Finalement, dans Luc 12.50, ce mot est employé pour désigner une autre chose en rapport avec le sacrifice de Jésus Christ. On parle donc du terme baptisé pour décrire : écrasé, accablé, angoisse par la souffrance.

Quelques passages bibliques qui expliquent la signification du baptême chrétien

21 Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts. 22 Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, (1Cor 15.21-22)

 

Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. (Romains 6.3-4)

 

Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, 10 Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, 11 si je puis, à la résurrection d’entre les morts. (Phil 3.8-11)

 

26 Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ ; 27 vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. 28 Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. 29 Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse. (Gal 3.26-29)

 

19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, 20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. (Matt 28.19-20)